Raton-Liseur reading log for 2019

Este tópico foi continuado por Raton-Liseur reading log for 2019 - Part II.

DiscussãoClub Read 2019

Aderi ao LibraryThing para poder publicar.

Raton-Liseur reading log for 2019

Este tópico está presentemente marcado como "adormecido"—a última mensagem tem mais de 90 dias. Pode acordar o tópico publicando uma resposta.

1raton-liseur
Editado: Jun 16, 2019, 9:31am

I am raton-liseur, a reading racoon. In French, there is no such thing as a bookworm, we have library rats. But I don’t feel like a library rat, rather a wandering cousin, hence a reading racoon. I mainly read foreign (fairly) contemporary literature, as well as classics or not so classics from the 19th and early 20th centuries.

I love physical books and I love to own my books, both because I am attached to them (although I agree that it is irrational) and because I usually don’t find the type of books I like in the libraries (especially the tiny library of the tiny little village I just moved in). I mainly read and own paperback books, which I love for their practicality and diversity.
I also own an e-book reader. My reader is as allergic as I am to DRM. Therefore, I’ve never bought any e-book (even without DRM, although this might happen at some point) and I exclusively read books that are free of copyright (which roughly means in France books from authors who have died 70 years ago or more).
And I also read a lot of audio books, as I use a lot public transport and I am unable to physically read there without feeling nauseous after 3 pages. I mainly read books adapted by France Culture, a radio station, which tend to make me go out of my comfort zone, exploring for example noir fiction. They are usually an adaptation of the book, not the book exactly, but I do keep track of them as books and they will be included here.

As I received such a warm welcome in this group, I decided to start a thread to post reviews from my reading. I will write them in French, but comments, questions, discussions, disagreement are all welcome, either in French or in English.
I do not write reviews per se, rather a note of what I felt, what I thought during my writing. I mainly write for selfish reasons, as I realised that writing those notes helps me remembers better the books I read and makes me think more deeply of what I like and why.

2raton-liseur
Editado: Jan 4, 2020, 11:10am

Currently reading
not relevant anymore.

3raton-liseur
Editado: Jun 16, 2019, 9:33am

I never make plans for my reading. I like the expression I have seen recently in another thread in this group, where avaland talks about ricochet-reading. I think this defines pretty well my mode for choosing what comes next: I sometimes see connections between the books I read (but I might sometimes be the only one to see those connections).

Thinking about this introduction over the past few days, I however realised that I have a secret aspiration (it’s not really a goal, more of a wish). I’d like to read more paper book than the ones I buy. Difficult since I live near a small town famous for its used book bookshops.
In order to know where I stand in regard to this aspiration, I’ve decided to use this thread to count the books I buy and the one I read. But to be realistic, for this year, I “only” try to read more owned paper books than new books that I read. And I will count only fiction or essays (not craft books for example), and only books I buy for myself (not counting the books bought by or for Monsieur Raton, although they are included in my LT library). And I will not count gifts as well (I just got six or seven books “for free” thanks to my loyalty cards. Counting them would be like shooting myself in the foot, wouldn’t it?). I will try to limit the exceptions to these, and see how it goes.

Physical owned books read in 2019 versus Physical new books bought in 2019

4raton-liseur
Editado: Jun 16, 2019, 11:05am

Physical books and ebooks read in 2019 (Winter)
January
1. Le Garçon by Marcus Malte (bought in 2018)



February
Le Mouron rouge, tome 2 : Le Serment by Emmuska Orczy, translated from English by Charlotte Desroyses and Marie-Louise Desroyses (ebook downloaded a long time ago)
Princesse Sara, volumes 1 to 11 by Audrey Alwett (author) and Nora Moretti (illustrator) (borrowed from the village library by M'ni Raton)
Le Mouron rouge, tome 3 : Les Nouveaux exploits du Mouron rouge by Emmuska Orczy, translated from English by Charlotte Desroyses and Marie-Louise Desroyses (ebook downloaded a long time ago)
2. Un Jour de chance et autres nouvelles by Hyun Jin-Geon, translated from Korean by Mi-Kyung Friedli and David Reichenbach (received in 2019)





March
Cœur vanille by Cathy Cassidy (author) and Claudia Forcelloni (illustrator), translated from English by Anne Guitton (borrowed from the village library by M'ni Raton)

5raton-liseur
Editado: Out 23, 2019, 8:58am

Physical books and ebooks read in 2019 (Spring)
April
3. Lonesome Dove : Episode 1 by Larry McMurtry, translated from English by Richard Crevier (bought in 2019)
4. Lonesome Dove : Episode 2 by Larry McMurtry, translated from English by Richard Crevier (bought in 2019)
5. Cheval de guerre by Michael Morpurgo, translated from English by André Dupuis (bought used in 2018)
6. Nagori : La Nostalgie de la saison qui vient de nous quitter by Ryoko Sekiguchi (bought in 2019)
7. La Constellation du chien by Peter Heller, translated from English by Céline Leroy (bought in 2019)
8. Un Océan, deux mers, trois continents by Wilfried N'sondé (bought in 2019)
9. L'Indésirable by Louis Guilloux (bought in 2019)



May
10. Le Testament des gouttes de pluie by Einar Már Guðmundsson, translated from Icelandic by Eric Boury (received in 2019)
Le Royaume sous la mer by Henri Queffélec (bought a long time ago, re-read from 2013)
Thomas by Dominique Douay (ebook received a long time ago, courtesy of Editions Armada)
La garçonne by Victor Margueritte (public domain, free ebook, downloaded right before reading)
Dernier repas cannibale by Lionel Evrard (ebook received a long time ago, courtesy of Editions Armada)
La Duchesse insoumise by Christine Merril, translated from English by Marie-José Lamorlette (free ebook I found already downloaded in my newly acquired ebook reader)
Venin by Saneh Sangsuk, translated from Thai by Marcel Barang (first ebook I have ever bought, DRM free, bought a couple of days before reading as a present to myself to celebrate the acquisition of a new ebook reader)



June
11. Les Vies de papier by Rabih Alameddine, translated from English by Nicolas Richard (received in 2019)
Quartier lointain, l’intégrale by Jirô Taniguchi, translated from Japanese by Kaoru Sekizumi et Frédéric Boilet (borrowed from the village library)
Papa 1er by Jacques Mondoloni (ebook received a long time ago, courtesy of Editions Armada)
Salomé et les femmes de parole, tome 1 : Trouver sa place by Nathalie Charles (received in 2019, to be passed to M'ni Raton)
Chronique de la vallée by Jacques Boireau (ebook received a long time ago, courtesy of Editions Armada)
12. Capitaine Rosalie by Timothée de Fombelle (borrowed from the village library)
Le Chien gardien d'étoiles by Takashi Murakami, translated from Japanese by Victoria Tomoko Okada (borrowed from the village library)
Aya de Yopougon, volumes 1 and 2 by Marguerite Abouet (borrowed from the village library)
La Grève des électeurs, suivi de Prélude by Octave Mirbeau (public domain, free ebook, downloaded a long time ago)
13. L’homme qui levait des pierres by Jean-Claude Mourlevat (bought in 2017 or 2018)
Sky Hawk by Jirô Taniguchi, translated from Japanese by Corinne Quentin (borrowed from the village library)
Mon Amoco Cadiz by Nathalie Capitaine (ebook received in 2019)
Journal d'un ogre by Valeria Davila (author), Monica Lopez (author) and Laura Aguerrebehere (illustrator), translated from Spanish byIan Ericksen (ebook received in 2019)
14. L'Os by Christophe Léon (bought a couple of weeks ago!)
15. Le Monarque des ombres by Javier Cercas, translated from Spanish by Aleksandar Grujičić (bought in 2018)





6raton-liseur
Editado: Dez 5, 2019, 4:53pm

Physical books bought or received in 2019
Carry over: Harcover books bought in 2018
J'ai couru vers le Nil by Alaa El Aswany, translated from Arabic by Gilles Gauthier
Le Monarque des ombres by Javier Cercas, translated from Spanish by Aleksandar Grujicic
23059382::Tant que se dresseront les pierres by Marina Dédéyan



January
bought, used
9266805::Angélina by Louis Guilloux
3049::Nœuds et dénouements by Annie Proulx, translated from English by Anne Damour
Hans le marin by Edouard Peisson
Le Pilote by Edouard Peisson
Mon Traître by Sorj Chalandon



February
received in exchange for a review
Un Jour de chance et autres nouvelles by Hyun Jin-Geon, translated from Korean by Mi-Kyung Friedli and David Reichenbach

received thanks to loyalty card
Le Testament des gouttes de pluie by Einar Már Guðmundsson, translated from Icelandic by Eric Boury
16878::Angle d’équilibre by Wallace Stegner, translated from English by Eric Chédaille
Un Chant céleste by Yan Lianke , translated from Chinese by Sylvie Gentil
Les vies de papier by Rabih Alameddine, translated from English by Nicolas Richard
Une Vie de passions formidables by Luis Sepúlveda, translated from Spanish by Bertille Hausberg
La Sirène de la Rance by rochebonnepierre::Pierre Rochebonne

bought, new
1. Souvenirs et solitude by Jean Zay
2. 1653::Cœur d’encre by Cornelia Funke, translated from German by Marie-Claude Auger
3. La Constellation du chien by Peter Heller, translated from English by Céline Leroy

bought, used
Mamie mémoire by Hervé Jaouen
Les âmes fortes by Jean Giono



March
bought, new
4. Lonesome Dove : Episode 1 by Larry McMurtry, translated from English by Richard Crevier
5. Lonesome Dove : Episode 2 by Larry McMurtry, translated from English by Richard Crevier
6. Un Océan, deux mers, trois continents by Wilfried N'sondé
7. Nagori by Ryoko Sekiguchi
8. Butcher's Crossing by John Williams, translated by Jessica Shapiro
9. Le Dernier Frère by Nathacha Appanah



April
bought, new
10. 23127113::L'Indésirable by Louis Guilloux
11. La Pagode sans ombre by Jin-geon Hyun, translated from Korean by Mi-Kyung Friedli and David Reichenbach



May
None! Just an ebook!!!

June
received in exchange for a review
23267067::Salomé et les femmes de parole, tome 1 : Trouver sa place by Nathalie Charles

bought, new
12. 12132047::Des amis by Baek Nam-Ryong, translated from Korean by Patrick Maurus and Yang Jung-Hee
13. Prends soin de maman by Shin Kyong-Sook, translated from Korean by Jeong Eun-jin and Jacques Batilliot
14. Sucre noir by Miguel Bonnefoy
15. Mes années Grizzly by Doug Peacock, translated from English by Josiane Deschamps
16. L'amie prodigieuse by Elena Ferrante, translated from Italian by Elsa Damien
17. Le nouveau nom by Elena Ferrante, translated from Italian by Elsa Damien
18. 23386400::Musique verte by Christophe Léon
19. 17115967::L'Os by Christophe Léon





Note: Striken titles are books that I am reading or have read after having bought them.

7raton-liseur
Editado: Mar 3, 2019, 9:39am

1. Le Procès du Maréchal Pétain : compte-rendu sténographique (extraits) - Maurice Garçon (dir.) ; extraits choisis par Dominique Missika, lecture collective
(Not translated into English)

Quelle mouche m’a piquée pour que je choisisse, pour ma première lecture audio de l’année un tel sujet. (Des considérations purement pratiques, je l’avoue : j’ai décidé de faire un sort aux enregistrements audio que je stocke depuis un bon moment et là, sachant que j’aurais quelques trajets en bus devant moi et que je pourrais écouter celui-là dans un temps acceptable, c’était l’occasion de me lancer).
Je ne peux pas dire que j’ai aimé. Ce n’est pas, je suppose, le genre de lecture pour lequel on peut dire que l’on a eu un coup de cœur, que l’on a adoré… Mais cette lecture m’a passionnée. Ce n’est qu’un extrait, environ cinq heures d’écoute, peut-être trois-cents ou cinq-cents pages sur les mille et quelques que comptent les volumes publiés sous la direction de Maurice Garçon. C’est à la fois trop (les débats, il faut bien l’avouer, tournent en rond et se répètent beaucoup) et trop peu (on voudrait en savoir plus, aller plus loin, creuser encore un peu une idée qui paraît prometteuse, une analyse différente, une anecdote qui permettrait enfin de comprendre). Ce n’est qu’un extrait, donc, mais jamais je n’aurais eu l’idée de lire le texte intégral, ni même de le chercher. Et pour cela, c’est une passionnante découverte que ce texte.
Et je me retrouve, à la fin de cette lecture à presque avoir envie d’écrire une dissertation tant les idées foisonnent, des idées bien difficiles à organiser dans une simple note de lecture. Alors je me lance…

1. Une page d’histoire qu’il est bon de connaître
Le procès de Pétain, c’est une page de l’histoire que l’on tourne souvent un peu trop rapidement, celle de l’immédiate après-guerre, lorsque tout était à reconstruire : l’image de la France, ses institutions, la confiance d’un peuple, l’unité d’une nation. Le procès de Pétain s’inscrit pleinement dans ce contexte, et c’est bien ce que montre ce document, puisque le procès est indissociable des événements récents et en cours en France. Tous les participants ont le sentiment que ce procès n’est pas seulement un acte de la Justice, mais que c’est une étape dans l’histoire du pays.
Dans ce contexte, la façon dont se tient le procès est vraiment intéressante, et je ne me souviens de rien qui mentionne cela dans mes cours d’histoire, à part la logique condamnation finale et la grande clémence qui commue la peine de mort en réclusion à perpétuité. Je ne veux pas ici minimiser les exactions du régime de Vichy, ni le rôle pour le moins contestable du maréchal pendant toute cette période, mais se pencher sur ce procès, c’est s’interroger tout autant sur l’historiographie (pour ne pas dire notre roman national) que sur ce qu’est la justice. En effet, étrange cette composition du jury chargé de rendre un verdict : douze parlementaires parmi ceux qui n’ont pas voté les pleins pouvoirs à Pétain en juillet 1940 et douze parmi des résistants notoires. Pas un jury qui représente la France dans la diversité de ses attitudes pendant ces années sombres, mais un jury qui représente uniquement la France qui a fait un autre choix que celui de Pétain. Représentent-ils véritablement la France, ou bien l’image que la France veut se donner d’elle-même ? Comment penser que ce jury sera neutre de toute pensée politique ? Et puis ces juges, qui eux ont tous prêtés le serment de fidélité au maréchal. Pas tout à fait neutre non plus cela… N’ont-ils pas, eux, au contraire des jurés qui n’ont rien à prouver, des décisions antérieures à se faire pardonner, une certaine fermeté à appliquer pour sceller leurs allégeances nouvelles ?
Toutes ces dispositions, toute cette mise en scène sont donc autant d’interrogations pour celui qui, comme moi, découvre tout cela à travers ce récit. Chacun pourra se faire sa propre opinion, réfléchir à ce que ces choix disent de cette époque. Je n’ai pour ma part pas fini de ruminer tout cela pour me faire

2. Qu’est-ce que rendre la justice ?
Mais de façon plus générale, ce procès pose la question de ce qui est jugé. Est-ce un homme ou est-ce sa politique ? En quoi politique, actes et convictions sont-elles confondues ou disjointes ? Le président de la Haute Cour le dit lui-même à un moment, « nous sommes ici pour juger une politique. » Oui, vraiment ? Et comment juge-t-on une politique sans que nos propres valeurs et idéologies interfèrent ? Ne doit-on donc pas juger des actes ?
Mais là aussi est le problème, cette fois véritablement historique. Les actes de Pétain étaient-ils des actes de collaboration ou non, c’est autour de cela que tourne une grande partie du procès : Pétain a-t-il cru à la défaite de la France et a-t-il pactisé avec l’ennemi, ou bien a-t-il endossé ce rôle pour atténuer les souffrances de l’occupation et même, permettre à de Gaulle de jouer un rôle avec ne sera que l’endroit d’une seule et même médaille dont Pétain serait l’envers. C’est en tout cas un des axes principaux de la défense, avec des paroles écœurantes pour dire que même les Juifs devraient être contents de leur sort parce qu’après tout ils ont eu quelques années de répit en zone libre, et qu’après tout les déportations ont été moindres que dans d’autres pays. Donc oui, même le Juif déporté ne peut pas en vouloir à Pétain, il devrait même lui être reconnaissant. Etrange façon de mettre en balance le malheur des uns et le soulagement des autres, je me demande comment ce raisonnement, s’il a été médiatisé à l’époque, a pu être perçu…

3. Comment lire le passé et faire de l’histoire ?
Une grande partie des débats tourne autour de la question de l’armistice ou de la capitulation en 1940. Les échanges particulièrement vifs entre le général Weygand et Paul Reynaud sont très intéressants. Paul Reynaud, alors président du conseil, démissionne en juin 1940, laissant la voie libre à Pétain et à l’armistice. Etait-ce courage de démissionner pour protester ou était-ce lâcheté, comme le soutient Weygand, de fuir ses responsabilités à un moment tragique et de laisser d’autres les assumer à sa place ? Qu’est-ce que le courage dans ces moments difficiles ? Rester et assumer tout, ou bien partir pour ne pas se salir les mains mais être aussi alors dans l’inaction ? Weygand sera ministre de la guerre de Pétain le temps de préparer et faire signer l’armistice, puis il prendra ses distances, sera même arrêté par la Gestapo, mais sera un défenseur indéfectible de la mémoire du maréchal Pétain dans les décennies suivant la Seconde guerre mondiale.
Leur débat, et plus généralement ce procès, pose aussi la question de savoir comment juger, autant moralement que juridiquement, ceux qui se sont trompés ? Ceux qui ont cru, de bonne foi, que tout espoir était perdu en 1940, et qu’il fallait donc s’accommoder de l’Occupation ? Est-ce un crime que de ne pas avoir de préscience historique et politique ? Est-ce un crime de la part de Pétain, est-ce un crime de la part de ceux qui l’ont cru ?
Car finalement, au terme de ce procès, j’ai l’impression que ce qui est le plus reproché à Pétain, c’est la discordance entre son rôle dans la Première guerre mondiale et son rôle dans la suivante. Parce qu’il était auréolé d’une gloire impossible à mettre en cause, il a été cru lorsqu’il a dit qu’il fallait accepter la défaite, la grande majorité des Français l’a cru et l’a suivi. L’idée sous-jacente est que s’il avait laissé ce rôle à un homme politique plus obscur, le peuple français aurait été moins aveuglé, il y aurait eu plus de résistants, et plus tôt. Facilité de réécrire l’histoire, facilité de mettre sur le dos d’un homme les lâchetés ou les indécisions des autres, et puis tout cela va bien avec la fable du moment de la France résistante. Mais c’est intéressant de voir que ce que l’on reproche à Pétain, plus que d’avoir baissé les bras en 1940, c’est d’avoir été le grand vainqueur de Verdun, ou peut-être plus exactement d’avoir en quelque sorte trainé le souvenir de Verdun dans la boue en devenant ce qu’il a été pendant la collaboration.
Et à côté de cela, la défense fait de lui un héros tragique, pris dans les rais inextricables du destin. Il a fait la promesse de ne pas abandonner les Français. Pris dans ce serment, fidèle à une certaine idée de l’honneur, il ne pourra abandonner son poste et son peuple, immolera sa personne et même sa gloire présente et posthume, afin de respecter sa parole. Très beau, très grandiose, tragique, mais un peu pathétique aussi. Mais la défense fait ce qu’elle peut, c’est comme toujours, il est plus facile de savoir où est le bien et où est le mal une fois que les vainqueurs ont écrit l’histoire.

En guise de conclusion
Action versus opinion, préméditation versus bonne foi. Beaucoup de questions qui restent en suspens, un autre regard sur la période et sur l’homme, sur les responsabilités des uns et des autres. La nation, ou la façon plutôt partiale dont elle est représentée ici a tranché, d’une façon étrange d’ailleurs, en demandant dans une même phrase, dans un même souffle, la peine capitale et la clémence. Pétain reste une énigme, un homme auréolé de la gloire de Verdun et flétri à jamais par la poignée de main de Montoire. Une mémoire écartelée entre deux extrêmes, qui montre qu’être du bon côté n’est jamais une évidence, que c’est une réflexion au quotidien, une réflexion très personnelle.
Une lecture qui m’a passionnée donc, la longueur de cette note de lecture en est le signe. Une lecture à laquelle je reviendrai peut-être même parce que je n’ai pas fini de tirer le fil des mille réflexions qu’elle suscite.

8raton-liseur
Mar 3, 2019, 9:39am

2. Frappe-toi le cœur - Amélie Nothomb ; adaptation de Victoria Kaario, lecture de Marina Moncade
(Translated into English as Strike your heart)

Je ne connais pas Amélie Nothomb l’autrice. Je connais le personnage public, les chapeaux, les vêtements noirs, ses habitudes d’écriture, sa publication annuelle et tout ce personnage qu’elle s’est créé. Mais justement, au début du phénomène Amélie Nothomb, tout cet artifice m’a plutôt éloignée de l’auteur.
Aujourd’hui, au détour d’un podcast de France Culture, j’ai l’occasion de me rendre compte par moi-même, et comme je ne suis pas contre le fait de parfois changer d’avis, eh bien pourquoi pas. Certes, ce n’est pas le plus fameux de ses livres. Il a été publié en 2017 et je dois avouer que je n’en avais jamais entendu parler avant aujourd’hui. Mais soit, pourquoi pas.

Ma réaction ? Un grand pfff… Tout ça pour ça ? Le livre explore un sujet intéressant, celui des relations mère-fille, ce qu’est être une mauvaise mère et les traces que cela laisse dans une personnalité, une existence. Mais le livre me paraît survoler tout cela à travers une histoire qui finalement prend trop de place et étouffe le propos. Un peu comme le personnage public d’Amélie Nothomb cache à nos yeux la véritable personne qu’elle est. Finalement, son livre est à l’image de sa personne. Et son personnage ne m’intéressant pas, le livre ne m’intéresse pas non plus. Vite lu, vite oublié.

9Dilara86
Editado: Mar 3, 2019, 10:48am

Contente de voir que tu t'installes dans ce groupe ! J'y tiens également un journal de lecture - en anglais - mais les messages en français y sont les bienvenus.

10raton-liseur
Mar 3, 2019, 12:06pm

>9 Dilara86: Merci! Oui, cela m'a paru plus convivial et diversifié ici! Et j'irai, c'est certain, flâner le long de tes étagères et dans ta liste de lecture d'ici peu!

11lilisin
Mar 4, 2019, 4:01am

Excited to see you make the leap over to Club Read. I look forward to perusing your thread to look for new French language recommendations for next time I'm in France. I know you are trying to minimize your book buying but I was wondering if you'd like Il reste la poussiere by Sandrine Collette? I don't yet have a grip on your reading tastes but I just read it (although in the English translation) and thought it was excellent. It was like reading about the family from Marguerite Duras's L'amant but in Argentina's Patagonia. Really a gorgeous book.

12raton-liseur
Mar 4, 2019, 6:32am

>11 lilisin: Thanks for dropping by!
I had seen your review of Il reste la poussière and discovered I had already read (and reviewed) a book by Sandrine Collette. But I have no memory of it at all. As it was a positive review, I have been thinking of make a quick re-(audio)-read of it.

That said, I must admit I have never found a book by Marguerite Duras that I liked. I think I made the mistake of reading L'Amant too young, and then I read Un Barrage contre le Pacifique a couple of years ago and don't have fond memories of it. So I think I'll pass on this one...

13auntmarge64
Mar 4, 2019, 10:21am

Glad to see you here, and I will be very interested to see how you do in your challenge to yourself, to read more of your own books than you add. Hahaha, good luck with that! :)

14raton-liseur
Mar 4, 2019, 12:40pm

>13 auntmarge64: Hi auntmarge! You seem doubtful...
It's an attempt, just using this thread as a good self-incentive to actually follow up on this question that has been in my mind for a few years. Unfortunately, I read less now, but I feel I keep on buying as much as before. I might decide it is an incurable disease, but I might feel better if I know to which level I am intoxicated.

15raton-liseur
Mar 4, 2019, 12:41pm

3. Beth Saïda - Michel Sidoroff ; lecture de Nathalie Boutefeu et Flora Brunier
(Not translated into English)

Un curieux fourre-tout, avec de la politique locale, Rimbaud, de la lexicologie autour de l’eau… Plein de chose qui n’ont guère de rapport entre elles, sinon l’hommage que Michel Sidoroff veut rendre à un professeur trop tôt disparu, Henri Cottez.
Cela donne quelque chose d’un peu brouillon, mais dans lequel je me suis laissée embarquer, bon public que je suis. Et c’est une tranche de vie, où l’on apprend même quelques petites choses sur un poème presque inconnu de Rimbaud, un moment qui ressemble au rire que les personnages ont toujours au coin des lèvres. Cela respire une joie de vivre sans complexe, qui est communicative et m’a fait passé un bon moment avec ce scénario radiophonique, comme le qualifie lui-même l’auteur. A déguster un jour de bonne humeur ou un jour de vague à l’âme.

16raton-liseur
Mar 4, 2019, 12:46pm

4. Le Noël d’Hercule Poirot - Agatha Christie, traduction de Françoise Bouillot ; adaptation de Pierre Senges, lecture d’Olivier Claverie
(Translated from the English Hercule Poirot's Christmas, or either Murder for Christmas or A Holiday for Murder in the US)

Besoin d’une lecture simple et agréable après une ou deux semaines éprouvantes. Ce n’est plus de saison, mais j’ai jeté mon dévolu sur ce livre. Dès les premières phrases, je me suis rendue compte que je l’avais déjà lu. Vérification faite, c’est bien le cas, quelque part en 2014. Le titre ne me rappelait rien, il faut dire que Noël n’est vraiment qu’un prétexte dans cette histoire, mais les éléments de l’histoire me sont revenus assez vite.
J’ai tout de même continué la lecture audio, c’est ce que j’avais envie d’écouter ce soir. Et je me suis plus attardée sur les détails de ce meurtre sanglant à souhait, découvrant par la suite que c’est ce qu’Agatha Christie avait voulu pour cette enquête, en donner pour leur argent aux amateurs du genre. Et cette référence constante à Macbeth, « Qui aurait cru que le vieil homme eût en lui tant de sang ? » m’a bien amusée, de même que la mise en abyme quand l’officier de police s’étonne que ce scénario de chambre close n’existe que dans les romans. Et puis on peut compter sur Agatha Christie pour nous surprendre, parce que tout de même, imaginer que le meurtrier est… (Vous croyiez que j’allais le dire ? Non, tout de même, ce serait vraiment encore plus méchant que tuer ce vieux Simon Laurence…).
Une œuvre dont je n’avais pas perçu toute l’ironie et le second degré à ma première lecture, trop obnubilée par ma propre recherche du coupable, et dont la deuxième lecture m’a donc apporté un plaisir différent et bien savoureux, tout ce que je voulais en ce sombre vendredi soir de janvier.

17raton-liseur
Mar 4, 2019, 12:56pm

Comme j'ai commencé cette liste de lecture un peu tard dans l'année, j'ai quelques notes de lecture sous le coude, que je vais distiller au rythme de deux ou trois par semaine. Le livre qui suit me tient vraiment à cœur, cela a été une découverte fortuite, mais c'est un immense respect pour son auteur, Jean Zay, qui m'a envahie au fur et à mesure de cette lecture.
C'était une lecture audio, j'ai depuis acheté le livre en poche. Il n'est pas évident à trouver donc je me suis dépêchée avant qu'il ne devienne complètement introuvable. Je ne le lirai pas tout de suite car je n'ai pas le temps et la disponibilité d'esprit nécessaires à lui consacrer pour l'instant. Mais je sais que je le lirai un jour. Ce sera une lecture exigeante, mais de celles qui réconcilient avec le genre humain et redonnent un espoir dans ce que nous sommes parfois difficile à faire briller.

18raton-liseur
Editado: Mar 4, 2019, 1:01pm

Jean Zay (6 August 1904 – 20 June 1944) was a French politician. He served as Minister of National Education and Fine Arts as part of the Popular Front governement, from 1936 until 1939. He was imprisoned by the Vichy government from August 1940 until he was murdered in 1944.

In March 2014 French President François Hollande announced his intention to recognize Jean Zay at the Pantheon in Paris as a leading figure in the Resistance, along with 3 other personalities. The official ceremony was held on May 27, 2015, National Day of Resistance.

(Source: Wikipedia)

19raton-liseur
Mar 4, 2019, 12:58pm

5. Souvenirs et solitude - Jean Zay ; adaptation de Benoît Giros, lecture de Benoît Giros et Pierre Baux
(Not translated into English)

Après avoir écouté de larges extraits du procès du maréchal Pétain, et parce que j’avais ce livre audio depuis longtemps aussi dans mes tablettes, j’ai voulu le lire dans la foulée ou presque. Envie d’écouter une parole de l’autre côté, la parole de quelqu’un qui avait fait d’autres choix et ce depuis les premières heures de la défaite, une parole irréprochable, qui me redonnerait un peu de baume au cœur après les insolubles questions qui m’ont assaillies lorsqu’il était question de Pétain.
Je ne sais ce que j’attendais exactement de ce texte, mais je sais que je ne l’y ai pas trouvé. Je pensais probablement qu’il s’agirait d’un manifeste politique, du réquisitoire d’un homme sûr de ses idées et qui se défend contre ses oppresseurs. Souvenirs et solitude n’est pas cela.
C’est un homme qui se regarde en face, un homme que l’on sent doué d’une grande culture et d’une grande habitude de réfléchir, et cet homme n’a plus que lui comme objet d’étude. Alors il s’observe, il inspecte comment son esprit et son moral réagissent à cet enfermement et cette solitude, ses pensées, ses méditations, qui lui font voir la prison sous un autre jour, mais aussi son humanité.
C’est aussi un homme qui éblouit par son incroyable optimisme, par sa capacité à ne pas se laisser abattre. Il sait profiter de tous les instants, ce n’est même pas une histoire de verre à moitié vide ou à moitié plein, c’est la capacité à s’extasier devant une minuscule goutte d’eau. Un gardien l’appelle pour parler avec lui alors qu’il fume une cigarette sur le pas de la porte, Jean Zay en profite pour se repaître des images de la rue qui s’offre quelques instants à lui, pour s’immerger autant qu’il le peut et bien que très indirectement dans la vie qui continue au-dehors. Le gardien oublie de fermer la porte qui donne sur sa petite cour, avec ses murs de cinq mètres de haut, il s’y glisse la nuit pour profiter d’un ciel étoilé qu’il n’a pas vu depuis seize mois. Et il fait son miel de ces instants, des trois plantes qu’il fait pousser à force de volonté dans cette même cour (et plus il faut de volonté, mieux c’est, car cela occupe, remplit le temps, condition sine qua non pour ne pas se laisser engloutir.
C’est un texte d’une grande beauté par ce qu’il révèle de la volonté d’un homme qui se sait emprisonné pour de mauvaises raisons (ses idées, sa judéité) mais que rien ne fléchira, et ce jusqu’au bout du bout. Le style est très classique, sans fioriture, agréable à lire de par son ton posé, immensément calme et serein. La grandeur est ici dans l’homme, dans ce qu’il est. Point n’est besoin de considérations politiques ou philosophiques, c’est un témoignage sur un épisode douloureux de la vie d’un homme, un témoignage fait en direct, mais avec un recul qui étonne.
Ce livre est pour tous, pour tous ceux qui aiment lire de belles phrases et de beaux textes, pour tous ceux qui aiment retremper leur foi en l’humanité dans une force de caractère qui force le respect.
Monsieur Jean Zay, je ne vous connaissais que de nom, et encore depuis peu, lorsqu’il m’a fallu me documenter sur l’histoire récente du ministère dont je dépends pour passer ce fameux concours. Monsieur, je ne vous connaissais pas et je ne suis pas sûre que ces écrits du fond de votre prison étaient destinés à être publiés et à me parvenir. Mais permettez-moi de vous dire toute l’admiration que j’ai pour vous à l’issue de cette lecture. Permettez-moi de vous dire merci. Merci non d’avoir souffert, il eut mieux valu que cela vous soit épargné, mais merci d’avoir souffert comme vous l’avez fait, avec une immense grandeur d’âme et une capacité à s’enthousiasmer qui me donne l’envie de regarder autour de moi avec des yeux neufs, Merci, et j’espère que beaucoup d’autres lecteurs ouvriront ces pages pour découvrir l’homme que vous avez été.

20raton-liseur
Editado: Mar 9, 2019, 9:30am

6. Blue Sheet - Norimizu Ameya, traduction de Corinne Atlan ; lecture collective
(Not translated into English)

J’avais commencé cette lecture audio, et arrêté immédiatement. Le théâtre allégorique, ce n’est pas « mon truc » et je ne voulais pas écouter quelque chose pour en faire une note de lecture négative ensuite tout ça parce que je n’avais rien compris. Puis j’ai lu la présentation, qui explique que c’est une pièce écrite par un auteur aponais contemporain à partir d’échanges avec des lycéens de Fukushima (d’après la catastrophe bien sûr, qui s’intéressait à Fukushima avant ?) et créée par le club de théâtre de ce même lycée, et j’ai décidé de tout de même tenter l’aventure.
Cela reste une pièce très cérébrale où tout n’est que symbole, et effectivement, je n’ai probablement pas tout compris. Mais c’est aussi une pièce qui a un véritable pouvoir d’évocation. Les affres de l’adolescence, dans toute leur trivialité et toute leur exceptionnalité, l’adolescent à la fois unique et caractéristique de tous les adolescents.
Mais quand en plus l’entrée dans l’adolescence est marquée par une catastrophe naturelle et humaine de l’ampleur de celle de Fukushima, ampleur liée au bilan humain, au bilan économique, mais aussi ampleur liée à la remise en cause du modèle de société qui est le nôtre, les questions de l’adolescence prennent une autre dimension. Que veux-je faire de ma vie, quel sens lui donner ? Cette question même a-t-elle un sens d’ailleurs ? Et la mort ? Que serait le monde sans moi ?
Des questions universelles, mais que le contexte rend plus prégnantes, plus aigues. Et pour dire cela, des scénettes qui se succèdent, chacune illustrant une facette de la question, une approche d’un adolescent. Et le résultat final est une pièce qui met mal à l’aise, qui interroge et laisse son spectateur dans un no man’s land recouvert de bâches bleues, dans un état de malaise dont il est difficile de se sortir.
Une pièce difficile, tant dans sa construction que dans les sensations qu’elle fait naitre chez le lecteur ou le spectateur. Mais le sujet ne pouvait générer que des émotions de cet ordre. Une pièce difficile, à lire quand on a le cœur et le moral bien accrochés, mais qui est intéressante pour ce qu’elle dit ou ce qu’elle laisse entrevoir. Je suis contente de lui avoir donné une seconde chance et de l’avoir lue jusqu’au bout. Ce n’est pas mon type de lecture habituelle, mais j’ai pu l’apprécier tant l’atmosphère est prenante. Je ne lirai pas ce genre de chose tous les jours, ce serait une lecture à ne plus voir le soleil qui brille.

21raton-liseur
Editado: Mar 9, 2019, 9:55am

7. Les Chants d’Anjouan - Jean-Marc Turine ; lecture d’Anouk Grinberg
(Not translated into English)

Un texte un peu fourre-tout, revendication politique, clichés sur la beauté des pays noirs, clichés sur la pauvreté des pays noirs, clichés sur les merveilleuses amitiés au-delà des couleurs. Tout cela assemblé sans queue ni tête pour donner un ensemble assez informe, dont on ne sait trop comment extraire le propos de l’auteur. Je me suis plutôt ennuyée à l’énonciation de tous ces poncifs. J’ai tout de même appris que le statut de Mayotte avait valu quelques remontrances à la France de la part de l’ONU. Fait intéressant et que j’ignorais totalement, mais cela ne rachète pas ce texte, à la poésie revendiquée duquel je n’ai pas été sensible.

22raton-liseur
Mar 9, 2019, 9:56am

8. Je ne sais pas parler - Franz Bartelt ; lecture de Stéphane Valensi
(Not translated into English)

Mouais mouais mouais… Un auteur aussi discret que son personnage, en tout cas qui m’était tout à fait inconnu. Et je le découvre ici avec un drôle de texte, en tout cas un texte dont le point de départ est assez étrange : un homme est invité à la radio et n’arrive pas à refuser, alors que c’est un vrai phobique de la parole dite. Le texte nous fait d’abord partager ses affres, la montée de l’angoisse. Puis petit à petit, sans y toucher, on commence à entrevoir de possibles explications à cet état de fait, rendant le personnage plus humain, plus fragile, mais je n’ai pas su rentrer dans cette histoire, m’attacher d’une façon ou d’une autre au personnage. Je suis restée sur le pas de la porte pendant toute la lecture, et c’est un livre que je referme sans émotion aucune.

23raton-liseur
Editado: Mar 9, 2019, 9:57am

9. Les Liaisons dangereuses - Pierre Choderlos de Laclos ; adaptation de Lise Charles, lecture de Sophie Daull et Gabriel Dufay
(Translated into English as Les Liaisons dangereuses or Dangerous Liaisons)
Je vois bien dans tout cela les méchants punis ; mais je n’y trouve nulle consolation pour leurs malheureuses victimes.
(Lettre CLXXIII, “Madame de Volanges à Madame de Rosemonde”).
Les Liaisons dangereuses, voilà un titre que j’ai toujours su sulfureux, et je n’avais jamais osé m’en approcher. Il a fallu une adaptation radiophonique de France Culture pour que je m’y décide enfin, et que le monument littéraire prenne le pas sur la réputation qui me faisait rougir avant même de l’ouvrir. Et ce fut une lecture finalement assez plaisante, et pas si dérangeante que cela pour la prude que je suis…
Le propos est connu et, s’il n’est pas si original que cela à l’époque, il a depuis été battu et rebattu, ce n’est donc pas là qu’est l’intérêt de cette lecture aujourd’hui. Car le libertinage revendiqué par les personnages n’est que le révélateur d’une aristocratie décadente et à bout de souffle. Le libertinage, ce sont aussi les idées nouvelles, qui remettent en cause l’ordre établi et bien trop rigide. Les deux personnages principaux, les célèbres Valmont et Merteuil, peuvent paraître bien antipathiques dans ce roman, et certes leurs actions le sont. Mais ils apparaissent au fil des lettres qu’ils écrivent bien plus complexes qu’au premier abord, en particulier la marquise de Merteuil devient presque attachante lorsqu’elle explique, dans une de ses lettres, à quel point il lui a fallu de la volonté pour se faire elle-même, pour s’éduquer, pour se former, puis pour ériger tout un système de vie qui lui permette une certaine liberté, à elle, une femme, dont le seul bien reconnu est sa fragile réputation.
Valmont, lui, m’a moins intéressée, plus caricatural, Don Juan dans toute sa splendeur, d’autant plus intéressé que la proie paraît inaccessible. Je dois même avouer que je ne suis pas vraiment d’accord avec la marquise de Merteuil, je suis loin d’être sûre qu’il soit effectivement tombé amoureux de la Présidente de Tourvel. J’y vois surtout un effet de la jalousie de la première, de son orgueil blessé, mais je ne vois pas là de véritable amour. Peut-être suis-je trop terre à terre.

On sent les limites de l’exercice quand la morale est finalement sauve à la fin, on sent ce que Laclos a pu transgresser et ce qu’il a su devoir respecter, dans une époque pas encore tout à fait mûre pour trop de subversion. Mais c’est un livre d’une incroyable richesse, tant pour son intrigue que pour l’analyse des personnages et de la société dans laquelle ils évoluent. Choderlos de Laclos est l’homme d’un seul livre, était-il même destiné à être un homme de livre, rien n’est moins sûr. Il a utilisé un genre assez en vogue à l’époque, celui du roman épistolaire, moyen facile pour permettre les changements de point de vue et pour permettre l’omniscience sans avoir recours à un narrateur. Tout cela date beaucoup le roman dans sa forme, mais le fond reste tout aussi passionnant.
En définitive, un roman que je suis contente d’avoir lu, pas parce qu’il fait date dans l’histoire de notre littérature, mais parce que c’est un bon roman, qui accroche son lecteur tout autant qu’il lui donne à réfléchir.

24raton-liseur
Editado: Mar 24, 2019, 6:26am

10. Le Garçon - Marcus Malte
(Translated into English as The Boy)


Regarde, fiston, parce qu’un jour tu ne verras plus. Ecoute, parce que tu n’entendras plus. Sens, touche, goûte, étreins, respire. Qu’au moins tu puisses affirmer, le moment venu, que cette vie qu’on te retire, tu l’as vécue.
(p. 172, Chapitre 11, Partie 2, “1909-1910”).

Les habitudes sont tenaces mais on n’est pas obligé de vivre, on peut se contenter d’être en vie.
(p. 508, Chapitre 10, Partie 5, “1916-1938”).
C’est en empruntant des chemins de traverse que j’ai découvert Marcus Malte. Avec des romans radiophoniques qu’il écrit pour France Culture par exemple, puis avec une nouvelle au titre énigmatique, Mon frère est parti ce matin. Je me suis dit qu’avec un style comme cela, il pourrait m’emmener n’importe où, et j’ai fini par me laisser tenter par son dernier roman, pour lequel j’ai même eu le droit à une dédicace à la dernière Rue des Livres de Rennes. Je m’apprêtais donc à me régaler, cette fois sur le long court.
Mais comme le laisse deviner cette introduction, quel pensum… L’écriture est toujours maitrisée, mais cette fois j’ai trouvé l’exercice plutôt oiseux, je me suis demandée pendant tout le livre où l’auteur voulait m’emmener, et je n’ai pas la réponse. Beaucoup de trouvailles, de très beaux passages, mais aussi des passages qui traînent en longueur et que j’aurais bien sauté si je n’avais continué à espérer mieux de ce roman.
En refermant ce livre, et en me disant qu’enfin je vais pouvoir passer à autre chose, je m’aperçois, et cela éclaire certains de mes avis très critiques sur d’autres livres, que j’ai la dent dure sur les livres pour lesquels, une fois que je les ai refermés, je me demande pourquoi l’auteur les a écrits. On peut écrire un livre pour défendre une thèse, pour essayer de comprendre quelque chose, mais aussi pour une atmosphère, pour le bonheur, pour la poésie… On peut avoir plein de bonnes raisons (qu’après j’apprécie plus ou moins, mais qu’au moins je peux respecter). Ici, je ne comprends pas pourquoi Marcus Malte s’est donné la peine d’écrire ces plus de cinq-cents pages, et je ressors de cette lecture écœurée d’un trop plein, et en même temps, perdue seule au bord d’une route que je comptais parcourir en compagnie d’un auteur et d’un livre, mais qui m’ont posé un lapin.

Je me suis demandé si ces différents épisodes dans la vie du garçon étaient autant de marches à gravir vers l’humanité, puis de retour vers l’animalité. On aurait le groupe, puis la parole, puis l’amour, puis la guerre, qui est finalement le summum de l’humanité, pour après repartir peu ou prou dans l’autre sens et se dépouiller peu à peu de tous ces oripeaux de l’humain qui sont autant de déguisement. Ai-je trop cherché, trop interprété, je ne sais pas.
Et malgré quelques belles pages dans la solitude, puis dans la guerre (je passe le passage qui se veut érotique et auquel je n’ai pas réussi à croire : Emma et Felix, est-ce vraiment réaliste ? Je n’arrive pas à y croire une seule seconde, et c’est là que Marcus Malte m’a définitivement perdue, le reste n’étant plus crédible). Pourtant, les descriptions de la guerre ne sont pas inintéressantes, pas plus que les pages sur le stoïcisme dont fait preuve le garçon lorsqu’il arrive à Cayenne. Mais je n’en pouvais plus, je criais grâce et comptais et recomptais les pages qui me restaient à lire.
Tant pis, je garderai peut-être Marcus Malte pour les formats courts, dans lesquels je le trouve excellent et avec lesquels il m’embarque dans une histoire sans problème, je chercherai peut-être aussi à découvrir Marcus Malte auteur jeunesse, mais je ne retenterai pas de sitôt Marcus Malte auteur de roman.

25raton-liseur
Editado: Mar 10, 2019, 11:41am

Up to date with my Januray readings (mainly audio, but that's the way my reading is structured those days).
Some nice and interesting readings, the highlight being undoubtedly Souvenirs et Solitude by Jean Zay.

Next week, I'll start with the February reads, again with diversity and some powerful books.

26dchaikin
Editado: Mar 9, 2019, 3:01pm

I’m slightly embarrassed to say I read your reviews by copying them and pasting them into the google translate app. I could usually follow reasonably well, although certainly an amount gets lost. Anyway, enjoyed your entries, and fascinated by Jean Zay (and found your Pétain commentary interesting.) You are pursuing an interesting variety of works. Welcome to Club Read.

27raton-liseur
Mar 9, 2019, 2:42pm

>26 dchaikin: Thanks a lot dchaikin for dropping by and giving this warm welcome. Great that you were fascinated by Jean Zay as I was.
I'm happy to be contributing (although modestly) to this great reading platform that this group is.

28dchaikin
Mar 9, 2019, 3:06pm

I’m glad you’re here. It’s a really nice group. Whenever it gets quiet I tend to look around for something similar, but there is somehow a level of comfort here that’s not easy to find.

29raton-liseur
Mar 10, 2019, 11:40am

>28 dchaikin: I totally agree with what you're saying. There's an interesting balance of assertive personal tastes and curiosity for others' reading experiences, everybody following his or her own path and interest in others’ twists and turns.

30auntmarge64
Mar 10, 2019, 8:54pm

>26 dchaikin: Dan, I thinks that's a great idea!

31rachbxl
Mar 12, 2019, 6:30am

Found you! I'm looking forward to following your thread.

32raton-liseur
Mar 12, 2019, 3:50pm

>31 rachbxl: Welcome!

33raton-liseur
Mar 13, 2019, 6:39am

11. Des Jours et des nuits à Chartres - Henning Mankell, traduction de Terje Sinding ; lecture d’Aurélie Nuzillard
(Not translated into English)
Avec mes appareils, j'ai fixé une souffrance inconcevable, un courage inconcevable, une lâcheté inconcevable. J'ai fixé ce qu'est réellement la guerre : quelque chose d'inconcevable.
C’est la deuxième fois que je rencontre Henning Mankell au gré de mes lectures. Ce grand nom de la littérature noire me donne envie de le découvrir, bien que je ne sois pas adepte de ce genre, et à chaque fois, je me retrouve avec un livre qui n’a pas grand-chose d’un polar. On sait moins en effet qu’Henning Mankell est aussi un auteur de théâtre, et pas seulement un auteur si j’en crois sa notice biographique sur Wikipédia. Et c’est en effet avec une pièce de théâtre que je le retrouve aujourd’hui. Mais elle est noire cette pièce de théâtre. Pas de meurtre, pas d’enquête, mais beaucoup de sombre, de pas beau à voir.
C’est une photographie qui est ici le point de départ de l’écriture de Mankell, une photographie prise à Chartres le 16 août 1944 par le célèbre Robert Capa, et publiée en une du Life Magazine un mois plus tard. On y voit une femme, tondue, un enfant dans les bras, remonter une rue entourée de policiers, alors que sur les trottoirs, une foule narquoise et ouvertement moqueuse la regarde passer. C’est une célèbre photo célèbre, bien que pas particulièrement bonne ni particulièrement explicite, mais c’est une photo qui a le mérite d’exister, témoignage d’une période difficile de l’histoire française, de l’histoire de toutes les guerres probablement, celle où, comme le dit un des personnages, on règle ses comptes et on ne sait pas quelle est la part de la vengeance, de la méchanceté et du deuil.
De cet épisode, Mankell a conservé le nom de la femme, Simone, le lieu, petite ville de province, l’histoire d’amour et l’enfant qui en nait. Il a inventé tout le reste et, d’après ce que j’ai pu lire, à rendu son personnage beaucoup plus humain et innocent qu’il ne l’était peut-être dans la réalité. Mais les libertés qu’il a prises avec la réalité rendent sa pièce de théâtre encore plus forte, pleine de questions auxquelles il est difficile de répondre.
Qu’est-ce qui fait la trahison, qu’est-ce qui fait la collaboration ? Peut-on mélanger sentiments et politique, sentiments et guerre ? Simone est-elle innocente, coupable, mais coupable de quoi alors, innocente jusqu’à quel point ? Peut-on être aveugle à la situation qui nous entoure, dire que ça ne nous concerne pas, qu’on n’y peut rien ? Et peut-on se venger de ses souffrances sur quelqu’un d’autre ? Ou pire, se venge-t-on parfois de ses propres lâchetés sur un bouc émissaire facile à trouver et à immoler ?
Mêlant à toutes ces considérations une réflexion sur la photographie et ce qu’elle véhicule, Mankell écrit une pièce de théâtre très riche, qui se déploie selon de multiples axes sans jamais être brouillon. On sent là la maitrise d’un homme de théâtre confirmé, et cela me donne envie de voir du Mankell sur scène, pour de vrai. Cela doit prendre à la gorge et laisser un peu groggy, mais parfois c’est nécessaire pour se sentir vivant et un peu plus humain.

34thorold
Mar 13, 2019, 6:55am

>33 raton-liseur: Sounds interesting. I’ve never quite felt that the Wallander stories I’ve read in English lived up to Mankell’s massive reputation, but I know all my Swedish friends have a lot of respect for him. Maybe he has more freedom to develop his ideas on stage?

35raton-liseur
Mar 13, 2019, 7:08am

>34 thorold: I have never read anything linked to Wallander or other crime novels by Mankell, so I can't compare. But yes, Mankell is definitely an author to follow. I don’t know what have been translated in English apart from the Wallander series, but can only recommend to explore his plays and non-crime novels.

36rachbxl
Mar 13, 2019, 8:57am

>33 raton-liseur: This does sound good. I just downloaded the France Culture podcast of it.

37raton-liseur
Editado: Mar 13, 2019, 9:23am

>36 rachbxl: I hope you'll enjoy it (although given the topic, enjoy might not be the right word). Curious to know what you will think of it.

38raton-liseur
Editado: Jun 16, 2019, 10:25am

12. Le Mouron rouge, tome 2 : Le Serment - Emmuska Orczy ; traduction de Charlotte Desroyses et Marie-Louise Desroyses
(Translated from the English I Will Repay)


Juillet, août, septembre avaient changé de nom ; on les appelait à présent : messidor, thermidor, fructidor. Mais, sous ces nouvelles appellations, ils continuaient à faire don à la terre des mêmes fleurs et des mêmes fruits. Messidor couvrait toujours les haies d’églantines sauvages, thermidor revêtait les champs dénudés d’un manteau étincelant de coquelicots écarlates, fructidor rougissait les hampes de l’oseille sauvage et mettait la première teinte vermeille sur les joues pâles des pêches mûrissantes.
(p. 41, Chapitre 5, “Une journée dans les bois”).

Qu’à travers cette épreuve, elle eût pu connaître la joie et la douceur d’être aimée, c’était plus qu’elle ne méritait, et le souvenir des baisers brûlants que Delatour avait posés sur sa main était une compensation ineffable pour tout ce qu’elle aurait à souffrir.
(p. 120, Chapitre 18, “A la prison du Luxembourg”).

Au Tribunal, la journée avait été particulièrement remplie. Trente-cinq prévenus tirés des différentes prisons de Paris avaient été jugés en l’espace de sept heures – une moyenne de cinq par heure. Douze minutes pour envoyer une créature humaine pleine de vie et de santé résoudre la grande énigme de l’au-delà !
(p. 154, Chapitre 23, “Au Palais de Justice”).
C’est bien rare, alors puisque c’est le cas je ne m’en prive pas, le deuxième tome de la série du Mouron rouge est encore meilleur que le premier. Après le pensum que je viens de finir de lire, j’avais besoin d’une lecture légère, rafraichissante. Ma liseuse électronique semblant être en sursis, je me suis lancée dans le deuxième tome des aventures du Mouron rouge. Je savais à quoi m’attendre et c’est ce dont j’avais besoin.
Et j’ai eu ce à quoi je m’attendais. Enfin presque. Une histoire de cape et d’épée, saupoudrée d’un bel amour pur et contrarié, tout cela dans le Paris sanglant et révolutionnaire de la Terreur.
Le livre est court, plus court d’après mes souvenirs que le premier tome, et la lecture ne prend que quelques heures, qui passent sans que l’on s’en aperçoive. Dès les premières pages on sait qui va aimer qui, on sait quels tourments ces nobles personnages vont endurer, mais ce n’est pas grave, car le plaisir n’est pas dans le suspens, il est dans l’observation de comment l’inéluctable va arriver.
Une petite déception tout de même, sur la façon dont sont traitées les femmes : dans les deux premiers tomes, c’est par une femme que le malheur arrive. Une femme qui ne réfléchit pas trop aux conséquences de ses actes (une faible femme, quoi), une femme qui se dédouane de toute réflexion parce qu’on lui propose un marché insensé ou parce qu’on lui fait prêter un serment. Non, l’auteur a beau être elle-même une femme, elle n’est pas féministe pour deux sous, bien au contraire, et c’est à mon avis très dommage. J’espère que les prochains tomes, que je ne manquerai pas de lire, je le sais déjà, sortiront de ce schéma bien peu féministe et proposeront des intrigues fonctionnant sur d’autres ressorts.
Mais une fois ce bémol (non négligeable je l’admets) exposé, je dois avouer que j’ai eu de très belles surprises. Le Mouron rouge se fait attendre, mais lorsqu’il paraît, son plan est d’une audace et d’une originalité folle. Grand observateur de l’âme humaine, il en joue avec brio, mais de façon tout à fait réaliste, jouant des mouvements de foule et de leur volatilité pour créer le chaos dont il a besoin pour mener à bien ses projets de fuite. Ce n’est pas très glorieux pour la populace, certes, surtout la populace française puisque c’est bien sûr d’elle qu’il s’agit, mais c’est d’un réalisme plutôt bien vu et assez d’actualité même.
Un livre pour ceux qui aiment le genre. Les romans faciles à lire mais bien tournés, et les romans avec un petit goût suranné qui donne tout son piquant à la lecture. Un bon moment de détente, avec une lecture facile à lire mais qui ne cède pas à la facilité. Un petit plaisir que je ne peux que recommander, mais il faut déjà avoir lu le premier tome pour en profiter réellement.

39thorold
Mar 18, 2019, 1:20pm

>38 raton-liseur: Fun! But I don’t think the Baroness is really a writer who would be in tune with our times...

There seem to be some people who claim some small feminist credentials for her by pointing to her detective stories, which have a contemporary setting and a narrator who’s a “girl reporter”. But she seems to have been very conservative and imperialist in general. She founded a women’s organisation during WWI aimed at getting women to pressure their husbands, brothers and sons into joining the army.

I’ve got a couple of her novels on my shelf, which look as though they were originally my grandfather’s - I read The elusive pimpernel once, but I found the style (an exclamation mark! in every third sentence!) and heavy-handed right-wing propaganda rather hard to take. I don’t think I’ve read the other one, The bronze eagle.

40raton-liseur
Editado: Mar 18, 2019, 3:18pm

>39 thorold: Interesting fact. That would not be the contribution to WWI that I would have thought about as most obvious!
I read the elusive pimpernel a few weeks ago (review to come soon) but could not read the 4th one: three in a row was too much. Let's see if I pick it up latter, it is an easy and entertaining read.

Your comment on the right-wing propaganda made me think, as I have not noticed it at all. I felt the book was royalist but for us, on this side of the Channel, royalist is just an oddity, outside of the political prism. I felt that the book was very folkloric and sooo British (sorry if this sounds patronizing, this is not the intent, I really enjoy this view on what is such an important part of our history, although we tend not to insist too heavily on this particular episode of the Revolution. With very different literary merits, A Tale of Two Cities brought me the same type of enjoyment).

Oh, and I'll have to look if there are exclamation marks in the French version!

41raton-liseur
Mar 20, 2019, 4:24am

13. Quoi que Jean veuille - Bertrand Leclair ; lecture de Jérôme Quintard
(Not translated into English)

Comment la raison peut-elle ne pas basculer quand on reçoit une demande d’amitié facebook d’un ami bien réel lui, mais mort il y a 25 ans ? Prémisse intéressant même si, déjà dépassée, le seul réseau social que je fréquente est celui de cette bibliothèque virtuelle pour lequel j’écris ces quelques lignes…
Une histoire de tous les jours, banale, trop banale, bien trop banale… Il y aurait pu avoir du mystère, il y aurait pu avoir une fin ouverte (C’est un comble que ce soit moi qui plaide pour une fin ouverte, non ?...). Mais rien de tout cela, après trois petits pas du côté du vaudou haïtien, on revient à quelque chose de bien linéaire, bien carré, et au final, sans grand intérêt. J’ai bien failli, même, ne pas finir l’écoute de ce texte. Tant pis.

42raton-liseur
Editado: Mar 24, 2019, 7:43am

14. Princesse Sara, cycle 1 (tomes 1 à 4) - Audrey Alwett (scénario) et Nora Moretti (illustrations)
(Not translated into English)

Cette critique se rapporte aux quatre premiers volumes de la série de bande dessinée « Princesse Sara ».
Tome 1 - Pour une mine de diamants
Tome 2 - La Princesse déchue
Tome 3 - Mystérieuses héritières
Tome 4 - Une petite princesse !



Cela fait plusieurs mois que M’ni Raton tourne autour de cette bande dessinée. Elle n’a ni lu le livre (moi non plus, mais ça ne saurait tarder) ni vu le dessin animé qui a bercé mon enfance, mais elle a vu une adaptation cinématographique, très libre d’ailleurs puisqu’elle se passe pendant la Première guerre mondiale qui est postérieure à l’écriture du livre, et plutôt pas mal faite.
Alors, avec « princesse » dans le titre et le style manga et kawaï (un mot que je viens d’apprendre, tiens…), M’ni Raton ne pouvait que vouloir lire cette bande dessinée. C’est chose en cours, maintenant qu’elle est inscrite à la bibliothèque de notre nouveau chez-nous.
Et c’est chose faite pour moi, à la fois attirée par une nouvelle adaptation de cette histoire qui a bercé mon enfance et curieuse de pouvoir en discuter avec M’ni Raton. Et voici mon avis à moi, celui de M’ni Raton n’étant qu’un grand élan d’enthousiasme.
C’est une adaptation très fidèle de l’œuvre me semble-t-il, avec seulement l’origine de la fortune du capitaine Crewe, le père de Sara, qui diffère, puisqu’ici il est l’héritier d’une entreprise de fabrication d’automates, mais pas n’importe quels automates, ce sont de véritables androïdes, qui peuvent comprendre et réagir. Drôle de parti pris pour cette adaptation, je ne vois vraiment pas ce que cette introduction de fantastique apporte à cette mise en image très fidèle du livre, par contre elle la fait passer dans une sorte de légère uchronie qui n’apporte rien à l’histoire ou aux personnages, mais qui crée de la distance entre le lecteur et l’univers dans lequel il se trouve plongé.
J’ai apprécié ma lecture, sans plus donc, mais je n’ai pas non plus boudé mon plaisir, même si les dessins d’inspiration trop manga m’ont peu emballée, mais je suppose que c’est une question de génération. Par contre, maintenant que j’en suis rendue à la fin du tome 4, je me demande vraiment ce que l’auteur prépare pour la suite. L’histoire de Frances Hodgson Burnett est terminée, mais la série n’en est même pas à la moitié. Et, vus les titres, on va aller de plus en plus dans l’uchronie, dans le steampunk, comme je le vois mentionné dans d’autres notes de lecture, c’est vrai que le terme est plus exact. Et je me doute bien aussi qu’il va y avoir une histoire d’amour, ce n’est pas pour rien qu’est, autre entorse avec la version originale, créé le personnage de James dans la bande dessinée, il y a anguille sous roche à mon avis ici…
C’est donc un étrange projet que cette série de bandes dessinées, d’abord très (trop peut-être) fidèle à un livre, puis qui devra inventer une suite, et en plus dans un monde inventé. Je suis curieuse de voir la suite, justement pour me rendre compte de comment cette deuxième partie va être traitée, mais je dois avouer que je suis assez sceptique… Une bande dessinée pour les demoiselles d’aujourd’hui, donc, je suppose, mais probablement pas une lecture que je recommanderais chaudement. Et vraiment, il est temps que j’aille lire l’original…

43raton-liseur
Editado: Mar 20, 2019, 4:48am

15. Lettre d’une inconnue - Stefan Zweig, traduction de Mathilde Lefebvre ; lecture de Peggy Martineau
(Translated into English as Letter from an Unknown Woman)

La veine romantique de Stefan Zweig n’est décidément pas ce que je préfère chez cet auteur. Bien sûr, il s’agit d’un autre milieu, d’une autre époque, mais quelle vision de la femme, quelle conception du romantisme qui semble ne trouver sa plénitude que dans l’abnégation et le renoncement.
Certes, l’écriture est belle, comme d’habitude, délicate même. Mais non, je ne peux décidément ni m’identifier ni compatir avec ce genre de personnage.

44raton-liseur
Mar 24, 2019, 5:49am

16. Comment faire disparaître une ombre - Pierre Senges ; lecture d’Hervé Furic
(Not translated into English)

Il y a quelques jours je me plaignais d’une fin pas assez ouverte dans une autre pièce radiophonique et maintenant je trouve la fin beaucoup trop ouverte, jamais contente vous allez dire, mais c’est le privilège du lecteur sourcilleux je suppose.
Ici, on est dans la farce historique. Pierre Senges fait du théâtre dans le théâtre, et convie pour cela des grands noms de la belle époque, de Molière à Torelli en passant par Colbert et d’Artagnan. Il y a aussi Tenon et Mortaise, les machinistes (oui, j’aime bien l’humour facile parfois…), et puis surtout il y a Nicolas Fougerolles, alter ego de Nicolas Fouquet bien sûr, surintendant pas très sourcilleux lui par contre, et qu’il serait bon de faire disparaître, à moins que lui ait envie de disparaître lui-même.
La chronologie n’est pas respectée, et l’histoire pourrait être amusante, mais je dois avouer que je n’ai pas accroché du tout. C’est tout juste drôle, et cela finit un peu en eau de boudin comme l’on dit familièrement, laissant l’auditeur sur sa faim. Tant pis, pour cette fois, c’est raté.

45raton-liseur
Mar 24, 2019, 5:56am

17. Princesse Sara, cycle 2 (tomes 5 à 8) - Audrey Alwett (scénario) et Nora Moretti (illustrations)(Not translated into English)

Cette critique se rapporte au deuxième cycle de la série de bande dessinée « Princesse Sara », à savoir les tomes 5 à 8.
Tome 5 - Retour aux Indes
Tome 6 - Bas les masques
Tome 7 - Le Retour de Lavinia
Tome 8 - Meilleurs vœux de mariage



Je ne peux dire le contraire, même si les premiers tomes ne m’avaient pas véritablement emballée, j’étais curieuse de voir ce que nos deux auteures allaient faire pour la suite de cette série, maintenant que l’adaptation du roman de départ était terminée.
Et c’est en Inde que se déroule ce nouveau cycle. Comme cela, on est moins tenu à une certaine vérité historique, l’Inde c’est loin, personne ne connaît... Alors on peut y mettre plein de couleurs et plein de robes plus extravagantes les unes que les autres.
Pour l’histoire, pourquoi pas, la trame narrative n’est pas invraisemblable, avec Sara, maintenant adulte, qui veut récupérer l’entreprise de son père. Il faut bien sûr se farcir quelques histoires d’amour un peu mièvres et pas très crédibles, mais si l’on arrive à prendre son mal en patience, on s’en sort plutôt bien. Rien de transcendant certes, mais tout cela se lit facilement et on passe un bon moment avec plein de jolis dessins toujours un peu trop kawai selon moi, mais c’est le goût du jour... Ce furent donc quelques heures de lecture très détendantes, même si l’on sent bien que tout cela est fait pour de jeunes adolescentes qui veulent rêver à bon compte.

46raton-liseur
Mar 24, 2019, 5:58am

18. Princesse Sara, tome 9 : Intrigue à Venise - Audrey Alwett (scénario) et Nora Moretti (illustrations)
(Not translated into English)



Je continue sur ma lancée avec ce neuvième tome, pour lequel je fais une critique à part, car il ne fait effectivement pas partie d’un cycle, ce tome se suffisant à elle-même. Cette fois, Sara, en route pour l’Europe, s’arrête à Venise où elle est la marraine du carnaval. Un scénario faiblard, mais le contexte idéal pour des dessins qui en mettent plein la vue. Les demoiselles ont des tailles un peu trop fines à mon goût et des formes vraiment trop généreuses. C’était déjà le cas dans les tomes précédents, mais là, on n’a même plus l’excuse de l’histoire pour faire passer cela. Les dessins sont travaillés, certes, mais le message envoyé aux demoiselles qui lisent cette histoire commence à me paraître désagréable. Le tome de trop ?

47raton-liseur
Editado: Nov 3, 2019, 9:33am

19. Princesse Sara, début du cycle 3 (tomes 10 et 11) - Audrey Alwett (scénario) et Nora Moretti (illustrations)
(Not translated into English)

Cette critique se rapporte aux tomes 10 et 11 de la série de bande dessinée « Princesse Sara ».
Tome 10 - La Guerre des Automates
Tome 11 - Je te retrouverai


J'aimerais vous laisser faire des soudures sur mes genoux toute la nuit.
(p. 18, Tome 11).
Cette note de lecture se rapporte uniquement aux tomes 10 et 11 de la série, bien que le 12 devrait permettre de conclure le cycle (et espérons-le cette série), mais il n’est pas encore paru au moment de ma lecture.
Oui, vraiment, ce sont les tomes de trop. Ils sont bâclés, autant dans les dialogues que dans les dessins, du moins pour ce qui est de l’expression des personnages. Les robes sont toujours superbes, mais les silhouettes sont de moins en moins réalistes, de plus en plus suggestives, et là, je commence vraiment à être dérangée. J’imagine que les auteures ont voulu faire évoluer leur propos avec l’âge des lectrices cible, mais, alors que je commençais à être vaguement dérangée par les tomes précédents, ici je ne peux vraiment plus cautionner. L’image de la femme, tant physique que morale (est-ce réaliste de voir l’indépendante Sara Crewe accepter d’être l’enjeu d’une partie d’échecs ???), devient plus que problématique, les dialogues sont plein d’approximations, le scénario est bancal, on ne comprend pas pourquoi Sara se retrouve dans cet imbroglio politico-industriel qui fait pschitt et se transforme en une écœurante histoire d’amour malsain et contrarié.
Non, vraiment, je ne sais pas qui est à blâmer, des auteures dépassées par leur sujet ou de l’éditeur qui pousse pour prolonger une série qui marche bien d’un point de vue commercial, mais je suis vraiment choquée de la tournure de cette série et je commence à me dire qu’un simple « bof, pas terrible » n’est pas suffisant. C’est un « non » ferme et net qui est de mise. Nul ne devrait acheter cette série, ni pour sa fille, ni pour son CDI ou sa bibliothèque, c’est dégradant pour l’image de la femme, et certainement pas une lecture à conseiller à de jeunes adolescentes qui se cherchent des modèles et des références pour évoluer sereinement.
Cette série ne m’a jamais véritablement convaincue et je l’ai lue parce que M’ni Raton s’y intéressait. Elle l’a lue, hélas, sans voir les sous-entendus désagréables pour la femme mais j’espère qu’ils n’ont pas fait trop de dégâts. Mais je suis contente que ce ne soit qu’un emprunt à la bibliothèque municipale, et non un livre qu’elle garde dans sa chambre et qu’elle pourrait lire et relire. Une seule lecture, c’est déjà une de trop.

48Dilara86
Mar 25, 2019, 10:15am

Aïe ! Qu'est-ce que ça ne donne pas envie ! Déjà que La petite princesse/A Little Princess a quelques côtés problématiques... Heureusement, mini-raton devrait trouver sans mal plein d'autres lectures plus intéressantes pour son développement personnel...

49raton-liseur
Mar 25, 2019, 1:42pm

>48 Dilara86: Espérons... Mais pour l'instant, elle vient de découvrir la bibliothèque du village et emprunte toutes les bd du rayon enfant. Et franchement, tout n'est pas particulièrement positif.
Je ne veux pas rentrer dans un système de contrôle de ce qu'elle emprunte et lit, mais j'essaie d'aiguiller un peu quand même. Disons qu'il faut qu'elle développe son esprit critique, c'est en tout cas ce que j'espère...

50raton-liseur
Editado: Jun 16, 2019, 11:03am

20. Le Mouron rouge, tome 3 : Les Nouveaux Exploits du Mouron rouge - Emmuska Orczy ; traduction de Charlotte Desroyses et Marie-Louise Desroyses
(Translated from the English The Elusive Pimpernel)



Le Mouron rouge, dont l’identité n’est plus un secret pour personne, est provoqué en duel sur les terres de France, où il est l’ennemi public numéro un. Et, n’apprenant rien de ses erreurs passées, sa douce et tendre moitié se jette à nouveau dans la gueule du loup pour rendre les choses encore plus difficiles, encore une écervelée de femme à qui il est impossible de mettre ne serait-ce qu’un peu de plomb dans la tête…
Le livre se lit facilement, une fois de plus, c’est amusant de voir à quel point la Baronne Orczy n’a aucun scrupule à mêler des personnages historiques à son œuvre de fiction, allant même jusqu’à convoquer le sanguinaire Robespierre. Donc oui, le livre se lit bien, il est plaisant, mais on a un peu l’impression d’une resucée du premier tome et c’est donc un peu décevant, d’autant que, et je n’ai pas dévoiler la fin que de dire cela, la façon dont le Mouron rouge s’échappe ressemble plus à une pirouette d’auteur qu’à un véritable scénario de livre de capes et d’épées.
Je suis un peu déçue donc, mais parce que j’ai été habituée à mieux. Je ne m’arrêterai donc pas en chemin pour autant, espérant retrouver une veine plus inspirée de l’auteure dans les prochains tomes. (Avouerai-je que le tome suivant est d’ailleurs déjà sur ma table de chevet…).

51raton-liseur
Mar 25, 2019, 1:47pm

21. Un Jour de chance et autres nouvelles - Hyun Jin-Geon ; traduction de Mi-Kyung Friedli et David Reichenbach
(The eponym short story is translated into English as One Lucky Day in A Washed-out Dream and L’incendie is translated as Fire in Flowers of Fire)


Ah ! quelle belle journée ! Regardez les branches du caroubier dans la brise, ses feuilles vertes qui dansent comme si elles voulaient s’envoler dans le ciel…
(p. 19, “Le Journal et la prison”).

C’est cela pour moi l’un des intérêts des masses critiques de Babelio*, découvrir des livres qui m’attirent mais que je n’aurais probablement pas trouvé dans mes librairies habituelles, et que je n’aurais probablement pas osé acheter. Ainsi, on ne peut avoir que des bonnes surprises. Et celle-ci en fut une, à coup sûr.
Je connais peu, pour ne pas dire pas, la littérature coréenne, à part un recueil de nouvelles aussi, tiens d’ailleurs, d’un certain Hwang Sok-Yong, lui aussi très connu dans son pays mais qui s’est peu exporté jusqu’à nous. Ces quelques nouvelles sont donc pour moi une découverte presque totale, tant d’un auteur que d’un pays et aussi d’une partie de son histoire, car j’avais probablement déjà vaguement entendu que la Corée avait été sous domination japonaise, mais sans véritablement réaliser ce que cela voulait dire.

C’est dans ce contexte donc que j’ai ouvert ce livre et que j’ai commencé à égrainer les nouvelles une à une. Ce n’est pas pour l’originalité des nouvelles qu’il faut lire ce livre, la plupart des scénarii ont déjà été vus et revus, les chutes, lorsqu’il y en a, sont prévisibles dix pages à l’avance (sachant qu’une nouvelle fait souvent moins dix pages…). Pourtant, j’ai apprécié presque chaque minute de cette lecture. C’est la plume de l’écrivain qui fait ici toute la différence et qui donne une saveur particulière à ces nouvelles. Les descriptions, par exemple, sont pleines d’une immense poésie, avec un coup d’œil tout asiatique qui dépayse tout de suite la lectrice occidentale que je suis. Comparer une vieille fille revêche à une ombrine séchée, c’est poétique dans la sonorité mais sans concession dans la signification.
Le contraste entre l’universalité des thèmes abordés et la particularité de la langue est un des traits les plus saillants de cette lecture, et un des plus émouvants aussi je crois. Et c’est ainsi que l’on découvre, par petites touches, les particularités d’une société aux codes bien marqués. Le respect pour les aînés, avec ces relations très codifiées qui sont mises en scène dans « La mort de Grand-mère » ou bien la place de la femme dans ces années 20 empreintes de tradition, avec par exemple la femme de la nouvelle « Une société qui pousse à boire » qui ne connaît ni le sens du mot « études » ni celui du mot « société », mais elle a une confiance aveugle dans son mari. Tous ces petits détails qui rendent ces nouvelles particulièrement intéressantes et riches.
Je ne peux m’empêcher, pour ma référence personnelle, de faire une courte liste des nouvelles que j’ai préférées : une société qui pousse à boire (1921), L’incendie (1925), La vertu et le prix des médicaments (1929), La mort de Grand-mère (1923), et je m’arrête là pour ne pas toutes les citer. Cela m’amène d’ailleurs à me demander comment les éditions Atelier des cahiers ont réalisé ce recueil. Est-ce un recueil existant qui a été traduit intégralement, ou y a-t-il un travail de sélection dans l’œuvre de cet auteur pour proposer un florilège de son travail ? Si c’est la deuxième option, comme j’ai tendance à le penser, je voudrais ici dire à quel point ce travail est ici bien mené. Les nouvelles sont toutes emplies de tristesse et de nostalgie (et c’est bel et bien un euphémisme), ce qui donne une unité certaine au recueil, mais dans le même temps, les nouvelles traversent toutes les couches de la société coréennes, certes principalement les plus pauvres, mais l’on côtoie aussi des garçons de bonne famille accompagnés d’une gisaeng (équivalent de la geisha japonaise) et l’on fait de très intéressantes incursions dans le milieu rural, où se déroulent deux des nouvelles que j’ai citées plus haut, celle de l’incendie et celle de la vertu.
L’Atelier des cahiers était une maison d’édition que je ne connaissais pas, mais dont je tiens ici à saluer le travail, que j’ai beaucoup apprécié, tant pour mettre à la disposition d’un lectorat francophone des œuvres d’une très grande qualité et jusqu’alors introuvables, que pour la composition de ce livre qui, et par la forme (un beau papier agréable, une couverture qui reflète la diversité des nouvelles) et par le fond (et je souligne à nouveau l’intelligence du choix des nouvelles qui forment ce recueil), est un petit bijou très discret.
Pour finir, je remercie Babelio pour l’organisation de la masse critique qui m’a permis de gagner ce livre, et surtout, je remercie les éditions de l’Atelier des cahiers pour leur envoi, qui est une addition précieuse à ma bibliothèque et à mon cheminement de lectrice, et pour la qualité de ce livre dont ils ont assuré la publication ici et en Corée. J’ai grâce à vous découvert un auteur que j’ai envie de continuer à côtoyer et j’ai passé un moment empreint de tristesse mais plein d’intérêt et de beauté.

* Système équivalent aux critiques en avant-première de BiblioChose, sur un site concurrent francophone, que je continue à fréquenter de loin en loin.

52raton-liseur
Mar 31, 2019, 10:36am

22. Le Monde dans lequel nous vivons - Marin Ledun ; lecture de Laurent d’Olce
(Not translated into English)
- Je veux à nouveau pouvoir dormir tranquille, avec la conscience du travail bien fait (…).
- Mais c’est perdu d’avance voyons.
- Et ca vous suffit ?
- C’est le monde dans lequel nous vivons, Monsieur Diez.
- C’est pas la bonne réponse, Lieutenant.
On commence comme tout petit roman noir doit commencer. Un homme est arrêté pour excès de vitesse, les gendarmes s’aperçoivent qu’il est au volant d’une voiture volée. Et puis tout part dans une direction inattendue, car on s’aperçoit que ce n’est pas le premier vol dont ce Simon Diez, cinquante ans, célibataire taciturne et sans histoire, se rend coupable. Mais il rend les voitures quelques heures plus tard, et il ne vole que des voitures familiales et vieillottes.
L’idée est très intéressante, j’ai beaucoup aimé le début de cette petite histoire. Mais très vite, l’auteur commence à en faire des tonnes. Pas la peine d’ajouter une histoire d’amour peu crédible et encore moins, surtout, une tragédie qu’on sent venir trois plombes avant, on sent bien pourquoi elle va avoir lieu et on sent bien à quel point ce n’est pas nécessaire. Dommage, je me suis vite ennuyée, encroûtée je dirais.
J’aurais aimé une meilleure histoire, le thème le méritait (même si je ne peux en dire plus sans dévoiler le seul petit intérêt de toute cette histoire). J’ai lu plusieurs histoires de Marin Ledun, certaines que j’ai aimées, d’autres que je n’ai pas du tout appréciées. Ici, c’est un peu des deux, mais une grande déception. Tant pis, le monde dans lequel nous vivons continuera tel qu’il est.

53raton-liseur
Mar 31, 2019, 10:38am

23. Une Mémoire pour l’oubli, suivi de Discours de l’Indien rouge - Mahmoud Darwich ; lecture de Mohamed Rouabhl
(Translated into English as Memory for Forgetfulness)
Je viens de me souvenir que je t’ai oubliée.
(Une Mémoire pour l’oubli).
Arbre mon frère, ils t’ont fait souffrir tout comme moi. Ne demande pas miséricorde pour le bûcheron de ma mère et de la tienne.
(Discours de l’Indien rouge).
« Le temps : Beyrouth, Le lieu : un jour d’août 1982 » (sic).Voilà l’incipit d’un texte douloureux. Le texte d’un poète aux derniers jours d’une guerre qui le conduiront à l’exil. Les bombes pleuvent, les morts se succèdent, et cet homme est pris au piège dans son appartement, pris au piège de ses souvenirs, pris au piège de son irrépressible envie de prendre un café préparé dans les règles de l’art, son rituel de chaque matin, celui par lequel il se sent vivre. Oui, un texte douloureux, les errances mentales d’un homme qui n’a plus que sa tête pour errer. Une évocation de la guerre sans qu’elle soit plus qu’esquissée, elle est présente, omniprésente même mais on la voit d’une façon assez absurde, surtout à nos yeux d’occidentaux qui n’avons jamais connu ces réalités. La guerre trop proche qui empêche cet homme, dans sa grande maison pleine de belles baies vitrées donnant sur la mer, d’aller de sa chambre à sa cuisine pour se faire un café. Dérisoire, certes, mais aussi d’une gravité impossible qu’aucune épaule ne devrait avoir à porter.

Ce texte est suivi d’un autre, Discours de l’Homme rouge, où un Indien fait en quelque sorte un bilan de l’arrivée des Blancs sur son continent. Histoire retracée au fil des émotions plus qu’au fil d’une quelconque chronologie. Un texte très poétique, trop pour moi, et je m’y suis parfois perdue, d’autant que la mise en son m’a parue discutable : d’abord une voix en arabe et une voix en français se superposant et rendant la compréhension du narrateur difficile, pour passer ensuite à une alternance des langues, avec des plages d’arabe qui m’ont perdues car elles finissaient par être trop longues pour que je me laisse seulement bercer par les sonorités sans que mon esprit ne se mette à vagabonder. Bonne idée de vouloir faire une adaptation bilingue, mais la concrétisation ne me paraît pas à la hauteur de ce qu’on pourrait en attendre.
Voilà donc une écoute intéressante, qui me sort des sentiers que j’arpente d’habitude. Ce n’est pas une réussite totale, mais cela tient plus à la lectrice que je suis qu’au livre en lui-même. Je suis tout de même contente, à l’issue de cette lecture, d’avoir découvert un poète palestinien, d’abord parce que c’est un poète et je ne lis ni n’écoute souvent de la poésie, et ensuite parce qu’il est de langue arabe et que je lis rarement des livres venant de cette partie du monde, ce que j’aimerais faire plus souvent.

54raton-liseur
Abr 4, 2019, 3:29pm

24. Rebecca, texte original de l’émission d’Orson Welles - Daphné du Maurier, traduction de Sophie Brissaud ; adaptation d’Howard Koch ; lecture de Melissa Baraud
(Translated from the English Rebecca)
Nous ne reviendrons jamais à Manderley. (incipit).
Je ne suis pas certaine de comprendre pourquoi cette œuvre de Daphné du Maurier a tant fasciné et est devenu un tel canon du genre. C’est bien, certes. L’atmosphère est tendue de bout en bout, les gens ne tournent rond ni au début ni à la fin. Mais c’est juste une bonne histoire qu’on aime lire pour passer un bon moment et puis voilà, non ? Il semblerait qu’il y ait autre chose, De fins connaisseurs, Hitchcock n’étant pas le moindre, l’ont dit, c’est que cela doit être vrai.

55raton-liseur
Abr 4, 2019, 3:31pm

25. Une Brume si légère - Sandrine Collette ; lecture de Julie Moulier et Quentin Baillot
(Not translated into English)

J’ai croisé le nom de cette auteure dans une note de lecture qui m’a intriguée et en allant un peu plus loin, je me suis aperçue que j’avais déjà écouté un livre d’elle, que j’en avais même fait une « critique » plutôt élogieuse il y a presque cinq ans, et pourtant je n’en avais aucun souvenir. Comme quoi, ça sert de garder une trace de ses lectures…
Donc ni une ni deux, prochain trajet en bus, je mets mon casque sur les oreilles et j’écoute à nouveau cette nouvelle. Dès les premières minutes, je me suis souvenue de l’histoire, mais pas dans tous ses détails, ce qui fait que j’ai pu être à nouveau surprise par certains retournements de situation.
Et cette seconde lecture confirme ma première impression. On est dans un futur proche dystopique, où les pauvres sont relégués dans une sorte de ghetto dont ils n’ont plus le droit de sortir, et où ils vivent dans des carcasses de voiture, car vous comprenez, avec les difficultés économiques de notre pays, on ne peut pas leur offrir mieux, on sait que ce n’est pas très digne, mais vous comprenez ma bonne dame, on fait au mieux de nos possibilités. (Toute ressemblance avec un discours actuel est naturellement fortuite).
Et l’on voit quelques personnages bien choisis évoluer dans ce milieu, Jo et Ada, Nathan et Jean-No accompagnés d’Aristote et Diogène. Des relations se créent, des tensions. Il y a de l’espoir, il y a du réalisme.

Bien vue cette nouvelle qui nous montre sans prêchi-prêcha un avenir qui pourrait bien être le nôtre, qui fait réfléchir sur nos choix sans être moralisateur.
Sandrine Collette est une auteure de romans noirs, ce qui n’est pas vraiment ce que je lis habituellement. La violence contenue qui irrigue cette nouvelle ne me donne pas envie de lire ses livres plus longs, car c’est un style et un genre qui me mettent trop mal à l’aise, mais, pour les amateurs du genre, je me dis que c’est une auteure à découvrir, car elle a une plume sacrément incisive, et si ses autres écrits peignent aussi bien les travers de notre société, ils valent probablement le coup.

56raton-liseur
Abr 9, 2019, 10:05am

26. Le Livre de l’inquiétude - Fernando Pessoa, traduction de Marie-Hélène Piwnik ; extraits choisis par Denis Lavant, lecture de Denis Lavant
(Translated into English as The Book of Disquiet or The Book of Disquietude)
La vie me fait mal à petits bruits, à petites gorgées, par les interstices.
(Préface, lettre à Mario de Sà-Carneiro).
C’est ainsi que je porte assistance et ai toujours porté assistance, depuis que je me rappelle avoir ressenti les émotions les plus nobles, à la douleur, à l’injustice et à la misère qu’il y a dans le monde de la même façon qu’un paralytique porterait assistance à un homme qui se noie et qu’aucune personne même valide ne parviendrait à sauver. La douleur d’autrui est devenue pour moi plus qu’une douleur unique, celle de la voir, de la voir irréparable et de savoir que la concevoir irréparable m’appauvrit même de la noblesse inutile d’envisager les gestes permettant de la réparer.
Un livre dont on ne sait même pas traduire le titre… Cela s’annonce comme un livre bien opaque. Dans l’édition que j’ai écoutée, la traductrice a décidé de faire simple, elle a choisi le terme courant d’« inquiétude » et ne s’est pas laissée aller à l’« intranquillité » qu’on associe en général à Pessoa. Par contre, j’ai, en guise de préface, une lettre qu’il a écrite au poète Mario de Sà-Carneiro, dans laquelle il se dit atteint d’hystéro-neurasthénie. Ça y est, le mot est prononcé. A quelle lecture sinistre et geignarde dois-je me préparer ?
Et effectivement, il s’agit pour une grande partie d’une lecture sinistre. Une longue lettre de plusieurs centaines de pages dont l’objet principal est d’expliquer les raisons qui poussent l’homme qui l’écrit au suicide. Cela ne pouvait être plus sinistre, effectivement. Mais, à ma grande surprise, ce n’est pas geignard du tout. Les personnages de Pessoa (il a fallu tout de même que j’aille vérifier sa biographie pour savoir comment Pessoa était mort et comment je devais interpréter cette écriture à la première personne), puisqu’il apparaît qu’ils sont plusieurs, ne se plaignent pas. Ils constatent ce qu’ils sont, ils voient le monde, ils prennent acte et agissent en conséquence. C’est tout, aucune fioriture, rien à ajouter.

Ce que j’ai préféré probablement c’est la façon dont Pessoa lie la tentation du suicide à une idée de perfection, de non compromission. Faire quelque chose dans la vie, c’est « D’aucuns diraient qu’il faut tenter, quoi qu’il en coûte. Parce que c’est moral, parce que c’est ce qu’il y a à faire. Mais Pessoa, ou du moins ses hétéronymes, ne sont pas d’accord. Il ne sert à rien d’essayer si l’on sait la tentative vouée à l’échec. Pessoa ne s’encombre ni d’une morale bien pensante ni d’un héroïsme chevaleresque.
Pourtant, Pessoa n’est pas indifférent, il ne supporte pas la douleur des hommes, il ne supporte pas l’imperfection de ce qui l’entoure. Et c’est cette conjonction entre un sens aigu de la compassion et un sens tout aussi aigu de la perfection qui rend cet homme malade d’être, au point de refuser la vie.

Voilà une méditation profonde et triste, mais pas inintéressante du tout, stimulante même. A se demander si nos morales plus flamboyantes ne sont pas surtout des paravents qui cachent notre instinctive volonté de vivre à tout prix, notre instinct de survie. Pessoa est finalement peut-être plus honnête avec lui-même.
J’en parle comme si ce livre était une longue lettre que Pessoa m’avait écrite, à moi ou à une autre de ses connaissances, et que cette lettre représentait effectivement son état d’esprit. Mais je ne connais rien de Pessoa que je découvre ici, et je vois en faisant quelques recherches superficielles qu’il est mort des suites de son alcoolisme. Il était l’écrivain de la mélancolie, mais sa fin n’a pas la clarté, l’honnêteté, le courage de celle de ses personnages. Qu’en penser, qu’en dire ? Ce livre montre un absolu, absolu auquel on peut adhérer ou pas. Et puisque nous sommes tous encore sur cette terre, c’est que la plupart d’entre nous n’y adhérons pas. C’est que nous acceptons les compromissions, ou bien que la vie offre d’autres joies qui compensent, si l’on peut dire, les imperfections qui lui sont inhérentes.
Belle réflexion, beaucoup à penser. Et pour moi, une envie de découvrir un jour cet auteur et cet écrivain de façon un peu plus poussée.

57raton-liseur
Abr 9, 2019, 10:08am

27. Lettre à ma mère - Georges Simenon ; adaptation de Pierre Assouline, lecture de Thierry Hancisse
(Translated into English as Letter to My Mother)

Je tourne autour de Maigret, mais ne l’ai jamais ni lu ni vu en film. Je découvre Simenon par la petite porte, celle qu’on emprunte rarement, mais cela me permet de me familiariser avec le personnage pour peut-être enfin un jour découvrir Maigret. Lettre à ma mère est ma deuxième ou troisième incursion chez cet auteur. J’avais entendu parler, probablement au détour d’une émission littéraire, de cette douleur qu’il avait portée toute sa vie, celle de ne pas avoir été aimé par sa mère, celle de s’être entendu dire « C’est dommage que ce soit ton frère qui soit mort. ».
Cette lettre, dont le premier jet est écrit au lendemain de la mort de la mère, est une demande d’amour inconsolée. Simenon y répète souvent : « Tu vois, je ne te reproche rien. » et pourtant c’est la béance d’un cri d’amour qui n’est pas entendu que l’on lit à chaque ligne.
C’est bien écrit, déchirant car on sent l’enfant mal aimé à chaque ligne. Mais dans le même temps, on n’est jamais dans le larmoyant, ni dans la plainte. C’est un équilibre difficile à tenir, mais Simenon, alors écrivain très expérimenté, le tient de bout en bout. Pourtant, je n’ai pu m’empêcher d’éprouver un certain sentiment de gêne, ne me sentant pas à ma place face à cet épanchement. Probablement parce que je ne me sens pas familière de l’auteur, ni de son œuvre, et qu’il semble un peu étrange d’entrer dans l’intimité de cet homme sans le connaître, comme si je n’avais rien demandé et qu’on me la jette à la face (c’est pourtant moi qui ai décidé de prendre ce livre, certes, je ne le nie pas, comme je ne nie pas ne pas être à une contradiction près). C’est donc me semble-t-il un livre pour ceux qui connaissent déjà bien l’auteur, qui l’ont beaucoup fréquenté et qui veulent mieux le connaître. Pour ma part, je ressors de cette lecture avec un sentiment étrange, celui d’avoir lu un texte beau et fort, mais qui ne m’était pas destiné.

58Dilara86
Abr 12, 2019, 10:11am

Thank you for these reviews! I think I'll try The Book of Disquiet. It sounds depressing but rewarding. Sandrine Collette is one of those authors I'd vaguely heard of and meant to explore, but never did. I'll see if my local library carries her books. Shame about the Darwish audiobook. I can also imagine it must be pretty frustrating for people with less-than-perfect hearing!

59thorold
Abr 12, 2019, 10:27am

>57 raton-liseur: Sounds interesting. I’m in the opposite position to you - I’ve enjoyed something like 40 of Simenon’s books, but never quite dared to try any of his autobiographical writings, or even Assouline’s biography. From all I’ve heard about him, I can’t imagine that he’a someone I could find much sympathy with. Apart from his nautical side, perhaps.

60raton-liseur
Abr 18, 2019, 9:40am

>58 Dilara86: Quite a good summary for The book of disquiet. I'm looking forward to your review, and the one on Sandrine Collette if you get to it.
For Mahmoud Darwish, I agree, but at least it gave me a taste of his poetry, and that was interesting, although not the best experience. I'll read this author again if I have the opportunity.

>59 thorold: I think I see what you mean. I was not aware of a nautical side for Simenon... Any suggestion to start with Maigret?

61raton-liseur
Editado: Abr 18, 2019, 9:45am

28. Cosmocolosse : Tragi-comédie climatique et globale - Bruno Latour ; lecture collective
(Not translated into English)
Puisqu’on l’a fait nous-mêmes, on maîtrise tout. Bien sûr, il y a quand même quelques détails qu’on n’avait pas prévus du tout. On verra demain… Demain est un autre jour. Ils dorment, c’est très bien. Ils ne savent pas tout… C’est mieux aussi. Oui le directeur a raison, on ne peut pas tout dire.

Les Etats-Unis n’ont pas gagné deux guerres mondiales pour que l’humanité puisse cultiver en toute sécurité des légumes bios.*
Bruno Latour est connu pour son engagement en faveur de la lutte contre le changement climatique. J’étais curieuse, donc, en commençant la lecture audio pièce de théâtre, un peu méfiante aussi, craignant quelque chose de trop unidirectionnel, un discours un peu prêchi-prêcha. Mais il n’en est rien.
Cosmocolosse est, sous forme condensée et métaphorique, une histoire de l’idée du changement climatique : comment elle est apparue, comment les scientifiques se sont positionnés par rapport à ce nouvel objet scientifique, comment les politiques s’en sont emparés, pour agir (ou ne pas agir pour être plus exact), pour produire des éléments de langage. Et aussi comment le « grand public » a navigué entre ces discours, hésitant, mouvant, indécis et impuissant tout en même temps.
C’est à la fois caricatural, dense et complexe. Il faudrait lire et relire ce texte pour en comprendre tous les détails, tous les sous-entendus, toutes les métaphores. Il y a là matière à cogiter pendant de nombreuses heures, en contemplant les étoiles que l’on aperçoit encore à travers la couche de pollution.
Mais étrangement, à l’issue de cette lecture audio, le sentiment qui prédomine chez moi est celui de l’impuissance. Nous sommes appelés à disparaître, et après tout, ce n’est peut-être pas plus mal, en tout cas la Terre, Gaïa, s’en remettra. Alors, pourquoi, au lieu de faire des essais que l’on sait dérisoires, pourquoi ne pas en profiter au maximum, quitte à polluer un peu plus, car après tout, après moi le déluge, et c’est bien le cas de le dire.
Je ne crois pas que ce soit le message que Bruno Latour désire faire passer avec cette pièce, et pourtant c’est celui que j’ai reçu. Une sorte de sursaut citoyen me fait rejeter cette attitude, même si au fond je sais bien que mes efforts ne sont pas assez, et que, seuls, ils sont dérisoires. Mais il importe aussi de pouvoir se regarder dans la glace le matin, et de ne pas avoir tout à fait honte de ce que l’on y voit.
Etrange pièce, donc, d’un ardent porte-parole du changement climatique et de la nécessité d’agir, qui me laisse l’impression que toute action est et sera vaine. Je ne sais si je me méprends totalement dans mon appréciation ou si la pièce de théâtre n’est pas un reflet efficace de la pensée de son auteur. C’est donc un sentiment d’étonnement et d’incrédulité qui me restent à la fin de cette lecture, intéressante certes, mais qui pousse trop à mon goût à l’attentisme.

* La citation est amusante sortie de son contexte, j’ai beaucoup souri avec cette phrase. Mais, derrière la boutade, c’est aussi la réalité économique qui se cache derrière les guerres qui est exprimée et c’est une phrase d’un cynisme bien sombre qui, là, ferrait plutôt verser une larme sur les ressorts qui font bouger notre monde, qu’il soit question des Etats-Unis ou d’autres pays.

62raton-liseur
Abr 18, 2019, 9:47am

29. Les filles au chocolat, tome 5: Cœur vanille - Cathy Cassidy (texte) et Claudia Forcelloni (illustrations) ; traduction de Anne Guitton, adaptation de Véronique Grisseaux
(Translated from the English The Chocolate Box Girls: Sweet Honey)



Il paraît que cette série de livre fait fureur dans les CDI depuis quelques années. Je ne doute pas qu’il en est de même pour les adaptations en BD.
Pour ma part, je la lis pour continuer sur ma lancée de maman sur-protectrice. Après les Princesse Sara, M’ni Raton a emprunté cette BD, bien que je lui aie dit il y a peu que les livres n’étaient pas pour elle. Mais comment peut-elle résister ? Des filles toutes plus girly les unes que les autres (non, ce n’est pas kawaï cette fois, mais tout ça c’est un peu blanc bonnet et bonnet blanc pour moi), et avec des pâtisseries de partout. Tout pour attirer M’ni Raton… Et nous voilà toutes les deux lancées dans la lecture de ce tome, pris au hasard au beau milieu de la série.
Je m’attendais à quelque chose d’assez niais, en fait il n’en est rien. C’est certes très didactique, mais je pense que cela se veut éducatif, et en plus sur des sujets d’actualité, ici l’usage des réseaux sociaux et le cyber-harcèlement. Ce n’est pas trop mal fait, même si l’on peut regretter que les adultes ne soient pas très présents, et n’aident pas beaucoup à résoudre le problème. Donc, ici, je dirais que je n’ai pas grand-chose à reprocher à l’histoire et à la BD. M’sieur Raton n’aime pas le côté Santa Barbara, je dirais pour ma part plutôt Beverly Hills, mais on se comprend : tout le monde est bien habillé, vit dans de belles maisons. Pas vraiment de gros problèmes, juste des petits ennuis de surface. Mais je suppose que c’est ce qu’il faut pour attirer le lectorat visé. On verra plus tard pour Zola.

Plutôt positive, donc, même si je ne suis pas sûre d’être complètement emballée, cela manque de quelque chose. De la personnalité peut-être, un brin d’originalité sûrement. Mais à réserver à des adolescentes (oui, le public-cible est féminin, c’est une certitude) de 14 ou 15 ans au moins. M’ni Raton est encore trop petite pour cela. Les histoires de parents peu responsables, de tromperies, d’avoir embrassé trop de garçons quand on n’a que 15 ans comme c’est le cas de notre héroïne au mielleux nom de Honey, non, j’aimerais bien préserver encore un peu l’innocence de ma petite fille et qu’elle lise cela lorsqu’elle se sera déjà aperçue par elle-même que les relations amoureuses sont bien plus compliquées que dans les contes de fées.

63raton-liseur
Abr 18, 2019, 9:50am

30. L’Incroyable Expédition de Corentin Tréguier au Congo - Emmanuel Suarez ; lecture de Quentin Dolmaire
(Not translated into English)
Tout le monde pense que je suis noir à cause de la couleur de ma peau.
(Episode 3).
- Vous priez en latin ?
- Le père Théotime me répétait que les prières ne sont exaucées que si elles sont dites en latin.
- Mais c’est faux ! Ça marche aussi en breton !

(Episode 8).
Elles sont intéressantes ces petites pièces écrites pour France Culture. Pas beaucoup d’intérêt littéraire, pas de grande trouvaille scénaristiques (quoique, pour celle-là, c’est plutôt loufoque…), elles sont avant tout écrites pour permettre un travail sur le son. Mes conditions d’écoute ne me permettent pas d’en juger, mais lorsque je vois ces pièces apparaitre dans mon fil de lecture audio, je sais que je vais pouvoir passer un moment de simple détente, avec un livre simple mais pas désagréable.
Et c’est le cas ici, une histoire annoncée comme de la science fiction, et qui se passe en 1872, déjà ça commence mal… Il est question d’un savant parti en expédition au Congo et qui s’est malencontreusement transformé en singe. On ne peut pas rester sans réagir, la réputation du grand pays colonialiste et civilisateur qu’est la France est en jeu… Alors on envoie, tel un nouveau Stanley, un jeune militaire, Corentin Tréguier, afin de le retrouver et… de faire ce qu’il y a à faire. Mais les motivations des uns et des autres ne sont pas si claires, si la France a choisi un benêt sans ambition ce n’est probablement pas par hasard, et la Belgique n’est pas en reste depuis qu’elle a eu vent de cette histoire de mutation inter-espèce…
Nous sommes ici dans le loufoque, il ne faut pas prendre tout cela trop au sérieux, mais il y a tout de même quelques sujets qui sont effleurés de façon légère mais bien vues, en particulier le racisme et le sexisme, mis en parallèle de façon intéressante, chacun se sentant prisonnier de l’apparence de son corps, et ce quelque soit ce qui se trouve à l’intérieur, d’où cette belle citation que j’ai mise en exergue de cette note de lecture.
Et puis, bien sûr, Corentin Tréguier est breton, ce qui ne gâche rien à l’histoire. Avec un nom comme cela, il ne pouvait être que breton, et Saint Yves (même si, vous savez, le saint originaire de la ville de Tréguier, patron des juges et des avocats…) doit être fier de ce jeune homme plein d’idéaux et aussi juste que possible avec tous.
On a même le droit à une reprise de « Guerre guerre, vent devant » qui n’a rien à envier à celle de Tri Yann. Et les petits travers bretons en prennent pour leur grade, c’est amusant.
Je me suis bien amusée tout du long, j’ai même franchement rigolé par moment, mes compagnons de bus ont dû me trouver bizarre, mais tant pis pour ma réputation !

64raton-liseur
Abr 18, 2019, 9:55am

31. Une aussi longue absence - Marguerite Duras, avec la collaboration de Gérard Jarlot ; lecture d’Alida Valli et Georges Wilson
(Translated into English as The Long Absence)

Il était question de Marguerite Duras il y a peu dans une discussion et je disais que j’avais peu apprécié L’Amant et Un Barrage sur le Pacifique. J’avais cet enregistrement dans mes archives, qui ne m’attirait guère pour les raisons sus-citées, mais cette conversation a été l’occasion de renouveler mon intérêt.
Et grand bien m’en a pris. Lorsque Marguerite Duras parle de la mémoire, là je peux la suivre. Ce texte est en réalité le scénario d’un film écrit en collaboration avec Gérard Jarlot. Le film est sorti sur les écrans en 1961 et je m’aperçoit en écrivant ces lignes qu’il a obtenu la Palme d’or au Festival de Cannes la même année. Je ne l’ai pas vu, ma culture cinématographique étant plus que limitée j’en ai peur, mais cette lecture a été très prenante. L’histoire est simple : la patronne d’un bistrot quelque part dans une calme banlieue de Paris voit passer devant chez elle un clochard qui a perdu la mémoire. Elle note une ressemblance avec son mari, déporté pendant la guerre et qui n’est jamais revenu. Persuadée que les deux hommes n’en font qu’un, elle tente tout ce qu’il est possible pour que la mémoire de cet homme lui revienne. On ne connaitra pas le fin mot de l’histoire, la fin restant ouverte à toutes les interprétations, mais l’essentiel n’est pas là.
La résignation de cet homme sans mémoire, la détresse de cette femme qui voit en quelque sorte son mari lui être arraché une deuxième fois, l’impossibilité de faire son deuil, l’impossibilité de se couler dans une mémoire qui n’est pas la sienne. Ce sont des sujets douloureux que cette histoire expose avec une pudeur que je n’allie pas habituellement à Marguerite Duras, mais dont elle fait preuve aussi dans Hiroshima mon amour, dont j’ai aussi lu le scénario et que j’avais apprécié aussi, même si Une aussi longue absence est encore plus beau.
Une lecture qui fait réfléchir longtemps après que les personnages se soient tus, les yeux dans le vague, sentant à quel point la mémoire est un bien précieux et volatile, complexe et indispensable.

65lilisin
Abr 19, 2019, 3:28am

>64 raton-liseur:

I'm glad you were able to form a better relationship with Duras. I think the characters in her Indochine series are so awful that it's really hard to pierce through them to get to her (and when you know that the book is semi-autobiographical it doesn't help develop your opinion in a positive way).

And just in time with you review as I'll be in Paris for two weeks starting Tuesday and obviously will be book shopping so I'll try to pick this up as my next Duras! Any other recommendations you might have?

66raton-liseur
Abr 21, 2019, 2:45pm

>64 raton-liseur: Hello Lilisin. I hope you'll enjoy your time in Paris!
Thinking about Duras, I think the two only books I enjoyed are the one from her movie scripts: Une aussi longue absence and Hiroshima mon amour. On another thread, Dilara recommends La Douleur, with a similar line to Un aussi longue absence and I might try that one in a not-so-far future...

67raton-liseur
Editado: Abr 27, 2019, 2:05pm

32. Les Mémoires de Maigret - Georges Simenon ; adaptation de Pierre Assouline, lecture de Bruno Raffaelli
(Translated into English as Maigret's Memoirs)
La vérité ne paraît jamais vraie.

Après la lecture récente de la Lettre à ma mère de Georges Simenon, je continue à découvrir cet auteur, mais toujours en prenant la tangente. Je me rapproche dangereusement du nœud de son œuvre puisque cette fois, pour la première fois, j’ai entendu la voix de Maigret. Mais il n’est toujours pas question d’enquête policière, puisqu’ici Maigret raconte, à la première personne, ses relations avec un certain Georges Simenon, rencontré lorsque celui-ci a demandé à visiter le 36 quai des Orfèvres, qui l’a pris comme modèle pour ses romans et qui est devenu un ami de la famille.
Maigret prend enfin la plume directement, pour tenter de rétablir quelques vérités mais il y arrive mal et finalement, tout au long de ce roman finalement assez court, il ne fait, à son corps défendant, que justifier les choix de Monsieur Simenon. Publié en 1951, c’est-à-dire au beau milieu de la carrière littéraire de Simenon, quand on s’attendrait à ce que des mémoires viennent clôturer un cycle, marquer le moment où un personne tire sa révérence, ce livre est une étrange mise en abyme d’un personnage de roman emblématique de part et d’autre de Quiévrain.
Je ne suis pas certaine qu’il était judicieux de lire ce livre avant de faire la connaissance de Maigret comme « simple » personnage de roman, mais je sais au moins que Simenon est capable d’auto-dérision, qu’il aime jouer sur les différents plans de la fiction, et ce fut une lecture amusante et instructive, mais qui sera probablement à reprendre si je m’aventure dans l’immense collection des Maigret. Mais, avec 75 romans et 28 nouvelles (d’après les comptes de Wikipédia), par où commencer ? La question reste pour moi entière à ce jour.

68raton-liseur
Editado: Abr 27, 2019, 2:05pm

33. Conte de Noël - Charles Dickens, traduction de Mlle de Saint-Romain et M. de Goy ; adaptation de Sophie-Aude Picon, lecture de Serge Avedikian
(Translated from the English A Christmas Carol)

Qui ne connaît pas le conte de Noël de Dickens ? Un classique parmi les classiques, non ? Je suis un peu à contre-saison, mais j’ai pris le prétexte de ce texte pour différer la lecture audio d’un texte autrement plus ardu auquel j’avais encore besoin de me préparer.
Et finalement, grand bien m’en a pris car je me suis aperçue que finalement, je connaissais bien peu de cette longue nouvelle de Dickens. A mieux y réfléchir, je crois que j’ai découvert cette histoire en bande dessinée dans un des rares Je Bouquine que j’ai eus entre les mains, un magazine littéraire pour jeunes, qui présentait toujours une œuvre du patrimoine en bd, dans le but de donner envie de la découvrir. C’est donc bien des années plus tard que je m’y attèle, et ce fut un plaisir de découvrir un texte beaucoup plus riche que ce que j’en avais alors entraperçu. En particulier, j’ai beaucoup aimé la description de chacun des esprits, ainsi que leur aspect changeant. C’est l’image de la bd lue il y a probablement vingt cinq ans qui m’est apparue devant les yeux pour l’esprit des Noëls présents, je me souviens encore de ses couleurs vives tranchant avec un dessin oscillant partout ailleurs entre marron et gris, mais les esprits des Noëls passés et des Noëls futurs ont pris de l’épaisseur avec cette lecture. J’ai aussi plus voyagé, vu plus de noëls, assisté à la transformation de Scrooge et ce fut un plaisir. On retrouve aussi le Dickens politique, compagnon intellectuel de Victor Hugo, avec une critique ouverte des maisons de force, cette incroyable réalité dont j’ai pris conscience il y a finalement bien peu de temps, et grâce à la littérature.
Certes, la transformation de Scrooge me paraît un peu trop rapide (il n’y a guère besoin de trois esprits, le premier aurait probablement suffi pour le convertir), certes elle ne se fait pas vraiment pour des bonnes raisons (c’est la peur de la punition après la mort qui l’emmène à changer, pas vraiment la compréhension de l’ignominie de son attitude), mais je suppose qu’il faut prendre en compte l’âge du livre et la période à laquelle il a été écrit, ainsi que la contrainte que s’impose Dickens de prendre l’esprit de Noël pour pivot de son intrigue.
Et puis, il faut bien avouer que la plume de Dickens est une caresse bien agréable, avec de belles descriptions qui font de ce chant de Noël tout en prose un classique bien mérité. Il m’a été agréable de me frotter enfin à l’original, de découvrir toute la saveur qu’il renferme et que les adaptations édulcorent bien trop. Une belle lecture, donc, que je ne regrette pas d’avoir fait, même si c’est à contre saison !

69raton-liseur
Abr 27, 2019, 2:13pm

34. L’Empire des signes (extraits) - Roland Barthes ; lecture de Denis Podalydès
(Translated into English as Empire of Signs)

Roland Barthes est présenté par Wikipédia comme un philosophe, critique littéraire et sémiologue. Pas du tout le genre d’auteur que je fréquente habituellement. Mais, lu ici par Denis Podalydès, cela me paraissait moins inaccessible et mon petit côté intello se sentait flatté.
Certes, c’est une lecture ardue et je n’ai l’impression que d’avoir survolé le livre, mais j’ai aimé cette analyse du Japon. C’est l’analyse d’un européen, à n’en pas douter. L’analyse d’un occidental qui a passé un temps finalement assez court dans un pays étranger et qui, confronté à une culture radicalement différente, se laisse envoûter par son exotisme. C’est un livre tout en fascination, qui, probablement, ne supporterait pas le regard critique d’un spécialiste de la culture japonaise (si tant est que cela puisse être un titre dont quelqu’un se glorifie). Roland Barthes semble plus, dans son approche du Japon, refléter ses propres questionnements philosophiques, et c’est en creux l’analyse de sa propre culture qu’il fait en la confrontant à l’altérité.
Son analyse de l’espace de la maison japonaise, dans toute la splendeur de son dépouillement, ses réflexions sur les haïkus, leur apparente simplicité et ce qu’ils disent et ne disent pas sont intéressantes, mais, il faut que le lecteur en soit prévenu, écrit dans une langue recherchée, à grand renfort de répétitions et de périphrases. Le livre est intéressant, les idées stimulantes, mais je n’ai pu m’empêcher de sourire à l’ironie d’une forme finalement assez ampoulée pour raconter un fond fait de simplicité et d’épure. Bel exemple de contradiction dans cette réflexion très occidentale sur une culture éminemment orientale.

70raton-liseur
Maio 4, 2019, 9:08am

35. L’Orphelin - Anouk Grinberg ; lecture d’Anouk Grinberg
(Not translated into English)

Un livre audio mal nommé, et me voilà avec un conte groenlandais adapté et lu par la comédienne Anouk Grinberg au lieu de ceux de Ma Mère l’Oye, de Perrault, auxquels je m’attendais. Qu’à cela ne tienne, je ne suis jamais contre un petit vent froid et un joli conte traditionnel dépaysant.
L’orphelin fait écho à un conte que je connais déjà, celui de l’enfant rejeté par sa communauté parce qu’il est un poids mort, mais qui se révèle, grâce à sa générosité spontanée et son courage. Un peu de chance aussi ici, puisque notre orphelin reçoit l’aide d’un bon gros géant (mais qu’il rencontre parce qu’il est généreux, justement). C’est un conte sur le passage à l’âge adulte, ce qui veut dire, ici, devenir un grand et valeureux chasseur.
Conte dépaysant, mais dont je n’ai probablement pas su lire tout le sous-texte car je ne connais pas cette culture et ses références. Mais un bon moment de lecture et de voyage très loin du climat tempéré dans lequel je baigne et très loin du confort quotidien dont je jouis dans ma maison chauffée et équipée. Un conte d’un autre temps, d’un autre lieu, qui permet de passer un agréable moment loin de soi-même.

71raton-liseur
Maio 4, 2019, 9:10am

36. Une Saison au Congo - Aimé Césaire ; lecture de Marc Zinga
(Translated into English as A Season in the Congo)

Une Saison au Congo, c’est en réalité un an de son histoire, de janvier 1960, alors que l’indépendance se profile à l’horizon et qu’un certain Patrice Lumumba est emprisonné, à janvier 1961 lorsque ce même Lumumba est assassiné. Entretemps, il a été le premier Premier Ministre d’un nouveau pays, le Congo, dans un contexte de guerre froide et, déjà, de course aux matières premières.
Aimé Césaire, dans la troisième des quatre pièces qu’il a écrites pour le théâtre, prend ouvertement parti pour Patrice Lumumba et contribue à forger sa légende, qui en fait officiellement le premier « héros national » du pays. Je ne connais que les très grande lignes de l’histoire du Congo, j’ai donc appris beaucoup mais ne peux pas, non plus, porter un regard critiques sur la vision qu’Aimé Césaire nous donne de la personnalité et des actions de Lumumba. Et sachant Aimé Césaire lui-même très engagé politiquement, je me garderais bien de faire de cette pièce de théâtre ma référence pour comprendre l’histoire complexe d’un épisode au combien sensible de l’histoire de la colonisation et de la décolonisation.
Mais l’intérêt de cette pièce, qui est grand, ne réside pas là. D’abord, d’un point de vue purement littéraire, c’est une pièce extrêmement bien construite, probablement difficile à mettre en scène, mais d’une grande richesse et d’une langue riche et maîtrisée. Ensuite, et ce seulement six ans après les faits, et alors que la décolonisation est encore plus de l’actualité que de l’histoire, Aimé Césaire donne à voir à quel point la décolonisation a été un jeu de dupes, une façon de remplacer un système par un autre, moins outrageusement voyant mais tout aussi outrageusement unidirectionnel. Au sortir de cette pièce, on se dit que Lumumba n’avait aucune chance, que le Congo même n’avait aucune chance, et l’état de ce pays aujourd’hui donne hélas raison à Aimé Césaire.
C’est une pièce dure, d’une violence contenue, qui, tout en respectant les contraintes de la mise en scène théâtrale, fait entrer le monde sur la scène. Le monde avec ce qu’il a de plus indicible, de plus inhumain. Ce qui fait mal, qui met mal à l’aise, mais qui est notre responsabilité collective car trop souvent, en disant qu’on n’y peut rien, on détourne seulement les yeux.
Bel hommage à un homme qui continue à hanter l’imaginaire collectif dans les Grands Lacs. Un homme qui ne fait pas l’unanimité, mais qui a marqué une époque, une volonté de renouveau et qui est allé jusqu’au bout de son engagement. En mettant en scène les derniers mois de sa vie, Aimé Césaire rend hommage à cet homme qu’il a probablement beaucoup admiré, je ne sais s’il l’a rencontré. Cette admiration transparaît dans le parti pris de cette pièce, et nous renvoie à nos propres atermoiements, nos petites lâchetés et les questions que nous préférons ne pas nous poser lorsque l’on habite du côté de la méditerranée où sont les pays colonisateurs, de peur de déranger nos confortables petites habitudes. Un texte puissant, à découvrir, avec le cœur bien accroché.

72raton-liseur
Maio 11, 2019, 3:45am

37. Tigre en papier - Olivier Rolin ; adaptation d’Anna Sigalevitch, lecture d’Eric Elmosnino
(Translated into English as Paper Tiger)

Les révolutions. Révolution dans l’espace, avec ce mouvement semble-t-il sans fin de giration sur l’asphalte du périphérique parisien. Révolution au sens politique, avec ces souvenirs d’une jeunesse militante sans concession qui n’a concerné qu’une petite frange de la jeunesse des années 60 mais qui a marqué notre imaginaire collectif. Un livre savamment construit pour que la forme reflète le fond.
Je ne suis pas particulièrement intéressée par ce genre de sujet, dont je me sens plutôt éloignée, mais j’étais curieuse de découvrir l’œuvre d’un auteur assez en vue de la scène littéraire française contemporaine, et ce depuis quelques années maintenant. Mais j’ai trouvé un livre un peu trop travaillé à mon goût, où l’attention à la forme est tellement visible qu’elle nuit au propos plus qu’elle ne le sert. Tout cela est trop intellectualisé, ce qui est un comble pour des mémoires impromptues d’un ancien intellectuel maoïste, à moins que ce ne soit un juste retour des choses, je ne saurais trancher.
Je me suis sentie bercée, tout au long de cette lecture audio, par la voix (monocorde et peu agréable) du narrateur, sombrant dans une sorte de léthargie entretenue par la succession des sorties du périphérique et des sièges de grandes entreprises qui le bordent. Et je suis arrivée au bout du livre contente d’en avoir fini, et pas plus avancée qu’avant de le commencer. Mais n’est-ce le propre d’une révolution que de revenir à son point de départ ?

73raton-liseur
Maio 11, 2019, 3:47am

38. Le Petit Breton et le lama qui cherchait ses lunettes - Jean Lebrun ; lecture de Jean Lebrun
(Not translated into English)

Je découvre, avec la dernière en date, cette nouvelle collection d’histoires pour enfants que France Inter commande à des auteurs ou des personnalités connues, qui doivent les écrire puis les lire. Ces histoires ne font pas plus de 10 minutes et transportent le lecteur dans des univers très différents les uns des autres.
Celle-ci est donc la dernière publiée à ce jour, et est l’œuvre non d’un romancier mais d’un journaliste historien de France Inter. Et j’ai été surprise par ce court texte bien loin de l’univers dans lequel il officie habituellement. Un texte un peu surréaliste, sans véritable histoire, où tout est dans l’ambiance, une ambiance loufoque dont on ne saura ni l’alpha ni l’oméga.
Je suis en général assez peu attirée par ce type de littérature, et encore moins lorsqu’elle est à destination des enfants. Trop cartésienne pour apprécier cela, trop cartésienne pour imaginer que cela puisse plaire à un enfant. Pourtant, ici le format court fonctionne plutôt bien et je serais maintenant curieuse de l’essayer sur un enfant pour voir ce que cela donne. Je n’ai pas, à portée d’oreille d’enfant de 5 à 7 ans, la cible (restreinte) affichée par cette collection alors cela restera une question en suspens.

74raton-liseur
Maio 11, 2019, 3:48am

39. Le Coq solitaire - Alain Mabanckou ; lecture d’Alain Mabanckou
(Not translated into English)

Deuxième intrusion pour moi dans la collection de contes originaux proposes par France Inter. Cette fois, il s’agit d’un auteur connu, dont j’ai même déjà lu un livre (pour adulte, sans l’ombre d’u doute) il y a bien longtemps, Verre cassé.
Ici, Alain Mabanckou raconte une anecdote d’enfance, vraie ou imaginée, peu importe. Son grand-père Moukila est toujours très attentif à ne pas faire mal aux animaux qui sont autant d’âmes trépassées, mais les choses se compliquent lorsque l’oncle Pandi décide qu’il est temps de manger le vieux coq pour Noël.
Etrange conte pour enfant où l’on côtoie le fantastique et la mort, où l’on ne peut pas dire que les choses finissent bien. Drôle de littérature à mettre sur les oreilles d’un enfant, mais il n’y a pas d’âge pour s’initier au réalisme magique, et en voilà un bon petit échantillon. Mais il faudra être prêt à répondre à une longue série de « et pourquoi… ? ». Une expérience à tenter, pour les plus téméraires.

75raton-liseur
Editado: Maio 22, 2019, 7:13am

40. Lonesome Dove - Larry McMurtry ; traduction de Richard Crevier
(Translated from the English Lonesome Dove)



Cette critique se rapporte aux deux tomes de l’édition française.
Tome 1 - Lonesome Dove : Episode 1
Tome 2 - Lonesome Dove : Episode 2

J’espère que c’est assez difficile pour toi, Call, dit-il. J’espère que t’es satisfait. Sinon, j’abandonne. Parce que faire une si longue route avec tout ce bétail squelettique, c’est une drôle de manière de garder goût à la vie.
(p. 286, Chapitre 25, Partie 1, Episode 1).

« Poussons encore un jour ou deux » comme dit Augustus à quelques encablures de la fin du livre (p. 461, chapitre 94, Partie 3, Episode 2). Et c’est un bien long voyage auquel nous invite Larry McMurtry. Un long voyage par le nombre de pages de ce roman fleuve, un long voyage géographique par le nombre de kilomètres que les protagonistes vont parcourir, un long voyage dans l’histoire et la psyché américaine aussi.
Je n’aime guère les phrases publicitaires que les éditeurs se sentent maintenant obligés de mettre sur les quatrième de couverture. Et celle qui accompagne ce livre est bien présomptueuse : « Si vous ne devez lire qu’un seul western dans votre vie, lisez celui-ci. », conseil d’un certaine James Crumley dont je n’ai jamais entendu parler. Je ne suis pas certaine d’être d’accord avec lui, car je ne suis pas certaine que ce livre soit un western, du moins ce n’est pas ainsi que je l’ai lu.
Certes, il est question de far west, de pionniers, de lutte contre les Indiens, d’élevage, de Mexicains hors la loi… On retrouve tout Il était une fois dans l’Ouest ou Le bon, la brute et le truand (les westerns spaghetti sont à peu près l’intégralité de ma culture western…), mais ce livre est beaucoup plus que cela. C’est avant tout l’histoire d’une poignée d’hommes (et quelques femmes en périphérie), menés par deux anciens Texas Rangers, des vieux de la vieille, un peu revenus de tout, des braves parmi les braves, légendes vivantes d’un temps qui est déjà révolu.
Deux hommes, Augustus McCrae et Woodrow Call liés par une amitié indéfectible et pourtant difficile à comprendre tant ils sont différents l’un de l’autre. Gus, le moulin à paroles qui disserte sur le moindre brin d’herbe, a un avis sur tout et ne se prive pas de le partager, ouvertement paresseux et désireux de profiter de chaque opportunité que la vie lui laisse entrevoir. Et Call (intéressant que l’un soit désigné principalement par son surnom tandis que l’autre l’est principalement par son nom de famille), droit dans ses bottes de cow-boy, sûr de ses principes, dur à la tâche, meneur d’hommes malgré lui, incarnation vivante de ses principes moraux inflexibles. L’auteur les décrit, dans une préface que je n’ai pas, comme l’épicurien et le stoïcien. Ce n’est pas à moi d’expliquer à l’auteur ses intentions, mais cette catégorisation me paraît trop réductrice par rapport à la complexité des personnages que McMurtry a su créé, et qui donne tout son charme à son œuvre.
Car, autour de ces deux hommes, ce sont d’autres hommes qui gravitent, et, même s’ils ne sont pas aussi fouillés (plusieurs sont de simples figurants, mais dans l’ensemble, les personnages secondaires ont une existence et une épaisseur bien réelles). Dish l’amoureux transi, O’Brien l’Irlandais nostalgique de ses vertes prairies, Bolivar le cuisinier Mexicain pas tout à fait clair, pour n’en citer que quelques uns. Toute cette faune crée un kaléidoscope à la fois étourdissant et complet de ce que pouvait être un cow-boy à cette période de l’histoire. Et c’est là que ce livre est intéressant et que je ne suis pas d’accord avec la phrase de James Crumley citée par l’auteur : ce livre n’est pas un western classique. Certes, il en a tous les ingrédients, mais ce serait réducteur de ne voir que cela dans cette galerie de personnages.
En effet, McMurtry donne à voir ce qui pouvait animer ces hommes. Il y a bien sûr ceux qui sont frustres, qui se laissent porter par la vie, mener par des chefs, qui font leur travail et ne voient guère plus loin. Mais il y a aussi ceux qui aspirent à autre chose. Ceux qui se demandent pourquoi le soleil se lève chaque matin mais qui savent qu’ils ne sont pas aller assez longtemps à l’école pour le comprendre, il y a ceux qui aspirent à un idéal qu’ils entrevoient parfois de façon obscure et dévoyée mais qu’ils savent être là, il y a ceux qui ont une vie intérieure riche et trouvent en eux des ressources sans fin pour faire de leur vie une épopée incessante.

Voilà beaucoup de phrases pour dire que j’ai aimé ce livre qui m’a captivée dès le début. J’y vois bien quelques imperfections. Un traitement un peu feuilletonnesque, ce qui fait que je n’ai pas été surprise d’apprendre que McMurtry a utilisé pour ce roman un scénario de cinéma qui n’avait pas servi (bien que le roman soit beaucoup plus riche que ce qui aurait pu être porté à l’écran). Quelques longueurs peut-être aussi. Mais c’est le talent de conteur de McMurtry qui a prévalu, sa capacité à créer une galerie de personnages riches et captivants, sa capacité à se jouer des standards et des clichés, en un mot, à rendre la légende de l’ouest sauvage plus humaine, quitte à écorner cette même légende que ce soit celle des valeureux justiciers ou des bandits à l’insondable noirceur. Les Indiens, certes sur le déclin en prennent aussi pour leur grade. Soit irrémédiablement sanguinaire, soit tellement affamés qu’ils viennent quémander de la nourriture à ceux qui les ont poursuivi pendant bien longtemps.
Et, si le côté feuilletonnesque est un peu trop apparent, il faut aussi reconnaître à McMurtry un sens aigu du scénario. J’y ai vu un peu de Game of Thrones avant l’heure, avec une capacité à se débarrasser d’un personnage de façon cruelle, ou bien de façon inattendue, au détour d’une phrase, sans aucun signe annonciateur. Une scénarisation qui se veut proche de la vie, lorsque les choses ne sont pas forcément logiques ou justes. Un personnage qui meurt avant que l’on ait appris à le connaître.
En un mot, cette sorte de road movie sans route et sans voiture m’aura fait voyager dans la géographie et dans l’histoire des Etats-Unis, au-delà des clichés habituels et aura donné vie et humanité à des périodes et des lieux de légende. Un très beau livre, qui propose différents plans de lecture et dont les personnages restent longtemps avec le lecteur, tant durant la lecture (cette envie irrépressible de retrouver son livre pour savoir ce que nous réserve la prochaine page, le prochain chapitre…) que bien longtemps après.

76dchaikin
Maio 22, 2019, 1:21pm

>75 raton-liseur: I’m far behind on your thread, so i’ll come back and catch up, but wanted to say I enjoyed your wistful response. It’s a great book, does a lot of stuff. (Note - couldn’t translate feuilletonnesque ... )

77raton-liseur
Maio 22, 2019, 3:47pm

>76 dchaikin: Thanks for coming from time to time, and for making the effort to translate...

It was great to read all the reviews, each of them taking a particular angle, showing how we all loved the book, but for different reasons. We all found something enjoyable, but it was not the same for each of us. It made me think a lot about the mere act of reading. Maybe, at the end of day, it's right to say that it is the reader who writes the story (but it works best with a fair help of a great writer...).

On the translation side. "feuilletonnesque" is not really a word. It is a neologism, based on "feuilleton", a series. "Feuilletons" (serialised novels?) were a genre quite in fashion in the XIXth century in France. Many writers were publishing their novels in episodes in newspaper. One of the most famous might be Les Mystères de Paris by Eugène Sue (which I have not read), but there were many, including by prominent writers. From time to time, I feel that Lonesome Dove has a construction that fits this type of production.

78dchaikin
Maio 24, 2019, 1:09pm

>77 raton-liseur: Took some time, but finally caught up. There is a maybe wistfulness in all your reviews. Enjoyed them, even the childrens’ books reviews. The last one left me missing that age of my own children. There was a time when I read picture books to them every night, it was wonderful and we found so many great books.

On the mere act of reading : It is fascinating to me how each reader takes in the story in our own way and from our own perspective and how differently that can be perceived. Of course, it happens when we re-read too - the book changes in response the different person we are then, and the different place. Lonesome Dove was liked by everyone. How unusual is that?!! But the reviews and posted responses are each quite different.

79raton-liseur
Maio 25, 2019, 3:43am

>78 dchaikin: This is an interesting comment, I'll have to think about it. I don't really consider myself as being wistful, but there but you I'll have to reflect on it as I feel you might have a point.

I am quite lucky as M'ni Raton, my daughter, who is now 11, still likes that her mum reads for her. We can do this only during holidays, but I really enjoy this time with her and the connection. Last holidays, we've started Nevermoor, by Jessica Townsend, quite in fashion at the moment, and we both love it, as well as M'sieur Raton, who is casually listening as well. Unfortunately, we'll have to wait for summer holidays to finish it, and I am looking forward to this time.

And I fully agree on your comment on reader's perspectives. I happened to re-read a book a couple of weeks ago (review to come, I am almost one month behind on reviews...). It was by accident as it's only a handful of pages in the book that I figured out I had already read it (too bad, I thought I was decrasing my unread books pile, and I didn't!). I found my review on LT (back in 2013). My overall feeling did not change, but I did enjoy the book much more today than by then.
I guess it's the feature of good books to appeal to various readers, on various ways, like Lonesome Dove. I really feel that my non-US perspective had an effect on how I perceived the book compared to a lot of other readers in the group read. But this would be limiting to consider only readers nationalities. I guess my wistfulness played an important part on how I approached and liked the book.

80dchaikin
Maio 25, 2019, 7:15am

Your daughter’s lt name, M'ni Raton, makes me smile. That special that you both still read together.

I’m interested in the non-US response to Lonesome Dove. Do you have a sense of in what way it affected you differently?

81lilisin
Maio 27, 2019, 2:04am

Beautiful review to Lonesome Dove. I'm so pleased that you enjoyed it. My only question though and I hope it's not rude or prying. You are obviously fluent in English so I was wondering why did you choose to read the book in French?

82raton-liseur
Maio 28, 2019, 2:13am

>80 dchaikin: I'll take a bit of time to try to elaborate a sound answer to your question. It was rather a feeling than an elaborate thought, your question makes me think more thoroughly about it.

>81 lilisin: This question is easier to answer... and neither rude nor prying. I try to read in English, but choose carefully the book.
First, the langage has to be fairly easy (my last attempt, at To Kill a Mocking Bird, failed, I will have to buy the book in French...).
Second, it's easier for me to read books with action rather than reflexive books in English. I did not know Lonesome Dove would be that reflexive, but I'm happy to have read it in French.
And third (but not least), I read far slower in English than in French. This combined to my decreased reading time (although I feel I am on a positive curve at the moment), I could not imagine reading more than 1,000 pages in English...

And of course you have to add the practicalities... It's not that easy to find books in English around here. Reading Lonesome Dove was an impulse, I would not have had the time to wait for the book in English to be ordered and shipped if I wanted to join the reading group. Most of my books read in English are either bought long time ago when I was going regularly in English-speaking countries or public domain ebooks.

It's a bit the same as for writting my reviews in French: I can have a conversation in English, but do not feel fluent enough to express my reflexions about a book with enough accuracy in English.

83lilisin
Maio 28, 2019, 3:38am

>82 raton-liseur:

A very thorough answer that makes quite a bit of sense. Your English is just so flawless that I would actually think you were a native English speaker living abroad in France. That's why it seems to me like you could read anything! Strangely enough I'm guessing I can read at a higher level than you in French (I can read anything) but I don't think I could fool anyone with my French writing. Alas!

84raton-liseur
Jun 2, 2019, 3:22pm

>80 dchaikin: Taking the time, at last, to try to answer your question. I’ll just draw from my own experience and feelings, that might be or might not be generalised to other non6us readers.
My knowledge of US history is limited and I feel that most of this knowledge is second-hand. It is not something I learnt from history classes, but mainly through books. For me, the conquest of the West is synonymous to Western spaghetti (I don’t know if you have the same expression in English, that’s how we name the bunch of western films made by Enio Morricone and other Italian film makers), or maybe The Little House, that I have read entirely when I was a child.
That is to say that from my perspective, the history of Texas is not something real. It is book material, and nothing more tangible than that. I could say that it is a genre, like fairy tales is another, with its codes and what is expected from it.
So, reading Lonesome Dove only resonates with previous reading experience (and watching movies as well), it does not resonate with my own history, how I perceive myself, my country, my identity. So for me, the book has only a literary value, it gave me some insight about people, how they live, why they live, in a given context, and I really enjoyed this. But how this is grounded into a “real” history, and a moving one because we are in a pivotal period of time here, was not essential to feel a connection with the characters. The insights I got from fellow readers from the group read was really interesting and enriched my reading, making me realise other implications from this story, but this was not my entry point into the book, and was never a keystone for my reading.

I am not sure this long blurb actually really answer your question, but at least I tried to articulate how I approached this reading, and hope you’ll get a feeling of it. Thanks for your interest, and sorry for taking so long to reply. The weather has been so nice that I spent a few days far from the computer, enjoying bird songs and rose smell. Who could blame me?... :)

85raton-liseur
Editado: Jun 3, 2019, 12:22pm

>83 lilisin: Interesting to see how two people can approach languages differently, and how reading and writing are at the same time linked so closely and so different.
Thanks for the compliment on my writing, I do not feel I deserve it, especially because I always find it so difficult to express exactly what I feel or think. But that's a nice encouragement to make me continue to try!

86raton-liseur
Editado: Jun 3, 2019, 12:21pm

41. Je soussigné cardiaque - Sony Labou Tansi ; adaptation de Catherine Boskowitz et Marcel Mankita, lecture de Marcel Mankita
(Not translated into English)

Sony Labou Tansi est un dramaturge congolais dont je n’ai entendu parler que grâce aux explorations téméraires des radios publiques françaises telles que RFI ou France Culture, comme quoi il est bon, parfois, de subventionner la culture et l’intelligence.
La pièce que je viens d’écouter est semble-t-il celle par laquelle il commence à se faire connaître au-delà des frontières du Congo et de l’Afrique. Au Lebango, un pays imaginaire, Mallot Bayenda, simple instituteur, entend garder sa liberté de penser et d’agir. S’opposant à un petit potentat local ou bien à l’administration pour sauvegarder ce qui fait de lui un homme digne, il n’hésitera pas à payer le prix le plus fort.

Nous sommes au théâtre, les actions se succèdent avec rapidité, sans grand développement psychologique. Cela donne ici une pièce un peu creuse dans son propos, sans thèse véritablement nouvelle, mais les joutes entre les personnages, irréalistes par leur âpreté, sont intéressantes par ce qu’elles mettent en lumière du drame personnel qu’est l’absence de liberté, la corruption et le refus de la corruption. Il y aurait beaucoup à dire sur ces sujets, que Labou Tansi ne dit pas, mais ce qu’il dit est dit avec une verve et une absence de compromis que l’on peut saluer et qui ne décrasse pas qu’un peu les méninges.

87raton-liseur
Editado: Jun 3, 2019, 12:20pm

42. Cheval de guerre - Michael Morpurgo ; traduction d’André Dupuis
(Translated from the English War Horse)



Nous avons beaucoup travaillé sur la première guerre mondiale cette année avec mes élèves, centenaire oblige. Ils ont été très intéressés par le sujet et cela a donné à d’intéressants échanges. Histoire d’aller plus loin, je leur ai lu quelques livres sur le sujet, juste pour le plaisir de la lecture.
Je crois que, comme pour mes élèves, c’est mon premier livre de Morpurgo, et ce fut une découverte plutôt positive de cet auteur dont on dit beaucoup de bien. C’est un roman historique bien vu, qui montre tous les aspects de la guerre, passant d’un camp à l’autre, du front à l’arrière. L’histoire est narrée par un cheval, ce qui permet pour les enfants à la fois une certaine empathie et une distance par rapport aux horreurs décrites. Un procédé donc plutôt bien trouvé. On voit aussi l’évolution des techniques de guerre, ce qui en fait un livre très complet. Par contre, l’histoire n’est pas haletante. Pour les lecteurs qui ne peuvent se passer d’action ou de suspens, la lecture risque d’être assez frustrante.
Un petit bémol cependant. On manque un peu de repères temporels, ce qui rend difficile la compréhension des évolutions de la guerre. Et plusieurs historiques nécessitent un décryptage. La motorisation est évoquée, ainsi que toutes les nouvelles techniques de guerre, mais si l’enfant n’a pas déjà une bonne connaissance de cette période historique, ou s’il n’est pas accompagné de près dans cette lecture, il risque fort de passer à côté de beaucoup d’informations que Morpurgo distille tout au long du livre.
Un livre que je conseillerai donc facilement, que je pourrais aussi offrir, à conditions que les bonnes conditions de lecture soient réunies. Et je pense que je lirai la « suite », Le Secret de grand-père, même si je crois comprendre qu’elle aborde un tout autre sujet.

88raton-liseur
Editado: Jun 3, 2019, 12:19pm

43. Nagori : La Nostalgie de la saison qui vient de nous quitter - Ryoko Sekiguchi
(Not translated into English)



Les quatre saisons introduisent dans notre vie l’idée de la cycles qui se répètent, un peu à la manière d’un escalier en colimaçon. Pourtant, le temps de notre vie progresse, lui, selon une linéarité à sens unique, vers une dégénérescence irréversible. Cette temporalité interne, inhérente à notre corps, renforce encore notre aspiration aux saisons, au renouveau, à la renaissance.
(p. 51, Chapitre 4, “Saisons qui se répètent, saisons qui ne peuvent plus revenir”).

Je suis une néo-rurale dans toute sa splendeur. Et toute récente en plus, alors je m’extasie facilement sur les beautés de mon petit carré de verdure ; Voilà donc qu’en mars dernier je regardais, attendrie, les premiers signes du printemps, les oiseaux, la lumière, les plantes. Et de m’apercevoir à quel point on ressent mieux le temps qui passe, les saisons, lorsque l’on est à la campagne.
Alors quand je suis tombée, peu de temps après, sur une note de lecture concernant ce livre écrite par une lectrice dont je lis toujours les avis avec intérêt, je me suis laissée tenter, bien que ce livre soit bien éloigné de mes habitudes de lecture.
Car ce livre est une réflexion sur les saisons, plutôt à partir de la nourriture, qu’est-ce qu’un fruit de saison (et j’ai souri à l’évocation des fraises en mars, car j’avais fait une remarque outrée à peine quelques jours avant sur les fraises déjà présentes sur les étals du supermarché du coin…), pourquoi aime-t-on les plats de saison. Une réflexion sur la cyclicité et la linéarité.
J’ai par exemple appris que les saisons au Japon sont, selon les systèmes, 24 ou 72. Des chiffres qui s’accordent tellement mieux que nos 4 saisons cosmiques, aux changements incessants de la nature. Moi qui ai toujours été fascinée par la capacité de la culture japonaise à ritualiser le quotidien, à faire de la contrainte de la répétition une force émancipatrice, je découvre une autre facette qui m’émerveille un peu plus.

Ce fut donc une lecture agréable, qui m’a permis de faire une incursion dans des pages que je fréquente peu d’habitude, mais je dois avouer que j’en garde une impression mitigée. S’il y a beaucoup de réflexions intéressantes, de nombreuses références, j’ai en général trouvé le propos confus, tournant en rond sans une véritable progression de la pensée, un peu comme si tout était dit en quelques pages puis qu’il avait fallu délayer pour en faire un livre, certes très court, mais d’une taille suffisante pour être vendu. J’ai eu la sensation d’assister à une pensée en train de s’élaborer, peut-être même autour d’un verre, une dissertation impromptue d’intellectuelle, mais pas à un travail mûri, pensé, abouti. J’ai trouvé cela un peu dommage car cela enlève de l’intérêt à une lecture par ailleurs plaisante et érudite.

Un petit post scriptum en direction de l’éditeur. Pourquoi avoir enlevé le sous-titre sur la couverture pour les réimpressions, car c’est ce sous-titre, la nostalgie de la saison qui donne envie de lire ce livre et qui en évoque toute la saveur.

89dchaikin
Jun 3, 2019, 3:44pm

>84 raton-liseur: we just reverse the words - spaghetti western. Funny that it translates so well.

Interesting. I’m trying to figure out my own relationship to westerns and identity. It’s not a simple thing to lay out, especially since it’s an uncomfortable history and I’m hesitant to add that “my” (no ancestry had come over until after the novel : ) ). It gets complicated. But there is obviously a familiarity and land connection (I’m in Texas, lived in Kansas as a student). Thanks for sharing your thoughts.

90lilisin
Jun 3, 2019, 7:31pm

>84 raton-liseur:, >89 dchaikin:

It's not translated, it's just the actual English terminology pronounced with a French accent.

91raton-liseur
Jun 4, 2019, 2:18am

>89 dchaikin: It's really interesting to witness such reactions. I'm going to expose my lack of knoweldge on this subject (if not already obvious), but that's right that I had not thought about how unconfortable this part of US history could be.
We have so many uncomfortable episods for ourself that I can understand the feeling, but had never linked westerns to this. I understood this for the Civil War or Segregation, maybe because it's closer to some of the ghosts of our own history, but not to westerns. Probably because, strangely enough, I disconnect westerns from the question around natives, which is probably a huge mistake.
It would be interesting to see if there is the same feeling of uncomfort if someone form my side of the Atlantics reads about colonialism, or if the feeling is different... Food for thought for coming readings, I love when my readings (and others') move me to those endless fields of reflection.

>90 lilisin: Do you mean that we use the term translation in an inappropriate way? That's a neophyte mistake, I'm afraid.
Spaghetti western is clearly one of those words that do not need translation as it is so cleverly coined.

92lilisin
Jun 4, 2019, 3:35am

>91 raton-liseur:

In this case "spaghetti western" would be called a loanword, a direct word borrowed from the English. Just like the word "weekend" or all the computer terminology we use now.

93raton-liseur
Jun 4, 2019, 5:58am

>92 lilisin: I did not know this idea of loanword, but it makes sense.
One learns everyday, and I like discovering new names to designate a concept or notion I could not isolate before that.
It's by giving it a name that you understand something: "loanword" is a nice example of this maxim!

94dchaikin
Jun 4, 2019, 1:35pm

“Spaghetti” by itself, the actual pasta, is, of course, a loanword borrowed from Italian. (Does it have the same meaning and source in French??) The phrase “spaghetti western” always makes me smile. Somehow it’s very amusing to see it used in other languages. What would Italians call them?

95Petroglyph
Editado: Jun 4, 2019, 2:00pm

>94 dchaikin:
Italians call that subgenre western all'italiana "Italian-style western". At some point in the 60s/70s, a large number of westerns were made in by Italians (the best-known being Sergio Leone) or involved many Italians in their production (especially behind-the-scenes crew and non-speaking extras). Many of these films were cheap and quick-and-dirty affairs, not necessarily filmed in the US or Mexico but places like Spain; some of these were produced in Italian for the Italian market and dubbed for non-domestic release. The term was then widened and applied to any western with a Sergio Leone style (broadly speaking).

IIRC, many spaghetti westerns were actually European westerns, as in co-productions between various European film industries. It's just that the Italians were dominant in production crew (or perceived to be).

96raton-liseur
Editado: Jun 5, 2019, 4:59am

>94 dchaikin: Yes, spaghetti has exactly the same origin and delicious meaning in French!

>95 Petroglyph: Interesting. And you made me realise I made a mistake earlier (in >84 raton-liseur:), as I was referring to Enio Morricone as a great spaghetti western film maker. Of course, he is the music composer of a lot of great films, and Sergio Leone is the film maker. But, strangely enough, I think I know better the sound track from those films than the films themselves, hence the confusion.

97raton-liseur
Editado: Nov 17, 2019, 1:37pm

44. La Constellation du chien - Peter Heller ; traduction de Céline Leroy
(Translated from the English The Dog Stars)



C’est tout ce qu’il me reste à présent. Ces choix-là. Et pourtant. Je ne veux pas tomber en panne sèche et m’écraser dans les hautes herbes à l’ouest de la vallée de Gunnison et mourir en essayant de parcourir cinq cents kilomètres à pied avec Jasper pour rentrer chez moi. Chez moi. Même si ce n’est pas grand-chose. Même si je n’ai rien à perdre. N’avoir rien à perdre c’est déjà quelque chose.
(p. 56, Chapitre 1, Partie 1).

Ce n’est pas qu’il ne reste rien. Il reste tout ce qui était avant, moins un chien. Moins une femme. Moins le bruit, la clameur de.
(p. 150, Chapitre 1, Partie 2).
Qui aurait cru que je serais allée à ma première rencontre littéraire dans la petite ville provinciale à côté de chez moi ? Pas même une ville secondaire, une ville tertiaire, voire quaternaire ? Et qui aurait cru que ce serait pour rencontrer un écrivain américain maintes fois primé ? Eh oui, il s’agissait de Peter Heller, qui a régalé son auditoire de nombreuses anecdotes, de quelques réflexions sur le processus d’écriture et de grands sourires ravageurs. Ce fut pour moi une belle expérience littéraire, nouvelle et agréable,
Alors, bien sûr, il m’a fallu me documenter un peu. Je dois avouer m’y être pris tard et n’avoir eu le temps de lire que quelques dizaines de pages avant la rencontre. Je l’ai fini bien longtemps après. J’avais repéré ce livre probablement à sa sortie en France si j’en crois la date à laquelle je l’ai entré dans ma longue liste de livres-à-lire-un-jour-peut-être. Mais la couverture, avec cet homme qui s’éloigne d’un feu avec son bidon d’essence, sous un ciel aux couleurs criardes et fausses m’avait rebutée. Cette fois, je ne me suis pas trop fait prier cette fois pour m’y plonger.
Et ce fut au départ une très belle surprise. On est après la catastrophe. Ce qu’est cette catastrophe n’est qu’évoqué. Il fait chaud, il y a une maladie a priori incurable, mais aucun besoin d’en savoir plus. Cela permet d’ailleurs de mieux s’identifier au personnage principal, qui est aussi le narrateur de cette histoire, Hig. Vivant près de Denver, cet homme est, à mes yeux d’habitante du vieux continent, l’archétype du cow-boy américain moderne. Il vit dans un de ces états mythiques de l’Ouest américain, il aime chasser et pêcher pour être au plus proche de la nature, il aime voler dans son Cessna pour se sentir libre. Un homme, un vrai, un peu caricatural, mais aussi très sensible, qui aime son chien plus que son voisin, qui lit de la poésie japonaise, qui aime les paria, et qui rêve à tout ce qui a été perdu tout en tentant d’aller de l’avant.
Il forme un duo improbable avec Bangley, lui aussi un archétype américain, mais plutôt de la catégorie vétéran du Vietnam, vétéran qui en est sorti renforcé et conforté dans ses jugements à l’emporte-pièce. La façon dont Peter Heller démarre son histoire, sans regarder vers l’arrière, lui permet d’exposer cette association comme un état de fait, sans avoir à la justifier alors qu’elle est plus qu’improbable, mais pourquoi pas. Elle permet à l’auteur, par l’entremise de son personnage-narrateur de beaucoup réfléchir à ce qu’est cette vie après la catastrophe. Qu’est-ce qui pousse à continuer, pourquoi le faire ? Hig est en général plus près de l’abattement que de l’espoir et semble en définitive continuer à vivre plus par habitude que par volonté même s’il s’accroche à chaque petite parcelle de plaisir avec l’énergie qui est celle du désespoir.
Toute la première partie du roman est donc véritablement intéressante, à deux bémols près. Le premier est qu’il faut s’habituer au phrasé très personnel de Peter Heller. Voulant rendre un style parlé, ou se réapproprier les théories du flux de conscience, Peter Heller manie en effet la ponctuation de façon très personnelle et passablement déroutante, mais j’ai fini par m’y faire et par me laisser porter. Le second bémol est qu’il faut aussi accepter de passer outre les réserves que l’on peut avoir face au deuxième amendement, car dans ce livre, on a la gâchette plutôt facile, et c’est un euphémisme que de dire cela.

Mais je crains que Peter Heller ne sache pas s’arrêter. Alors que les quelques premières centaines de pages se tiennent et forment un tout cohérent, il semble que l’auteur ait été rattrapé par la morosité de son personnage et ait eu besoin de se changer les idées. Il a alors donné un tout autre ton à son livre, avec, selon moi, un peu trop de sirop et de bien pensance pour rester cohérent et fidèle à son personnage et à son histoire. On oscille alors entre un espoir béat et artificiel (un deus ex machina au féminin, rien de moins) et des scènes de violence gratuite et incohérente. Pourquoi les personnages trouvent-ils normal de tirer sur tout ce qui bouge avant de connaître les intentions de leurs visiteurs et trouvent-ils anormal, quand ils arrivent eux-mêmes dans un nouvel endroit, d’être accueillis de la même façon qu’ils accueillent eux-mêmes les étrangers ?
Dommage, car le livre partait plutôt bien, mais il dérape en cours de route et j’en suis la première chagrinée car j’aurais aimé l’aimer jusqu’au bout. Ce livre étant le premier de Peter Heller, je vais me dire que c’est une erreur de débutant d’avoir laissé son histoire le déborder et je pense que je lui donnerai une autre chance, peut-être en sautant directement au troisième, Céline, quand il sera paru en poche. C’était l’objet de la rencontre à laquelle j’ai assistée et le sujet avait l’air plutôt intéressant. Et cette fois, la couverture a de bien plus belles couleurs…

98dchaikin
Jun 11, 2019, 1:03pm

Pretty cool you saw Peter Heller in such a personable setting. I’ve wondered about this title, but my one Heller dragged quite a bit, even if the large arc of the novel was pretty good. I’m a bit hesitant to try another,

99raton-liseur
Jun 11, 2019, 1:52pm

>98 dchaikin: Just out of curiosity, Which one was the Heller novel you read?
I'm quite certain I'll read Céline, as far as being certain in planning reading in the long future is certain!

100dchaikin
Jun 11, 2019, 2:09pm

I’m glad you asked, because I had confused authors. I haven’t read anything by Peter Heller. I have read a novel by Joseph Heller, who you couldn’t have met recently since he passed away in 1999. Sorry...

101raton-liseur
Jun 12, 2019, 10:47am

>100 dchaikin: No worries! I made the same mistake a few weeks ago when starting to listen to a book. It made me audio-read a book on one of the first socialists in Germany, someone I had never heard of before. Interesting discovery, although a fairly difficult audio-read (and totally outside of my comfort zone!)!
Maybe you'll give a chance to another Heller?

102dchaikin
Jun 12, 2019, 1:34pm

Maybe i’ll give Peter a chance. : )

103raton-liseur
Jun 12, 2019, 3:18pm

He's worth it, despite my mixed-feeling review!

104raton-liseur
Jun 12, 2019, 3:20pm

45. Le Moine - Matthew Gregory Lewis, traduction de Léon de Wailly ; adaptation de Jean-Jacques Vierne, lecture de Daniel Mesguich
(Translated from the English The Monk)

Et dire que l’auteur aurait écrit ce livre pour divertir sa mère… Quel étrange divertissement, et quel étrange présent à faire à sa mère ! On est ici dans le roman gothique dans son expression la plus crue. Dérangeant d’un bout à l’autre, ne reculant devant rien pour mettre le lecteur mal à l’aise, bravant les interdits moraux les uns après les autres, tombant toujours dans plus sordide alors que l’on croyait avoir atteint le fond...
Il faut avoir le cœur bien accroché pour lire ce bouquin, et on ne m’y reprendra pas. Sade l’a aimé et ça ne m’étonne pas. Parce que c’est glauque au possible, mais aussi parce que, sous ses dehors provocateurs, c’est un livre de contestation. Il contient une charge virulente contre l’Eglise et toute son hypocrisie. Excessif aujourd’hui, il est, à l’époque de sa publication en 1796, extrêmement subversif. Si j’en crois ce que j’ai lu sur Sade (incapable de lire plus de quelques pages d’un de ses romans, j’en ai la nausée rien qu’en y repensant), c’est la même démarche. Les horreurs décrites ne sont pas là juste pour choquer, elles sont là pour dénoncer les apparences de la vertu, les faux-semblants d’une société corsetée dans ses principes et volontairement aveugle à ses déviances. C’est en partie à partir de ce type de roman que s’est forgée dans la société occidentale une défiance par rapport au pouvoir religieux, puis une remise en cause de sa tutelle. C’est à des romans de ce genre, entre autres, que l’on doit la liberté de penser dont l’on jouit aujourd’hui.
En conclusion, c’est une lecture intéressante d’un point de vue historique et pour ma culture générale. Mais une fois me suffira, et ce ne fut pas une partie de plaisir. Un lecteur averti en valant deux, du moins ici, à chacun de prendre ses responsabilités en décidant de lire ou non ce roman.

105raton-liseur
Editado: Jun 12, 2019, 3:23pm

46. Un Océan, deux mers, trois continents - Wilfried N’sondé
(Not translated into English)


J’étais devenu une interrogation permanente pour ces homes aux raisonnements sommaires qui n’arriveraient sans doute jamais à comprendre que je pusse ressembler aux esclaves par la couleur de ma peau tout en bénéficiant des mêmes privilèges que leurs supérieurs hiérarchiques. Ils se méfiaient de moi et préféraient m’éviter, de peur que je perturbe leurs certitudes.
(p. 102, Chapitre 14).
J’ai découvert ce livre lors d’une rencontre avec l’auteur, organisée il y a peu à Rennes, dans le cadre du salon Rue des Livres. Des propos intéressants, une pensée bien construite qui donne envie d’en savoir plus. Il ne m’en a pas fallu plus pour acheter un exemplaire, me le faire dédicacer et, quelques semaines plus tard me lancer dans cet opus étonnamment court.
Etonnamment court, dis-je, car il s’agit pas moins de la biographie romancée du premier ambassadeur noir au Vatican, Dom Antonio Manuel, né Nsaku Ne Vunda quelque part sur les berges du fleuve Congo. Nommé ambassadeur par le roi des Bakongos, Alvaro II, suite à la requête du pape Clément VIII, il part en 1604 pour l’Europe, sur un bateau négrier français qui doit d’abord faire escale au Brésil pour livrer sa précieuse cargaison. Arrivé en Europe, il fera une halte de trois années dans les geôles de l’Inquisition espagnole, dont il sera enfin libéré en 1607 sur les instances du nouveau pape, Paul V. Après avoir brièvement rencontré celui-ci, il meurt, épuisé par les péripéties de son voyage. Le Pape, impressionné par la lumière se dégageant de son corps, le fait enterrer dans la basilique Sainte-Marie Majeure et demande à l’artiste Francisco Caporale d’en réaliser un buste en marbre noir (plutôt laid à mon goût si j’en crois les photos vues sur internet). Voilà, cela ce sont les faits historiques. Et à partir de là, Wilfried N’Sondé, auteur confirmé mais dont je n’avais que vaguement entendu parler, donne un corps et des sentiments à cet homme dont on sait peu.

Il est difficile d’entrer dans un livre dont on s’est fait une idée précise, ici suite à la rencontre avec l’auteur, et que l’on découvre autre. Ma lecture a été pour beaucoup parasitée par le fait que je n’ai pas retrouvé dans le texte les propos de l’auteur. Je l’ai en effet entendu décrire la complexité inhérente au commerce triangulaire, dont les responsabilités sont plus partagées que l’on nous le fait souvent croire, que la couleur de peau n’est pas le seul déterminant, puisque l’on pouvait traiter un noir à l’égal d’un blanc tant qu’il était bien né. Un roi portugais se sentirait ainsi plus proche d’un roi kongo (et par là même noir) que d’un simple matelot, blanc certes mais pauvre et sans ascendance. Wilfried N’Sondé dit aussi que la vie d’un esclave à vendre est plus précieuse que celle d’un matelot, puisque le premier est de l’argent à venir tandis que le second engendre des frais. Ce dernier point est certes évoqué en filigrane dans le livre, mais le premier ne m’est jamais apparu, même s’il est vrai que des noirs sont montrés dans des sphères de la société où on ne les attend pas habituellement, par exemple parmi les moines d’un couvent européen. Je n’ai donc pas vu ce dont l’auteur parle dans ses conférences, cette complexité des relations sociales de l’époque où l’argent et la naissance plus importante que la couleur de peau.
Par contre, une fois que j’ai réussi à me départir des attentes que j’avais face à ce livre, j’ai commencé à m’intéresser d’un peu plus près au personnage de Dom Antonio. Cet homme qui ne sait rien de la réalité du monde et qui la prend de plein fouet. Et pourtant, un homme inébranlable dans sa foi, dans sa foi en Dieu s’entend, pas dans sa foi en l’homme (quoique, mon propos est ici un plutôt réducteur).
Un homme qui reste en marge toute sa vie, éternel spectateur. Malgré son sacerdoce, il ne se rapproche pas de ses frères en captivité, se donnant l’argument qu’il lui faut préserver sa personne pour préserver sa mission. Puis spectateur des échauffourées entre marins, des brutalités des pirates, puis de celles de l’Inquisition. Spectateur toujours. Ou participant involontaire lorsqu’il tombe aux mains de l’Inquisition, mais là encore, spectateur de lui-même en quelque sorte. Et dans cette éternelle distance au monde et aux événements, un homme qui tombe de désillusion en désillusion. Appelé par son roi, dont il comprend vite qu’il est aux abois et victime des jeux de pouvoirs incessants, il voit cette figure garante de l’ordre ancestral se dissiper. Puis ce sont les riches armateurs sans pitié aucune, puis c’est l’Europe bien plus pauvre, sale et banale que ce qu’on lui avait raconté durant ses années de séminaire. Alors il ne reste que la figue du pape, ce berger de tous les fidèles, qui comprendra et qui remettra de l’ordre dans tout cela. Mais arrivé au terme de son voyage, Dom Antonio s’aperçoit que le pape n’est pas mieux que les autres hommes. Il ne lui reste plus que Dieu, directement, et comme ultime recours. Tombant de désillusion en désillusion, je ne veux pas augurer de ce que fut sa rencontre avec Dieu, pourtant une nouvelle désillusion serait dans l’ordre des choses. Mais ici je m’égare, car l’œuvre de Wilfried N’Sondé me parait profondément respectueuse de la religion, ce qui m’a d’ailleurs parfois dérangée.
Alors que penser de Dom Antonio, né Nsaku Ne Vunda ? Sur la quatrième de couverture, l’éditeur Actes Sud le compare à un Candide africain, et ce n’est qu’après ma lecture que je m’aperçois à quel point ce qualificatif est juste. Mais faux aussi. Car s’il décrit bien le caractère que Wilfried N’Sondé prête à son personnage et s’il résume bien son parcours semé de désillusions de plus en plus cruelles, ce roman n’est pas un conte philosophique, où un personnage est défini par un unique trait de caractère, pour en faire la personnification d’une thèse défendue par l’auteur. Le personnage est ici censé être réel. Alors que faire de cet homme qui reste un éternel spectateur effaré de la dureté du monde, un homme qui se lance à corps perdu dans une aventure qui s’avèrera vaine et qui, au soir de sa courte vie peut avoir la sensation de n’avoir rien fait, rien accompli ?
C’est finalement un personnage tragiquement pathétique que Wilfried N’Sondé décrit. A l’entendre, ce n’était pas son intention d’auteur, mais c’est ainsi que j’ai lu et reçu son livre. M’sieur Raton, avec qui je partageais mes impressions de lecture, a comparé cette figure à celle d’un martyr, et cela m’a paru assez juste. « Martyr » signifiant d’ailleurs « témoignage », c’est encore plus juste. Et cette lumière qui émane du corps de Dom Antonio après sa mort, n’est-ce pas un début de miracle qui en ferait un saint, certes non reconnu par l’Eglise, mais un saint noir tout de même ?

Etrange lecture, donc, d’un livre qui s’est révélé tout autre que ce que j’en attendais, mais dont la lecture n’a finalement pas été désagréable bien qu’un peu longuette (malgré le nombre de page finalement assez réduit). Je goûte peu la plume de Wilfried N’Sondé, j’ai eu du mal avec l’approximation de son vocabulaire maritime (même si j’ai essayé de l’excuser en me disant qu’on pouvait y voir le reflet de la méconnaissance de ce même vocabulaire de la part du personnage principal, tout en contemplation et jamais en action), j’ai eu des difficultés avec le personnage de Martin. Mais malgré ces insuffisances, c’est un livre que je suis contente d’avoir lu, et un livre qui était probablement difficile à écrire. Ils sont rares les livres où les héros sont présentés comme des héros positifs bien qu’ils soient dans la perpétuelle inaction, où les héros sont dans la contemplation permanente, et ce quelque soit le prosaïque et le sordide du monde qui les entoure. Etrange personnage que ce Dom Antonio, qui me tarabuste encore plusieurs semaines après la fin de ma lecture.
Un livre plein d’insuffisances donc (et le fait de ne pas avoir identifié les deux mers du titre n’est pas la moindre, mais c’est peut-être ma géographie qui est en cause…), mais qui laisse des traces, et c’est, j’imagine, la marque d’un bon roman. Ou du moins d’un roman que j’ai bien fait de lire.

106lilisin
Jun 12, 2019, 7:32pm

>104 raton-liseur:

Your review about this book echoes many sentiments that others have had that made me hesitant to read this book in this first place but once I read it I was entranced and amused by every sentence. I absolutely loved The Monk in all its silly-ness and commentary about the times. Even the parts that "put women in their place" amused me as those moments totally fit the time period. The dark humor in this book is, I think, key to enjoying the book. I wonder if the French translation takes a darker tone to the book although I would have my doubts on that as French translations are typically fantastic and this dark humor is certainly translatable as I find it comparable to a the humor Hugo uses.

107ELiz_M
Jun 12, 2019, 10:52pm

>104 raton-liseur: I am sorry you did not enjoy The Monk! For me, the major difference between this and de Sade is the tone. The Monk seems to be making fun of of its exclusiveness while de Sade seem to be quite earnest in its sadism and misogyny.

108raton-liseur
Jun 13, 2019, 6:20am

>106 lilisin: and >107 ELiz_M: I feel a bit bad not liking this book now, but can't change my mind on it. I might have had a very literal reading, and did not manage to find the right distance to actually enjoy it.

Interesting distinction between Sade and Lewis. However, from what I've heard from Sade, it was kind of a stance, against morality and against the lack of freedom. He expressed his freedom in a very peculiar way (and quite against others' freedom), but well, that was a political stance. And I think Sade was much more traditional in his way of life than he was in his writting.
However, knowing all that does not make the reading more bearable in my opinion.

109ELiz_M
Jun 13, 2019, 6:48am

>108 raton-liseur: Don't feel bad, we all experience books differently. I rarely see the humor in works of satire, but sometimes having others discuss why it worked for them & why they loved it allows me a little more insight. I won't like the book any better, but may feel more lenient towards it. :)

110raton-liseur
Jun 13, 2019, 10:55am

>109 ELiz_M: Absolutely! And there are so many books that no of us will fall short of reading material if we don't like one or two books here and there!
But yes, it's interesting to read even about authors we don't like or are unlikely to read. I've listened a few things about Sade, but usually had to skip the extracts!

And thanks for your comments, it's always interesting to hear different voices on a given book!

111raton-liseur
Editado: Jun 15, 2019, 9:24am

47. L’Indésirable - Louis Guilloux
(Not translated into English)



J’ai découvert Louis Guilloux au détour d’une note de bas de page dans un autre livre, Besoin de mer, de Hervé Hamon, que je lisais dans ma petite chambre surchauffée alors que je vivais au Burundi, l’essence même du pays enclavé. Un auteur breton dont il est dit tant de bien, ami d’Albert Camus, qui est probablement mon auteur préféré ? Il fallait que je lise cela et, lors de mon passage suivant dans une librairie, j’ai acquis Le Sang noir, son roman le plus célèbre. Ce fut une lecture merveilleuse. Sombre, âpre, mais superbe. Un éblouissement de lectrice, à tel point que je n’ose pas le relire, bien que j’en aies envie depuis un bon moment déjà.
Alors quand je suis passée chez Dialogues, la librairie indépendante de Brest aux dernières vacances et que j’ai vu ce livre sur une table discrète dans un petit renfoncement, je n’ai pas pu m’empêcher de le prendre, et j’en ai commencé la lecture sitôt mon livre en cours terminé.
Car L’Indésirable est en quelque sorte le brouillon du Sang noir. C’est le premier roman écrit par Louis Guilloux, mais il n’a pas trouvé d’éditeur et Guilloux, qui en aurait lui-même reconnu les lacunes, n’y est jamais revenu. C’est donc un écrit de jeunesse, jugé inabouti tant par l’auteur que par un éditeur qui est proposé ici. Et c’est pourquoi il ne serait pas judicieux d’aborder Louis Guilloux avec ce texte, dont, même moi lectrice novice, je peux percevoir les insuffisances même si je n’arrive pas toujours à les nommer.
Pourtant, pour qui a lu et a aimé le Sang noir, c’est une œuvre très intéressante. On y retrouve effectivement les grands thèmes de l’œuvre et les archétypes des personnages. Si Le Sang noir est plus travaillé, plus profond, du moins dans mon souvenir, plus percutant aussi, on retrouve ici, dans un roman écrit dans l’immédiate après-guerre et qui s’inspire d’un fait divers de 1917, toute l’amertume et la désillusion de l’écrivain. Il avait tout juste vingt ans lorsqu’il écrivit L’Indésirable, mais il avait déjà une conscience aigue des bassesses dont l’âme humaine était capable, ces petites mesquineries lourdes de conséquence, ces recherches d’un dérisoire petit pouvoir personnel. A côté de cela, des personnages intègres, simples dans leurs valeurs et dans la façon de les vivre, parce que cela va de soi. Cela semble un peu manichéen lorsque je le dis ainsi, et ce n’est pas faire justice aux talents d’écrivain de Louis Guilloux, mais il faut reconnaître qu’il ne s’attarde guère aux subtilités des motivations de ses personnages. Par contre, il dépeint les états d’esprit et les cas de conscience des personnages qu’il aime avec une plume à la fois belle et précise qui me fait aimer à mon tour ces personnages avec lesquels je me sens toujours une immense empathie. Ses personnages ont les même tourments que moi, que ce soit dans cette œuvre de jeunesse non aboutie mais qui m’a donné envie de me replonger dans son œuvre ou dans des œuvres de sa maturité comme le merveilleux Sang noir ou le très émouvant Coco perdu.

112raton-liseur
Jun 23, 2019, 6:21am

48. Rappel en trouble - Michel Sidoroff ; lecture de Arnaud Bedouet
(Not translated into English)

Michel Sidoroff est réalisateur à Radio France, notamment de fictions radiophoniques. De temps à autres, il commet lui-même un texte, qui passe sur l’antenne. Parfois j’aime, parfois je n’aime pas. Cette fois, je suis partagée. C’était un texte agréable à écouter, léger, parfois drôle, souvent érudit. Mais tout cela forme un amas auquel je n’ai pas réussi à donner de sens ni de direction. Et je ressors de cette écoute comme si le texte avait glissé sur ma peau imperméable, ne me laissant aucune impression, ni passagère ni durable. Tant pis.

113raton-liseur
Jun 23, 2019, 6:22am

49. L’apocalypse est notre chance - Sylvie Coquart-Morel et Sophie Maurer ; lecture de Tiphaine Rabaud-Fournier
(Not translated into English)

Elle fait un peu pschitt cette histoire… Pourtant elle était bien partie. Une mort suspecte dans une université, une thésarde qui ne sait plus où elle en est, le personnel occulte de l’Elysée qui s’en mêle. Un cocktail varié et explosif le tout mêlant le genre, populaire s’il en est, du polar, avec un cadre élitiste au possible, celui de l’université et de la recherche la plus nébuleuse.
J’ai été prise dans cette histoire, voulant à tout prix connaître la suite, et puis à partir de l’avant dernière partie (sur quinze…), j’ai commencé à sentir que les deux auteures n’avaient plus rien à dire, et finalement, c’est bien ce qu’il s’est passé. Il n’y a pas eu de révélation, rien à la hauteur de l’ambiance si bien créée et du suspens si bien entretenu.
Je sors de cette lecture en me sentant flouée et je déteste ce sentiment, surtout lorsque l’on joue avec mon impatience. C’est bien dommage car il y avait matière à beaucoup de choses intéressantes.

114raton-liseur
Jun 23, 2019, 6:23am

50. Nadine et Robert : le dernier voyage d’un poisson rouge - Delphine de Vigan ; lecture de Delphine de Vigan
(Not translated into English)

Delphine de Vigan est une auteure française plutôt spécialisée dans l’introspection, alors c’est amusant de la voir se frotte à l’exercice de l’histoire pour enfant. Elle le fait à travers un sujet grave à hauteur d’enfant, celui de la mort d’un animal domestique, ici Nadine le poisson rouge. Il est question de la façon d’enterrer ce petit animal et de faire son deuil, avec une fin joliment ouverte et discrètement poétique. Simple, mignon et efficace.

115raton-liseur
Editado: Jun 23, 2019, 6:25am

51. Lucia Petite Poète - Yannick Haenel ; lecture de Yannick Haenel
(Not translated into English)

Décidément bien sympathique cette collection d’histoires pour enfants. Il y en a pour tous les goûts. Et ici, c’est une jolie histoire toute en poésie, dans laquelle il est question d’une petite fille qui se demande comment les étoiles tiennent accrochées dans le ciel et sur le merveilleux pouvoir de la lecture. Une phrase sur les documentaires qui m’a un peu froissée, opposant trop crûment (et injustement) réel et poésie, information et fiction, mais si l’on fait abstraction de ce détail, c’est un très joli livre audio, que je n’hésiterais pas à mettre entre les oreilles de tous les petits lecteurs en herbe.

116raton-liseur
Jun 23, 2019, 6:26am

52. Les Amours de Jacques - Claude Régy ; lecture de Jean Parédès
(Not translated into English)

Une adaptation théâtrale de Jacques le Fataliste, de Diderot. J’avais lu cette œuvre lors de mes années d’étude. Pas vraiment une lecture forcée, mais très vivement encouragée. Et, même si je n’avais pas tout compris, si beaucoup de réflexion m’étaient passées un peu au-dessus de la tête, je me souviens d’avoir beaucoup apprécié cette lecture et je m’étais alors promis de le relire, un jour, loin des contraintes scolaires, pour m’en délecter tout à loisir.
Je n’ai pas eu l’occasion de mettre ce projet à exécution, et j’espérais que cette petite œuvre théâtrale me donnerait l’occasion d’en avoir un avant-goût. Hélas, j’ai l’impression que cette pièce réduit l’œuvre de Diderot à la narration des amours de Jacques (en cela le titre ne ment pas), et en enlève tout le piquant, tout l’aspect philosophique que Diderot y a mis. Ce fut donc une œuvre bien fade à écouter mais qui, paradoxalement, me donne encore plus envie de relire le vrai, le seul Jacques le Fataliste, pour y redécouvrir tout le piquant.

117raton-liseur
Editado: Jun 23, 2019, 6:29am

53. Infidèles - Ingmar Bergman, traduction de Vincent Fournier ; lecture de Fanny Cottençon et Roger Planchon
(Translated into English as Faithless)

Première incursion dans l’œuvre de Bergman (ma culture cinématographique est plus que pauvre, et je ne me soigne pas vraiment), et je suis un peu déçue. Certes, il y a une sombre histoire de drame intime entre des personnes très bien éduquées des milieux artistiques, mais ce ne sont ni mon milieu ni mes préoccupations. Certes, il y a une réflexion probablement intéressante sur la création et le rapport entre l’auteur et son personnage, mais c’est un thème qui me passe bien au-dessus de la tête.
L’écoute de cette pièce dans la mise en scène que j’ai est d’ailleurs assez éprouvante. On a sans arrêt l’impression que les acteurs ne savent pas leur texte. C’en devient pénible et agaçant. Je suppose que cela se veut une traduction de l’acte d’écrire, une façon de représenter de façon palpable le processus de création, mais cela donne une écoute laborieuse, poussive, qui est loin d’aider à l’immersion du lecteur dans l’œuvre.
Un scénario tout en intellectualité donc, mais de celle que je trouve étriquée et repliée sur soi, une intellectualité dont je me sens exclue parce que je n’en partage ni les codes ni les aspirations. En résumé, un film nombriliste qui ne regarde pas les nombrils qui m’intéressent.

118raton-liseur
Jun 26, 2019, 9:54am

54. Carnet de bal, nouvelle extraite du recueil Des putains meurtrières - Roberto Bolaño, traduction de Robert Amutlo ; lecture collective
(Translated into English as Dance Card)

Roberto Bolaño est un auteur intriguant, que je découvre ici à travers une nouvelle qui raconte, en quelques soixante phrases ou courts paragraphes numérotés comme autant d’entrées d’un carnet de bal, sa vie, ou du moins des fragments significatifs de sa vie.
Sous le signe de la poésie et de la politique, Bolaño vagabonde dans ses souvenirs, plus ou moins avérés, plus ou moins rêvés. Une entrée de plain pied dans l’univers de l’auteur, mais tout cela me fait un peu peur et, si Bolaño est un auteur que j’aimerais découvrir, je dois avouer que je me sens intimidée et même un peu effrayée par une poésie que je ne sais pas décrypter. Il me faudra danser d’autres danses avec Roberto Bolaño avant de savoir si nous serons des partenaires de bal bien assortis.

119raton-liseur
Jun 26, 2019, 9:57am

55. Un coup de tonnerre, nouvelle extraits de Les Pommes d’or du soleil - Ray Bradbury, traduction de l’anglais par Richard Negrou ; lecture de Féodor Atkine
(Translated from the English A Sound of Thunder, in The Golden Apples of the Sun)

Il est bien difficile de faire une note de lecture après l’écoute d’une seule nouvelle d’un auteur. C’est bien trop court pour prendre la mesure du talent d’un écrivain. Pourtant, cette nouvelle se suffit à elle-même. Malgré le titre, c’est de voyage dans le temps qu’il est question ici. Et pas la peine de chercher les grandes aberrations temporelles qui font la joie habituelle des auteurs de science-fiction, on est ici dans la subtilité, le rien.
Et tout cela est décrit avec une très belle maitrise, un style tout en délicatesse et en retenue. J’ai passé un très bon moment, redécouvrant après bien des années un auteur découvert pendant mon adolescence (et qui m’avait alors peu intéressée). On peut se laisser bercer par la langue, on peut méditer sur la contingence de la vie. Et avoir envie d’ouvrir un livre de Bradbury, pour redécouvrir un auteur à côté duquel j’ai bien failli passer.

120raton-liseur
Jun 26, 2019, 9:58am

56. La Petite Roque - Guy de Maupassant ; lecture d’Arnaud Bédouet
(Translated into English as Little Louise Roque)

Bien que cette nouvelle soit plutôt célèbre dans l’œuvre de Maupassant, je ne l’avais jamais lue. Je ne connaissais pas non plus ce côté très noir de Maupassant, puisqu’il est question ici d’un crime, et le plus sordide de tous, le viol et le meurtre d’une fillette, et de l’impunité dont bénéficie son auteur. Relativement longue, elle permet à Maupassant de développer son art de la description et de nous livrer quelques phrases finement ciselées.
Si je retrouve donc le Maupassant dont j’ai l’habitude, mais dans un contexte nouveau. Assez dérangeant car c’est un sujet auquel la littérature du XIXème siècle ne m’avait guère habituée, mais pas inintéressant.
Cette nouvelle ne détrône pas Boule de Suif, qui est ma nouvelle préférée de Maupassant, et ce depuis que je l’ai lue en 5ème, mais je suis contente de l’avoir lue et de découvrir une nouvelle facette de cet auteur protéiforme avec lequel j’ai une relation en dent de scie.

121raton-liseur
Editado: Jun 26, 2019, 10:00am

57. Le Scalpel, le Sang : Georg Büchner, biographie générale - Frédéric Metz ; adaptation d’Irène Bonnaud, lecture par les élèves de l’Ecole du Théâtre National de Bretagne
(Not translated into English)
Les polices savent bien que tout cela, sur un sol où c’est venu, peut réapparaitre aussi vite que c’était parti et que c’est un chiendent. On a mis le sol propre, des racines sont quelque part qu’on ne voit pas. Cette remarque nous aurions pu la mettre à la fin de notre livre. Elle aurait fait la lueur dans la nuit, qui va le fermer. C’est l’optimisme du chiendent, qui est l’optimisme légitime de toute grève. La vie revenante, même extirpée, arrachée, foulée, détruite par les meilleures polices. La vie est revenue toujours sur le sol remis propre : du chiendent.
Une bien étrange lecture, dans laquelle je me suis lance après une erreur d’homonymie sur le nom de l’auteur. Je ne me serais pas lancée, de mon propre chef, dans une biographie de Georg Büchner, un médecin et révolutionnaire allemand mort à 23 ans en 1837.
Ce n’est pas une biographie au sens classique du texte, plus un travail en spirale, qui essaie, couche après couche, de rendre compte de la complexité d’une vie courte mais diverse.
Je n’avais jamais entendu parler de ce personnage et, si la forme m’a déroutée, j’ai appris beaucoup sur la naissance du socialisme alors que Karl Marx n’a pas encore commencé à écrire. J’ai vu ce monde en ébullition, qui allait donner naissance à de nouvelles idées longtemps fécondes. Ce fut donc une lecture instructive, même si la forme m’a parfois perdue et que j’ai l’impression que ce livre s’adresse plutôt à des lecteurs qui ont déjà une bonne connaissance historique de ce qui est décrit.

122raton-liseur
Jun 26, 2019, 10:01am

58. Olga, le canard et le petit garçon battu - Geneviève Brisac ; lecture de Geneviève Brisac
(Not translated into English)

Une fillette qui sait ce qu’elle veut, un canard qui parle, cela aurait pu donner un conte intéressant. Mais je dois avouer que je n’ai pas trouvé dans cette histoire pour enfant la petite étincelle qui fait que l’on a envie de la lire et à relire à un petit bout d’apprenti lecteur. Tant pis, j’oublie celle-là dans la collection des « Oli » de France Inter, et j’irai fureter ailleurs pour trouver des petites pépites insoupçonnées.

123raton-liseur
Jun 26, 2019, 10:02am

59. Sainte Cécile ou la puissance de la musique - Heinrich von Kleist, traduction d’Armel Guerne ; lecture de Gabriel Dufay
(Translated into English as St. Cecilia, or the Power of Music)

Une nouvelle très marquée par la religion, où s’affrontent catholicisme et protestantisme, ou mieux, le décorum de la religion romaine et le dépouillement de l’iconoclasme. C’est le pouvoir de la musique et des saints qui, comme l’annonce le titre, triomphe.
Connaissant peu von Kleist, il m’est difficile de replacer cette nouvelle dans son œuvre, et je dois avouer qu’elle m’a laissée indifférente, car, peu réceptive aux miracles, le sujet ne me touche guère et son traitement ici ne le rend pas plus intéressant pour moi. Une lecture classique qui enrichit, je suppose, ma culture, encore faudrait-il qu’elle me marque assez pour que je m’en souvienne.

124raton-liseur
Jun 26, 2019, 10:03am

60. Le Testament des gouttes de pluie - Einar Már Guðmundsson ; traduit de l’islandais par Eric Boury
(Translated into English as Epilogue of the raindrops)



Un beau titre, l’idée du réalisme magique à la sauce islandaise, j’avais repéré ce livre depuis longtemps... Alors quand il est sorti en poche, je n’ai pas pu résister et je me le suis offert quand est venu le moment d’utiliser les points accumulés sur ma carte de fidélité à la librairie. Hélas, trois fois hélas, j’ai eu toutes les peines du monde à lire ce livre dont je n’ai compris ni les tenants ni les aboutissants.
On est un soir d’orage à Reykjavik, où l’on suit plusieurs personnages plus ou moins hauts en couleur. Un vieux raconteur d’histoires un peu imbibé, le gardien halluciné du jardin botanique, la très discrète femme du pasteur… Cela aurait pu être intéressant, ou agréable à lire, mais je n’ai pas aimé ce langage imagé qui se veut poétique mais que je trouve agressif, et je n’ai pas vu où voulait m’emmener l’auteur, ce qu’il avait à me raconter.
A la fin du livre, et je me suis accrochée pour donner jusqu’au bout une chance à l’auteur, je me demande ce qui l’a poussé à prendre la plume, pourquoi il a voulu écrire ce livre, et je n’ai pas le moindre commencement de réponse à cette question. Aurais-je mieux apprécié ce livre si j’avais su avant d’écrire cette note de lecture que c’était le dernier d’une trilogie ? Je suppose que non, les deux premiers tomes ne semblant pas avoir été traduits en français. Tant pis, il y a beaucoup d’autres auteurs islandais dont je me régale, alors je suppose qu’un de perdu, c’en seront dix de retrouvés.

125raton-liseur
Jun 30, 2019, 5:30am

61. En Famille - Guy de Maupassant ; lecture d’Anne Benoît
(I am not sure about a possible translation into English: A Family or A Family Affair might be a translation of this short story)

Maupassant dans toute sa mordante férocité. La petite bourgeoisie étriquée, avec ses petits rêves, ses petites mesquineries, ses petits calculs, tout est là, ramassé en quelques pages. Un portrait au vitriol d’une couche de la société que Maupassant honnissait et qui le lui rendait probablement bien (à condition d’en avoir entendu parlé…). J’ai oscillé, pendant cette lecture, entre jubilation un peu méchante et consternation.
Une nouvelle de Maupassant plutôt connue, étudiée parfois dans nos lycées, et c’est à raison.

126raton-liseur
Jun 30, 2019, 5:31am

62. L’Amie prodigieuse - Elena Ferrante, traduit de l’italien par Elsa Damien ; adaptation de Victoire Bourgeois, lecture d’Amira Casar
(Translated into English as My Brilliant Friend)

Je le concède, je suis parfois très loin de l’actualité littéraire. J’étais par exemple passée totalement à côté de cette auteure, dont je n’ai entendu parlé pour la première fois il n’y a que quelques semaines, et cela dans des termes tellement élogieux que je me suis tout de suite méfiée. Mais, plutôt curieuse de nature, je ne me suis pas fait prier pour me plonger dedans lorsque j’en ai trouvé un enregistrement, sans me départir d’une pointe de scepticisme.
Et j’ai été happée, littéralement happée par ce texte. J’ai suivi avec avidité les quatre cent coups d’Elena et de Lila, et surtout leurs rêves, leurs espoirs, leur relation aux études et à leur milieu. Des petites filles qui se ressemblent, toutes les deux douées pour les études, mais qui n’auront pas les mêmes opportunités et qui devront composer avec ce que la vie leur donne. C’est, en creux, sans jamais donner de leçon ni asséner des vérités à l’emporte-pièce, une réflexion sur la fidélité à son histoire familiale, sur la réalisation de ses désirs personnels, sur le fragile équilibre entre les deux, que l’on recherche peut-être tous sans jamais le trouver.
J’ai été surprise par la fin abrupte de ce livre, et je la comprends mieux maintenant que je sais que je n’ai en réalité écouté que le premier tome d’une longue saga. Je n’ai maintenant qu’une envie, celle de me plonger dans le reste de cette histoire, comprendre comment ces deux demoiselles au caractère si trempé vont mener les premières années de leur vie d’adulte, vont voir leurs rêves, leur espoirs et leurs illusions s’entrechoquer avec la difficile réalité.
Voilà un livre fascinant, qui m’a hantée pendant tout le temps où je l’ai lu, grappillant chaque petite minute possible pour retrouver les deux héroïnes, avec un faible pour Elena, la narratrice, je dois l’avouer. Et des personnages qui ne me quittent pas une fois la dernière phrase écoutée. Alors qu’importe toutes les spéculations autour de l’auteure. Elle veut garder son anonymat, soit, autant le respecter et ne pas chercher à en savoir plus. Ce qui compte chez un écrivain, c’est son œuvre et, ici, l’œuvre est suffisamment prodigieuse pour qu’elle se suffise à elle-même. Une merveilleuse découverte, et je ne m’arrêterai pas en si bon chemin.

127raton-liseur
Editado: Jun 30, 2019, 5:36am

63. Un Royaume sous la mer - Henri Queffélec
(Translated into English as The Kingdom under the sea)



Je pensais, en lisant ce livre, pouvoir réduire d’une unité le nombre de livres qui dorment depuis trop longtemps sur les étagères sans que je les aie jamais ouverts. Mais les premières pages m’ont semblé bien familières, puis il y a eu l’épisode des radis et là, je me suis dit qu’il y avait anguille sous roche (ou julienne au fond de la mer). Je me suis donc aperçue, en venant farfouiller sur ce précieux site qui recense toutes mes lectures depuis bientôt dix ans que j’avais déjà lu ce livre, en 2013, cela ne nous rajeunit pas ma bonne dame…
Et ma note de lecture était plutôt acerbe à l’époque. Je crois que je vais être plus clémente aujourd’hui, j’ai été plus sensible aux tiraillements entre la fierté de pêcher, de ramener le plus de poissons possible et les inquiétudes face à la raréfaction des ressources. Il n’est pas facile de changer ses pratiques, de savoir placer sa fierté ailleurs que là où on l’a toujours mise, et où nos pères ont mis la leur avant nous.
Par contre, je suis toujours aussi agacée par les tensions conjugales qui font la trame narrative de ce livre. Trop mélodramatique pour moi, tout à fait dispensable. Est-ce un poncif des romans de mer de dépeindre ainsi le brave, fier et valeureux capitaine comme un homme malheureux en amour ? Roger Vercel utilise la même trame dans le célèbre Remorques ou le moins célèbre Jean Villemeur, et cela devient lassant. Certes, c’est un peu l’Albatros de Baudelaire (toutes proportions gardées !), l’intrépide homme de mer que ses ailes de géant empêchent de marcher dès qu’il rejoint le plancher des vaches, mais au bout de quelques livres, cela devient un marronnier, et j’attends mieux d’un roman maritime.

128raton-liseur
Jun 30, 2019, 5:38am

64. Thomas - Dominique Douay
(Not translated into English)



J’avais participé, il y a plusieurs années maintenant à un défi de lecture de nouvelles, et j’avais, à cette occasion, gagné quatre nouvelles choisies dans le catalogue des éditions Armada. Cela était tombé dans l’oubli et je suis tombée sur ces fichiers il y a peu, un peu par hasard. Maintenant que j’ai une liseuse électronique toute neuve, je peux enfin les lire, il était plus que temps…
Je commence par cette nouvelle, il faut bien commencer quelque part. Et je ne me souviens absolument plus de pourquoi je l’ai choisie. J’apprends avant même de commencer qu’elle a gagné le Grand Prix de l’Imaginaire en 1975. Cela date, mais cela place aussi la barre un peu haut, ce qui n’est pas une bonne chose parfois, ce qui n’est pas une bonne chose cette fois.
On découvre deux hommes dans un monde immensément plat et blanc. Une femme arrive dans ce monde immensément plat et blanc. Les bas instincts ne sont pas longs à se manifester, pas longs du tout... Tout cela dans une langue parlée et crue, qui se complait dans sa pauvreté et sa crudité. Puis on découvre que l’on est dans le cerveau d’un des personnages, et que ce cerveau est contaminé par une chose étrange, et….
La nouvelle était peut-être intéressante dans les années 70, mais elle me semble aujourd’hui assez banale et je n’ai pas une connaissance historique du genre pour l’apprécier dans son contexte. Je me suis donc plutôt ennuyée, mais j’imagine que des lecteurs plus versés que moi dans le genre y trouveraient leur compte.

129raton-liseur
Editado: Ago 9, 2019, 1:45pm

65. La Garçonne - Victor Margueritte
(Translated into English as The Bachelor Girl)



J’ai entendu parler de ce livre des années 1920 il y a quelques mois au détour d’une émission de France Culture. Il était question de la façon dont ce livre avait contribué à définir ce qu’était la garçonne, mais aussi du scandale que ce livre avait créé, allant jusqu’à valoir le retrait de sa légion d’honneur à l’auteur, sanction qui n’avait jamais été prise avant cela… Il était précisé que c’était un livre érotique, ce qui n’est guère ma tasse de thé, mais ce livre m’intriguait et, comme il est maintenant dans le domaine public, j’ai profité de l’acquisition de ma nouvelle liseuse pour me plonger dedans.
Il me faut d’abord préciser, avec une lecture près de centa ans après la publication de ce livre, que le qualificatif érotique ne s’applique pas. Beaucoup de choses qui peuvent choquer certes, les relations hors mariage, mais surtout la bissexualité assumée, la domination de la femme dans le couple, mais aucune description explicite, rien de graveleux. Mais Victor Margueritte n’a pas pour autant froid aux yeux. Il décrit une certaine réalité des années folles, concentre sur son personnage toutes les extravagances du moment, et il faut avoir le cœur bien accroché pour la suivre dans toutes ses expériences et expérimentations. Il y a le sexe, mais aussi la frénésie des soirées dansantes, la décadence de la consommation de drogue, tout y passe.
Mais Victor Margueritte donne un sens à tout cela. Monique Lerbier, son héroïne est en fait une femme de principe. D’une morale pure et exigeante, elle refuse les compromissions de la société et c’est parce qu’elle est bafouée qu’elle décide de vivre de façon libre et au grand jour. Mais très vite, Monique Lerbier se retrouve face à une existence vide de sens. Elle cherche alors dans la maternité ce sens qui lui échappe, mais la maternité lui étant refusée, elle se laisse sombrer dans une spirale d’auto-destruction, dont elle ne sortira que grâce à une confiance retrouvée dans les hommes (du moins certains hommes) et dans l’amour.
Et c’est dans ce propos que le livre pêche un peu car au fond, la morale est sauve, tout rentre finalement dans l’ordre et la société bourgeoise sort tout juste un peu égratignée. Certes, Monique Lerbier ne renie pas ses convictions profondes et réussit finalement à trouver un mode de vie qui convient tout autant à la société qu’à elle-même. Si bien que ce roman provoque beaucoup mais ne va pas au-delà. Il ne présente rien de radicalement différent, et finalement Monique Lerbier ne trouve son équilibre qu’en réalisant son rôle de femme, à savoir celui de l’épouse et probablement de la future mère.

Malgré cela, ce livre a été passionnant à lire. D’abord parce qu’il faut le replacer dans son époque, celle de l’entre deux-guerres, ensuite parce qu’il est intéressant de comprendre pourquoi il a en même temps été un grand succès de librairie et a fait scandale. Il met en effet à mal beaucoup des faux semblants de la société de l’époque, les tiraillements qui existent déjà entre la morale sociale et la libération de l’individu, il s’inscrit dans les débuts de l’émancipation des femmes, fruit inévitable des bouleversements de la première guerre mondiale car on ne envisager un simple retour en arrière.
En lisant ce livre, j’ai pensé au Tour du malheur de Kessel pour la période historique et la façon dont on a pu s’enivrer de musique et de danse pour oublier la vacuité de la vie ou bien aux Chemins de Katmandou de Barjavel pour les personnages qui cherchent l’oubli dans la drogue. C’est une lecture parfois déstabilisante, parfois frustrante, mais intéressante pour son caractère historique et pour ce qu’elle dit de la société de l’époque et du chemin que l’on a fait depuis et qu’il reste à faire. Et si ce livre est plein d’imperfections, je crois que l’on peut lui appliquer ce que l’auteur écrit à propos de son personnage : elle a beaucoup tenté, mal peut-être, maladroitement parfois, mais elle a tenté.

130raton-liseur
Ago 9, 2019, 1:39pm

After quite some time far from the computer (and from books: those days, summertime does not mean book time for me), I am on and off back at my desk, and trying again to clear my backlog in terms of book reviews...). Let's see if I can make a good start this evening!

131raton-liseur
Editado: Ago 9, 2019, 1:45pm

66. Le Cercle sauvage - Anne Sibran ; lecture de Chloé Réjon
(Not translated into English)

Décidément, j’aime la plume d’Anne Sibran, sa capacité à décrire, à faire sentir. Il ne se passe pas grand-chose dans cette pièce radiophonique, pas plus que dans la précédente que j’ai écoutée, Géographie du Purgatoire, mais je me laisse facilement emporter par ses descriptions, ses pensées.
Anne Sibran est ethnologue, et elle en a le regard attentif. Mais elle est surtout rêveuse, car la signification qu’elle donne à tous les petits détails qu’elle nous rapporte est plus de l’ordre d’une quête mi-philosophique mi-onirique à laquelle elle nous convie à sa suite.
Si Géographie du purgatoire était un écrit très personnel, ici, le sujet est plus proche de l’ethnographie justement, puisqu’il est question des peuples non contactés, ces groupes qui vivent dans la forêt amazonienne et qui n’ont pas eu aucun contact avec notre civilisation (du moins de ce que nous savons, et suffisamment pour refuser de faire plus ample connaissance). Se posent tout un tas de problèmes éthiques : doit-on les contacter en premier, décider pour eux qu’il ne faut pas qu’ils connaissent notre civilisation, comment comprendre leur mode de vie, ou au moins le respecter sans pouvoir l’étudier ? Comment réagir à leurs réactions violentes, telles une pluie de flèches sur une embarcation qui passe tout simplement sur le bras du fleuve ? Et si l’on met tout cela dans le contexte d’une zone de plus en plus grignotée par l’exploitation minière, qu’est-ce que cela donne ?
Anne Sibran n’évacue aucune de ces questions, mais elle n’y répond pas non plus. Elle est spectatrice d’un monde qui la fascine mais dont elle n’est pas, et elle assume tout à fait ce rôle de spectatrice, de témoin. Elle donne à voir, avec une immense bienveillance (toutes les personnes rencontrées, même celles qui semblent un peu frustres, avec des jugements un peu à l’emporte-pièce sont traités avec un immense respect et beaucoup de douceur dans l’écriture), et c’est à chacun de se faire, s’il le désire, une opinion.
C’est un très beau texte, d’une grande simplicité, de cette simplicité qui met en relief la justesse du choix des mots et la mélodie de l’agencement des phrases ; C’est une déambulation au fil des chemins invisibles, au fil de l’eau boueuse, dans les rais d’un visage de fillette qui s’évanouit dans le mouvement des feuilles.

132raton-liseur
Ago 9, 2019, 1:45pm

67. Le Renard et le poulailler - Guillaume Meurice ; lecture de Guillaume Meurice
(Not translated into English)

Un bon cru que ce livre audio pour enfant. On est dans le registre de la fable, la fable à tendance humoristique si cela existe.
Les poules devisent toute la journée et ne dédaignent pas les conversations philosophiques. Alors quand le renard vient mettre à l’épreuve leurs principes, on assiste à une joute entre rhétorique et sophisme qui est plutôt savoureuse, et qui ne finira pas comme on pourrait s’y attendre.
Il y en a pour tous les âges dans cette histoire, de 7 à 77 ans comme dit l’expression consacrée. Les plus petits pourront s’amuser des saillies drolatiques et de la lecture guillerette de Guillaume Meurice, les plus âgés pourront s’amuser de la leçon de morale et se demander ce qui prime, des principes ou du pragmatisme (une question au combien d’actualité dans notre douce France, et l’on retrouve là l’inspiration de l’auteur, humoriste politique sur France Inter).

133raton-liseur
Ago 9, 2019, 1:47pm

68. Héloïse, Artémis et le sort Premium - Chloé Delaume ; lecture de Chloé Delaume
(Not translated into English)

Mignonne cette petite histoire, qui rappellera à nos chères têtes blondes (et moins blondes) qu’il est effectivement bon de chercher à être complimenté, mais que cela ne vient pas seul. Il faut faire des efforts, mériter ces compliments, et c’est cela qui les rend véritablement savoureux.
Un langage simple et actuel pour illustrer tout cela, par une auteure que je ne connaissais pas. Selon Wikipédia, elle écrit principalement de l’autofiction et fait de la littérature expérimentale, je n’avais donc aucune chance de la lire un jour. Tout cela ne transparaît pas dans cette histoire pour enfants (heureusement, dirais-je…), qui est tout à fait accessible dès un très jeune âge.

134raton-liseur
Ago 9, 2019, 1:48pm

69. Dernier Repas cannibale - Lionel Evrard
(Not translated into English)



Je continue ma petite exploration de la collection Memoria des éditions Armada. Et ici, ce fut une réelle déception, à tel point que j’ai arrêté la lecture au bout de quelques pages, ce qui est relativement rare pour moi, et encore plus pour un écrit court.
Cette nouvelle n’est pas à proprement parler de la science fiction, mais une réflexion sur l’acte d’écrire. Mais une réflexion brouillon et écrite dans un français parlé et plutôt agressif, un mode d’expression auquel je me vois devenir de plus en plus allergique. Alors j’ai arrêté le massacre et je laisserai dormir cette nouvelle au fond de mon logiciel Calibre, qu’elle y repose d’un long sommeil réparateur dont je ne la sortirai pas.

135raton-liseur
Ago 9, 2019, 1:50pm

70. La Duchesse insoumise - Christine Merril ; traduction de Marie-José Lamorlette
(Translated from the English The Inconvenient Duchess)



J’ai presque honte de mettre ce livre ici, mais on ne peut pas être toujours un lecteur studieux et appliqué, une lectrice non plus. Ce livre était dans la centaine de livres offerts avec ma toute nouvelle liseuse que j’ai étrennée avec délice ces derniers jours, comme le montrent les avis de lectures mis en ligne en ce moment…
Je crois que j’ai lu adolescente les deux Harlequins de ma mère, qui trainaient sur les étagères (en secret, car je pense qu’elle aurait désapprouvé ce genre de lecture à mon jeune âge), mais depuis, je n’avais jamais retenté. Un peu de chick lit, comme l’on dit (ça fait poulet, non ?), pour savoir ce que c’est et parce que je ne boude pas toujours une lecture qui ne me demande même pas de temps de cerveau disponible.
Le constat est mitigé. Certes, je ne suis pas sûre que j’étais prête à lire beaucoup plus difficile. Mais tout de même... Cela ne me dérange pas de savoir d’ores et déjà comment un tel livre finira. Lorsqu’on lit un tel livre, on passe un pacte tout sauf implicite avec l’auteur et l’éditeur, donc cela ne me pose pas de problème de connaître la fin avant même d’avoir lu la première page. Mais tout de même… Je n’aime pas être prise pour plus bête que je ne suis, et ce livre m’a paru plein d’aberrations (l’honneur, certes, mais je doute que cela pousse à se marier dans de telles circonstances). Et puis j’aurais aimé un peu de piment, être tout de même un peu surprise le long du chemin qui me menait vers une destination déjà connue. Le lourd passé de chacun des protagonistes est tellement évident que je crois que j’ai fini par m’ennuyer.
C’était probablement un de mes premiers Regency romance, car oui, même pour ces livres on a inventé une catégorie. Ce ne sera peut-être pas le dernier (il y en a deux ou trois autres sur ma liseuse), mais ce ne fut pas une grande réussite, et c’est une litote, je vous prie de me croire.

136raton-liseur
Ago 9, 2019, 1:51pm

71. Venin - Saneh Sangsuk ; traduit du thaïlandais par Marcel Barang
(Translated into English as Venom, in Venom and other stories)



Une nouvelle courte qui se lit en à peine une heure et qui permet de voyager dans un petit village thaïlandais où la vie s’écoule au rythme des bêtes et des travaux des champs. Wât est un jeune garçon qui n’a pas froid aux yeux et qui sait toujours comment aider ses parents. Un accident, quelques années plus tôt, lui a coûté l’usage de son bras droit, mais cela ne le démonte pas pour autant.
Ce soir, alors qu’il va bientôt falloir rentrer les vaches et que Patte Folle (c’est son surnom) s’amuse à faire des petites marionnettes de paille, un cobra surgit, un long, un immense, un musculeux cobra. Et un duel improbable s’engage entre le petit garçon infirme et le grand animal.
Je ne sais pas pourquoi, en découvrant ce livre sur une liste de lecture il y a peu, j’ai imaginé une histoire pleine de réalisme magique, à la fin incertaine mais très probablement poétique. Il n’en est rien. Et même s’il me semble que la situation dans laquelle se retrouve ce petit garçon a quelque chose d’improbable, le traitement qui en est fait est lui très réaliste. C’est donc plus à une déambulation dans un village thaïlandais que l’on est convié, Wât guidant le lecteur avec son immense cobra tenu à bout de bras.
Il est toujours difficile de se remettre d’une attente déçue, donc mon avis sur ce livre est mitigé. Pourtant, il faut reconnaître que c’est un moment de lecture plutôt agréable, simple et dépaysant, même si j’ai peu goûté la fin abrupte. A tenter, juste pour le plaisir de la découverte, sans idée préconçue et en étant prêt à se laisser emmener là où l’auteur veut aller.

137rocketjk
Ago 9, 2019, 1:53pm

I read Three Soldiers a couple of years back and thought it was very good, indeed. Not even so much an anti-war book, even, as an anti-military book.

Wish I could read your reviews in French!

138raton-liseur
Ago 9, 2019, 2:14pm

>137 rocketjk: I am dragging on my reading of Three Soldiers, not the right book from my current mindset, but I enjoyed what I have read so far.
Thanks for dropping by, despite the French reviews!

139raton-liseur
Ago 11, 2019, 2:23pm

72. Meurtre à Sciences Po - Victoria Kaario ; lecture d’Anne-Lise Heimburger
(Not translated into English)

Je m’étais bien amusée en écoutant Meurtre au conservatoire ; alors quand j’ai vu le nom de Victoria Kaario apparaître à nouveau dans ma liste de créations radiophoniques, je n’ai pas résisté très longtemps. Et, cerise sur le gâteau, on retrouve même notre duo d’enquêteurs de choc, l’inspecteur Serge Lavigne et sa jeune lieutenante Liza Olivier.
Toujours de l’humour à froid, mais qui fait moins sourire, toujours une enquête décalée, mais qui surprend moins. Je ne le cacherai pas, ce deuxième opus est certes agréable, mais moins bon que le précédent. Un bon moment, mais une petite déception tout de même au vu du premier opus.
Et au fait, les meurtres dans les universités, est-ce un genre littéraire ? C’est tout de même le deuxième que je lis cette année, après L’apocalypse est notre chance !

140raton-liseur
Ago 11, 2019, 2:25pm

73. Personne ne bouge - Enzo Cormann ; lecture de Marc Barbé
(Not translated into English)

Une étrange pièce de théâtre, un monologue en réalité. Celui d’un prisonnier d’une soixantaine d’années, condamné à vingt ans de prison, et qui sait qu’il ne reverra donc jamais la lumière du jour autrement que derrière des barreaux de sa cellule. Alors il parle. Il parle à la jeune psychologue dont c’est le métier de l’écouter, et il parle à Marlon Brando, un de ses grands amis de jadis, de quand tout allait bien et qu’il côtoyait le grand monde, sur les îles lointaines qui leur appartenait. Etrange soliloque de cet homme qui se retourne sur sa vie parce qu’il sait qu’il n’y a plus rien devant. Vie passée rêvée ou réelle, le spectateur ne peut que faire des conjectures.
C’est une sensation de malaise qui m’a accompagnée tout au long de ma lecture. Malaise du fait de la situation, cet homme enfermé, sans avenir, mais qui ne fait que payer sa dette à la société, comme le veut l’expression consacrée. Mais aussi malaise dû à la forme de cette pièce. Un homme qui discourt, sans personne en face, même lorsqu’il dialogue (les réponses de la psy ne sont en effet pas véritablement des réponses et ressemblent plus à des notes prises au cours ou après les échanges). Malaise donc, mais finalement un texte dont je n’ai pas saisi toutes les subtilités et qui ne m’a pas beaucoup marquée.

141raton-liseur
Ago 11, 2019, 2:26pm

74. Le Lion qui se lamentait - Katherine Pancol ; lecture de Katherine Pancol
(Not translated into English)

Histoire pour les petits, à la façon des Histoires comme ça de Rudyard Kipling, mais en moins caustique, en plus lisse.
Une histoire du soir pas trop mal pour les tout petits, à écouter pour ce qu’elle est et pour laquelle il n’y a pas à chercher midi à quatorze heures.

142raton-liseur
Out 6, 2019, 3:47pm

Almost two months since I have posted my last review here. I've been reading quite a bit (less than the first half of the year as I have changed my commuting pattern and stopped listening to audio books on the way to work and back), but I haven't spent a lot of time on LT or on the computer.
I have a backlog of reviews and will try to sort that out. I also have a backlog in reading other's posts and will try as well to catch up!

143raton-liseur
Editado: Out 6, 2019, 3:48pm

75. Les Vies de papier - Rabih Alameddine ; traduit de l’anglais par Nicolas Richard
(Translated from the English An Unnecessary Woman)



Ce livre me faisait de l’œil depuis un moment sur les tables de ma librairie habituelle. Des belles arabesques, des couleurs vives qui laissaient présager une lecture légère et pleine d’énergies positives. Il ne m’en faut parfois pas plus pour que je finisse par me laisser tenter…
Et me voilà faisant la connaissance d’Aaliya, une femme vieille mais dynamique, une femme de caractère, et on se dit qu’il vaut mieux être dans son camp que dans celui d’en face, parce qu’elle n’est pas tendre dans ses jugements, et parce qu’elle est entière. Drôle de personnage, qui a survécu à tant de choses, de son mariage raté à la guerre à Beyrouth. Il faut un sacré caractère pour passer à travers ces événements, et Aaliya l’a, le caractère, mais cela me l’a rendue finalement peu sympathique, et je n’ai pas réussi à m’attacher à cette femme. On sent qu’il pourrait y avoir beaucoup d’émotion, que les lecteurs sont flattés dans le sens du poil car c’est la littérature qui maintient cette femme en vie, en lui donnant une raison d’être et une porte pour rêver.
Oui, il y a tout cela, mais je n’ai pas été emportée, ni par l’histoire qui m’a parue un peu trop artificielle, ni par le personnage, car je n’ai pas réussi à percer sa carapace. Et finalement je suis plutôt passée à côté de ce roman qui aurait dû être un bon moment, une lecture à la fois facile et intelligente. Non, rien de cela pour moi, plutôt une lecture oubliable, et qui m’a rappelé un autre roman d’un thème similaire, lu il y a plusieurs années et que je me souviens avoir aimé, L’Immeuble de Mathilde d’Hassan Daoud. Tiens, peut-être devrais-je le relire ?

144rhian_of_oz
Out 7, 2019, 9:46am

>142 raton-liseur: Welcome back!

145dchaikin
Out 7, 2019, 1:32pm

>142 raton-liseur: nice to see you back (from someone who never seems to manage to catch up here.)

146raton-liseur
Out 7, 2019, 2:28pm

>144 rhian_of_oz:, >145 dchaikin: Thanks! Catching up on both of your threats are part of my plans!

147raton-liseur
Out 7, 2019, 2:29pm

76. Quartier lointain, l’intégrale - Jirô Taniguchi ; traduit du japonais par Kaoru Sekizumi et Frédéric Boilet
(Translated into English as A Distant Neighborhood)



Je suis plus que néophyte en ce qui concerne les mangas. En commençant avec ce titre et cet auteur, je commence par une valeur sûre. Et je n’ai pas été déçue, bien au contraire.
Je ne savais pas à quoi m’attendre en ouvrant ce livre (adapté au sens occidental, donc pas tout à fait mon premier manga, mais bon), et je dois avouer que le début m’a plutôt déstabilisée et fait craindre le pire, avec cette entrée en matière un peu fantasmagorique. Puis je me suis laissée prendre au jeu de cet homme revenu dans le corps de l’adolescent qu’il était, tout en conservant sa mémoire d’homme mûr.
Et j’ai commencé à comprendre ce regard extrêmement mélancolique, un peu doux, un peu lointain, de ce jeune homme sur la couverture. Allier l’insouciance et les espérances de la jeunesse avec la maturité et l’expérience de l’âge adulte, c’est le rêve de beaucoup. Hiroshi Nakahara a cette chance et compte bien, une fois l’incrédulité passée, la mettre à profit pour profiter pleinement de cette seconde jeunesse et pour en corriger certains aspects.
Mais il s’aperçoit vite qu’il ne peut changer le cours des choses, ni pour l’améliorer ni pour le rendre pire. Cette seconde chance lui offre seulement la possibilité de comprendre. Comprendre pourquoi son père l’a abandonné, lui, sa mère et sa sœur, comprendre ce qu’est vivre, ce que cela implique d’espérances déçues et de sacrifices.
C’est une très belle histoire, une sorte de rédemption intérieure, dont personne ne se rendra compte mais qui n’en est pas moins touchante, parce qu’elle permet à un homme de s’accepter, de se comprendre et de prendre des décisions plus en accord avec sa propre vie.
J’ai lu cette bande dessinée à la fois très vite, happée par l’histoire de cet homme adolescent, sentant son histoire résonner avec certaines de mes préoccupations de femme, de compagne et de mère entre deux âges, et à petites gorgées, pour en déguster les mouvements imperceptibles, les oscillations à peine visibles. Je ne pensais pas que le manga, avec son dessin très codifié et en noir et blanc pouvait avoir une telle force d’expression graphique. Le trait de Jirö Taniguchi, vu par une néophyte je le précise à nouveau, est propre à faire naître des sensations toujours mouvantes, et avec une délicatesse merveilleuse.
Une superbe découverte, qui me donne envie de pousser plus avant dans la découverte des mangas, mais n’est-ce pas placer la barre trop haut que de commencer par ce titre ? L’avenir livresque le dira.

148raton-liseur
Out 7, 2019, 3:58pm

77. Papa 1er - Jacques Mondoloni
(Not translated into English)



Une petite nouvelle par un auteur semble-t-il assez prolixe mais que je découvre au gré de ce petit opus offert il y a un moment par les éditions Armada.
Hommage affiché à Philip K. Dick, cette nouvelle montre un monde futur qui n’a pas bien tourné. Loin du paradis technologique qu’on nous promet, ce n’est pas l’enfer non plus, mais un monde sclérosé, dépend de la technique pour sa survie, et incapable de mutation sociale. Les pauvres doivent rester pauvres, les riches… je ne sais pas, on ne les côtoie pas. Un enfant de pauvre, parce qu’il est doué à l’école, entrevoit la possibilité d’une ascension sociale, mais c’est un monde à la Philip K. Dick, ça ne peut pas bien finir…
Lecture rapide et plutôt agréable même si elle est poisseuse et difficilement respirable. Un plaisir un peu masochiste, où l’on se dit que finalement, ce n’est pas si mal de vivre maintenant plutôt que demain.

149raton-liseur
Out 8, 2019, 12:37pm

78. Salomé et les femmes de parole, tome 1 : Trouver sa place - Nathalie Charles
(Not translated into English)



Un bien beau titre et une bien belle couverture, avec 4 femmes de parole en médaillon autour de notre héroïne à l’air décidé. Je remercie les éditions Rageot de m’avoir permis de recevoir ce livre, que j’ai lu en une soirée et qui, une fois cette note de lecture écrite, sera transmis à M’ni Raton. Car le sujet est d’actualité chez nous : l’entrée en 6ème, c’est pour dans quelques mois, et se faire sa place dans une nouvelle classe, ce n’est jamais facile. Et puis savoir ce que c’est que d’être une fille, savoir trouver un équilibre entre ses convictions (ou celles de papa-maman) et les impératifs d’une société monolithique, ça n’est pas facile. Si en plus j’ajoute que Rosa Parks, qui est sur la couverture, est une des héroïnes de ma fille en ce moment, j’ai presque l’impression que ce livre a été écrit juste pour elle.
Plein de petites choses à dire sur ce livre, alors plutôt que d’essayer de construire un texte cohérent, pour une fois, j’y vais de mon inventaire à la Prévert.

Les aspects positifs d’abord :
 Des personnages attachants. Les méchants sont un peu caricaturaux, mais on a tout de suite envie d’être copine avec Salomé, Emma et Théodore.
 On croise des grands noms, de Beauvoir à Gandhi. C’est rapide, léger, mais cela donne un aperçu des convictions de ces personnages, et c’est plutôt bien fait.
 Une histoire simple, facile à suivre et à comprendre sans pour autant être trop convenue ou caricaturale, très bien pour l’âge visé (8 à 10 ans d’après ce que j’ai vu sur le site de l’éditeur).

Quelques points que j’ai trouvés moins bien :
 Pourquoi Salomé doit-elle être la meilleure élève de la classe (je crois même qu’elle a un an d’avance, c’est mentionné en passant) ? Pourquoi pas une élève studieuse et moyenne (ou juste bonne), cela changerait et rendrait pour beaucoup d’enfants l’identification plus simple.
 Un langage très parlé, je ne sais si je dois le mettre dans les points positifs ou négatifs. Négatif pour moi parce que j’aimerais offrir aux enfants des lectures avec des textes un peu plus littéraires, pour qu’ils s’habituent à une langue plus soutenue, plus complexe, ce qui manque cruellement aux enfants qui ont une dizaine d’années aujourd’hui. Mais un point positif j’imagine pour les enfants lecteurs qui n’auront pas de mal à aborder le texte, à le comprendre, à s’identifier, ce qui leur permettra peut-être d’être plus disponibles pour réfléchir au message du livre.
 Le concepteur de la couverture a-t-il lu le livre ? Pourquoi mettre le portrait de femmes qui ne sont même pas mentionnées en passant dans le livre, c’est le cas de deux des quatre femmes de la couverture, Simone Veil et Emma Gonzalez. J’ai un peu eu l’impression de me faire avoir sur le contenu, alors que celui-ci est suffisamment riche pour ne pas avoir besoin que l’on nous trompe sur la marchandise.
 Je ne m’étais pas aperçue que ce livre était le premier d’une série à venir. Il se termine sur une fin ouverte qui, en tant qu’adulte ne m’a pas dérangée et je suis prête à en rester là de la vie de Salomé, mais ce ne sera pas forcément l’avis des jeunes lecteurs qui aiment que les histoires se concluent véritablement. Et on n’a aucune indication de quand le deuxième tome sera publié, sachant que c’est un livre qui va vieillir vite : les lectrices (ou lecteurs, pas d’a priori, même si le public visé est assez évident) auront probablement passé le cap de la 6ème avant que la suite des aventures de Salomé ne soit disponible, et dans quelques années, ce livre sera dépassé : il y est question de la coupe du monde de foot féminine en France, très d’actualité puisque l’équipe de France joue dans quelques heures, mais un événement qui sera complètement oublié dans quelques années par les générations montantes.

Verdict :
Un bon livre, qui allie de nombreux sujets complexes, de la place de l’enfant à l’école à celle des femmes dans la société en passant par l’acquisition de l’autonomie et les relations familiales, tout cela dans un style accessible et avec une histoire bien ficelée sans être trop originale. Malgré mes quelques réserves d’adulte, je suis sûre que ce livre aura du succès auprès de M’ni Raton. Un livre que peut plaire aux enfants de cet âge et qui véhicule des messages positifs sans platitude, c’est plutôt une belle réussite et je crois que, malgré encore une fois ces réserves, je serais prête à recommander ce livre à beaucoup d’enfants, comme un bon devoir de vacances ludique et intelligent pour préparer sa rentrée dans le monde des grands !

150raton-liseur
Out 8, 2019, 12:41pm

79. Chronique de la vallée - Jacques Boireau
(Not translated into English)



Etrange que cette nouvelle soit dans une collection de science fiction, car elle est vraiment très légèrement dystopique, et c’est peut-être paradoxalement cela qui en rend la lecture si pleine d’amertume.
On est dans un petit coin du milieu de la France, parmi les pâturages et les terres en friche. Les touristes viennent prendre un bol d’air pur dans ce reste de nature mis sous cloche. Et le vieux raconte la mort de sa vallée : l’usine qui ferme, puis, surtout, la construction du barrage ; la résistance vaine, la dignité inutile.
Je n’ai pas réussi à déterminer de quel barrage il était question, à quel point les événements racontés étaient vrais ou bien inspirés de différentes luttes contre cette anthropisation galopante de nos campagnes. Mais j’ai refermé cette nouvelle avec une petite boule dans la gorge, parce qu’il y en a beaucoup, en France et ailleurs, des clochers qui sonnent encore dans le vide de nos vallées, mais seulement le temps que nos souvenirs les feront vivre.
Une belle et triste nouvelle, par un auteur peu publié mais qui aurait peut-être mérité un peu plus d’attention de la part des lecteurs.

151raton-liseur
Out 8, 2019, 12:48pm

80. La Réunion - François Cuel ; lecture de Thomas Poulard
(Not translated into English)

Il ne faut pas bouder son plaisir. Voici une petite comédie qui trace à traits très grossiers les travers des managers incapables de prendre des décisions, et on en a probablement tous connu si l’on a été salarié à un moment ou à un autre de notre vie professionnelle.
Pierre Cedar a atteint son seuil d’incompétence, ce niveau que tout un chacun atteint un jour : il est bien connu que l’on est promu jusqu’au jour où l’on atteint un niveau de responsabilité que l’on n’est pas capable d’assumer… Ici c’est pire puisque Pierre est le fondateur et le gérant de sa propre maison d’édition.
Certes Pierre est caricatural, ses collaborateurs un peu aussi d’ailleurs. La pièce est gratuitement féroce, mais elle fait sourire et passer un bon moment, sans apporter le début d’une idée de solution aux travers de nos vies professionnelles. Mais, si l’on ne veut que passer un bon moment en cassant du sucre sur le dos de nos collègues imaginaires, c’est tout à fait la pièce radiophonique à recommander. Mais chut, ne dites pas à vos collègues que vous avez fait plus que sourire en l’écoutant et que décidément, tel personnage vous a fait pensé à … (non je ne le dirai pas).

152dchaikin
Out 8, 2019, 1:28pm

Jirö Taniguchi’s manga sounds fun. Enjoyed catching up.

153raton-liseur
Out 8, 2019, 1:59pm

>152 dchaikin: I would not say fun. Rather melancholic, reflexive. But yes, I really enjoyed that read and can only recommand it.

154raton-liseur
Out 9, 2019, 4:13am

81. Midinette, ou la fille de personne - Maria Larrea et Catherine Paillé ; lecture de François Loriquet
(Not translated into English)

Une fille qui a une relation un peu compliquée avec sa mère, entre fusion et rejet, Et qui, après qu’on lui ait tiré les tarots, a une explication avec cette même mère qui lui dit enfin, 25 ans après, qu’elle a été adoptée. Si on rajoute à cela l’origine espagnole des personnages, on se retrouve en plein cœur d’un des récents scandales qui ont secoué ce pays. Annabelle, puisque c’est le nom de cette midinette, part alors dans une quête éperdue de vérité et d’origine.
Les ficelles sont assez grossières, mais elles ont l’avantage de nous faire voir les différents aspects du problème, sans oublier les sentiments que peuvent éprouver les protagonistes volontaires ou le plus souvent involontaires de cette affaire. Et si on rajoute là-dessus un beau nappage de sirop de guimauve, ça donne un scénario de film, puisque c’est de cela qu’il s’agit, plutôt facile et attendu, didactique, mais peut-être intéressant pour ceux qui n’auraient jamais entendu parler de ces bébés volés pendant des décennies de l’ère Franco.

155raton-liseur
Editado: Out 9, 2019, 4:15am

82. Les Villages du versant - Alice Zeniter ; lecture de Alice Zeniter
(Not translated into English)

Une route, deux villages. Une histoire de rivalité. Mais elle ne nous mène pas là où l’on croirait et un village meurt au profit de la modernité. Une plate histoire des progrès de nos sociétés, sans poésie ni profondeur. Une histoire que ne m’a émue et dont je n’ai pas vu l’intérêt pour des enfants.

156raton-liseur
Out 9, 2019, 4:17am

83. Invisible Max - Zep ; lecture de Zep
(Not translated into English)

Je ne suis pas une fan de Titeuf, et c’est un euphémisme que de dire cela. J’ai donc commencé ce petit conte avec beaucoup de réticence. Et pourtant, c’est une façon plutôt originale et sensible de traiter le difficile sujet de la rentrée scolaire.
Max ne veut pas aller à l’école, alors une fée lui fait le cadeau de l’invisibilité, pour qu’il puisse aller voir à quoi cela ressemble, mais sans y prendre part. Il voit bien que l’école c’est toutes les choses désagréables qu’il pensait. Mais il y a aussi plein de belles choses auxquelles il a envie de participer, alors finalement, il renonce à son invisibilité.
Gentil petit récit, qui permet d’aborder ce thème cent fois rabaché mais qui demeure une préoccupation annuelle majeure de nos chères têtes blondes, brunes et rousses. A garder sous le coude pour faire écouter aux petits anxieux de septembre !

157raton-liseur
Out 9, 2019, 6:05am

84. Capitaine Rosalie - Timothée de Fombelle (texte) et Isabelle Arsenault (illustrations)
(Translated into English as Captain Rosalie)



Que dire après avoir lu ce livre? C’est un superbe livre, un livre pour enfant qui m’a fait monter les larmes aux yeux (et c’est rare qu’un livre me fasse un effet aussi physique). Je ne sais pas ce que les enfants retirent de ce livre, je ne sais même pas pour quel âge je pourrais le conseiller, peut-être parce que quelque soit l’âge du lecteur il pourra y trouver quelque chose pour lui.
Une histoire de petite fille dont le papa est à la guerre, la grande (paraît-il), la première (première d’un genre nouveau, première d’une longue série…). Une petite fille qui écoute sa maman lui lire les lettres de son père. Une petite fille qui ne devrait pas aller à l’école, mais c’est le seul endroit où elle peut aller quand sa maman doit aller travailler à l’usine.
L’histoire du pouvoir de la lecture. Parce que c’est l’accès au savoir, à la vérité, même si cette vérité fait pleurer. En écrivant ces lignes, j’ai les larmes aux yeux rien qu’en pensant à ce petit Capitaine Rosalie. Histoire merveilleusement écrite par Timothée de Fombelle (connu pour d’autres livres, plus fantastiques, mais que je découvre ici) et superbement illustrée par Isabelle Arsenault, avec des traits sûrs comme l’est la détermination de Rosalie, mais d’une grande douceur comme l’est la maman de Rosalie, comme l’est le cœur de Rosalie aussi. Les deux se marient pour créer ce livre, cette petite bulle aussi douce et dure que peut l’être la vie. Un bon condensé, qui ne ment pas aux enfants et qui fait grandir.

158rhian_of_oz
Out 9, 2019, 6:43am

>157 raton-liseur: I don't often read children's books but this sounds interesting so I'm adding it to my wishlist.

159raton-liseur
Out 9, 2019, 6:51am

>158 rhian_of_oz: It's not a typical children's book and is really worth a try. If you decide to read it, I hope you'll like it!

160raton-liseur
Out 9, 2019, 8:28am

85. Le Chien gardien d’étoiles - Takashi Murakami ; traduit du japonais par Victoria Tomoko Okada
(Translated into English as Stargazing Dog)



Ah, enfin, un manga qui « se lit à l’envers »! Mon premier ! Pris au rayon jeunesse de la petite bibliothèque de notre commune pour plus de sûreté (je suis souvent plus à l’aise avec les bandes dessinées pour enfant qu’avec celles trop violentes ou trop explicites du rayon adultes).
J’allais écrire que c’était un mauvais choix, mais c’est faux. Un mauvais choix de la part des bibliothécaires certes, car, si l’image de couverture est toute kawaï (comme dirait M’ni Raton…), l’intérieur est beaucoup plus sombre, et pas véritablement adapté à un jeune public.
L’histoire se décompose en deux parties, qui n’ont qu’un lien tenu entre elles. La première est celle d’un homme qui se voit peu à peu exclu d’une société japonaise qui évolue plus vite que lui. Plus de travail, plus de famille, plus de santé… Une exclusion progressive et acceptée par un homme dont le principal défaut est peut-être d’avoir bon cœur sans savoir le montrer à quelqu’un d’autre qu’à son chien, son seul fidèle ami. Dans la seconde partie, un travailleur social chargé d’organiser les funérailles d’un inconnu médite sur sa vie et son enfance et commence à se réconcilier avec lui-même.
J’ai apprécié la première partie, beaucoup moins la seconde que je trouve de trop dans ce livre. J’ai trouvé ce personnage paumé dans un monde qui va trop vite attachant, même si dans la vraie vie il m’agacerait probablement, mais c’est cela aussi, la magie de la lecture, la possibilité de se mettre au moins pour un temps ou pour un peu à la place d’un autre et de comprendre ce qui l’anime, ses doutes, ses espoirs, ses renoncements, ses résignations.
Je ressors donc de ce premier manga vrai de vrai avec une impression mitigée, mais en tout cas, je vois que les mangas ne s’arrête pas à Dragon Ball (ou plutôt Fairy Tail, dont P’tit Raton est plus que fan) ou à Lucille, Amour et Rock’n’roll (ah non, pardon, ça c’est un manga animé de mon enfance, que j’aimais beaucoup d’ailleurs, comme quoi, les goûts évoluent, fort heureusement !). Il y a aussi des mangas plus réfléchis, plus riches, et je me retrouve donc avec tout un nouveau rayon de bibliothèque à explorer !

161raton-liseur
Editado: Out 9, 2019, 8:32am

86. Aya de Yopougon, tomes 1 et 2 - Marguerite Abouet (scenario) et Clément Oubrerie (illustrations)
(Translated into English as Aya of Yop City)



Cette critique se rapporte aux deux premiers volumes de la série de bande dessinée « Aya de Yopougon ».
Tome 1
Tome 2

J’étais très curieuse de découvrir cette bande dessinée qui semble avoir eu un véritable succès d’estime lors de sa parution. Pourtant je n’ai pas réussi à me laisser séduire, et je n’ai lu le deuxième tome que parce qu’il est arrivé à la bibliothèque de mon village avant que je ne puisse annuler la réservation, c’est dire…
On nous annonce une bande dessinée loin des clichés. Mais sur l’Afrique, il y a les clichés à journalistes et les clichés à touristes. On est effectivement loin des clichés à journalistes, les guerres, les coups d’état, les famines, rien de tout ça ici. Mais les clichés à touristes, on est en plein dedans. Les gens pauvres (et pas trop pauvres, une pauvreté qu’un touriste arrive à regarder en face) mais heureux, des femmes qui ont du mal à se faire une place mais qu’est-ce qu’elles sont belles, un manque d’avenir mais une énergie inépuisable pour danser.
Non, décidément, trop de ces clichés-là pour moi. Et comme il y a quand même un fond de vérité là-dedans, je n’ai pas réussi à sourire d’une situation qui n’a rien d’enviable.
Je ne suis pas le public pour ce genre de livre, trop proche d’une réalité que j’ai vue de trop près, sans l’enjoliver, et c’est finalement plus douloureux de lire ce livre que je ne le pensais. Je laisse ce livre à d’autres qui, plus éloignés du sujet y trouveront peut-être ce que je n’ai pas su y voir.

162raton-liseur
Out 9, 2019, 8:40am

87. La Grève des électeurs, suivi de Prélude - Octave Mirbeau
(Translated into English as The Voters strike)



J’ai retrouvé ce court texte il y a quelques semaines en faisant un peu de rangement parmi mes livres électroniques. On était alors en plein dans la préparation des élections européennes, qui ne passionne en général pas les foules, et, même si le taux de participation n’a pas été aussi bas que d’habitude, ces élections n’ont pas dérogé à la règle.
N’ayant pas été emballée par ma première rencontre avec Octave Mirbeau, lors de la lecture de Lettres de ma chaumière, j’étais donc contente de lui donner une deuxième chance, avec qui plus est un sujet d’actualité !
Mais ce fut à nouveau une déception. Je ne sais pourquoi, je m’attendais à une histoire qui montrerait le chaos et la prise de conscience que cela provoquerait si les électeurs se mettaient en grève. Mais il n’en est rien : j’ai lu un pamphlet d’une dizaine de pages qui assène une vérité, cela ne sert à rien de voter et tous les électeurs sont de piètres imbéciles, sans aucune véritable argumentation ou démonstration si ce n’est une vérité encore, que tous les candidats au suffrage ne poursuivent que leurs propres intérêts.
Je ne dis pas que je ne suis pas frustrée moi-même de l’utilisation de mon vote, mais je tiens à ce droit comme à la prunelle de mes yeux et je mets toujours un point d’honneur à remplir ce devoir civique. Alors ce livre m’a agacée plus qu’autre chose et je suis déçue de ma lecture. Pourtant, le style caustique d’Octave Mirbeau aurait pu faire des merveilles sur ce sujet, s’il s’était donné la peine de trouver quelque chose de pertinent à dire ! C’était mon deuxième essai, cela risque d’être le dernier.

Addendum : Renseignements pris, je m’aperçois que ce texte est en réalité une chronique destinée à être publiée dans un journal, et d’inspiration clairement anarchiste. Je comprends mieux la forme, mais le fond ne me plaît toujours pas. Anarchisme, soit, mais des arguments doivent être avancés, plus que d’asséner ainsi des vérités. Je comprends donc mieux le contexte, mais ne change pas pour autant mon opinion, ni sur ce texte ni sur Mirbeau.

163raton-liseur
Out 9, 2019, 8:48am

88. L’homme qui levait des pierres - Jean-Claude Mourlevat
(Not translated into English)



Avec ce livre, je finis un cycle Mourlevat, car je crois bien que c’était le dernier livre de cet auteur que je n’avais pas lu dans la merveilleuse collection Petite poche de Thierry Magnier, des livres courts pour lecteurs peu aguerris, mais avec des histoires pour des enfants de 10 à 12 ans. On allie contenu pour grand et relative facilité de lecture, ce qui est peu habituel et très adapté pour certains lecteurs. C’est donc une collection que je recommande les yeux fermés dès que j’en ai l’occasion.
Et ce titre ne déroge pas à la règle de cette merveilleuse collection. De plus, Mourlevat est peut-être mon auteur jeunesse préféré, si bien que je ne pouvais pas me tromper. Cet homme qui levait les pierres est une histoire très originale, dont la chute est tout à fait inattendue, mais absolument délicieuse. Il est question des aspirations et des rêves, de la transmission et de l’émerveillement.
J’ai lu à mes élèves tous les autres Mourlevat, sauf L’Homme à l’oreille coupée, que nous sommes en train d’étudier (et ils attendent la semaine prochaine avec impatience pour avoir le fin mot de l’histoire…). Ils commencent à s’habituer au style et surtout aux textes qui ont des fins ouvertes, et c’est un plaisir de les voir prendre le pouvoir sur l’histoire, en devant des lecteurs de plus en plus acteurs de l’histoire qu’ils lisent et non plus seulement consommateurs de l’histoire. Merci Monsieur Mourlevat pour ces petites pépites que sont chacun de vos textes courts, merci Monsieur Magnier pour votre travail d’éditeur. A quand les prochains textes de Mourlevat dans cette collection, je les attends avec impatience !

164raton-liseur
Out 9, 2019, 10:03am

89. Sky Hawk - Jirô Taniguchi ; traduit du japonais par Corinne Quentin
(Translated into English as Sky Hawk)



J’avais repéré ce manga dans les bacs de la bibliothèque municipale. Le mélange entre Japon et Amérindiens m’avait attirée, alors maintenant que je suis dans une frénésie de mangas, je l’ai emprunté, sans même me rendre compte que c’était un manga du même auteur que Quartier lointain, lu (et grandement apprécié) quelques semaines plus tôt.
Cette fois, je dois avouer que j’ai moins accroché. Je n’arrive pas à déterminer la part de vrai et d’inventé dans cette histoire. Des samouraïs japonais se sont-ils vraiment retrouvés en territoire indien, voire aux côtés de Crazy Horse, ou tout cela n’est-il que de l’affabulation complète ? J’ai toujours beaucoup de mal lorsque je ne peux pas faire la part entre réalité historique et invention romanesque, et cela a parasité ma lecture pendant tout le temps où elle a duré.
Sinon, l’histoire est plutôt bien menée, sans trop de clichés me semble-t-il, et avec une belle façon de montrer les ponts entre des cultures différentes et comment leurs philosophies, même si elles s’expriment différemment, peuvent se rejoindre.
Ce fut donc une lecture en demi-teinte, intéressante et bien menée, mais étrange de par l’idée même de western japonisant. Les dessins, dans leur simplicité apparentes, sont intéressants, les paysages sont bien rendus. Il y a donc matière à rêver et à réfléchir dans ce livre, mais je n’ai pas su me laisser emporter comme il l’aurait fallu.

165raton-liseur
Out 9, 2019, 10:05am

90. Mon Amoco Cadiz - Nathalie Capitaine
(Not translated into English)



Voici un livre en auto-édition, que j’ai découvert grâce au site netgalley et que l’auteur m’a gracieusement envoyé, qu’elle en soit remerciée. Je lis peu de livres en auto-édition, mais ici le sujet m’intéressait vraiment. Je n’avais que quelques mois quand l’Amoco Cadiz a sombré et j’ai souvent entendu parler de cette catastrophe, de ses conséquences écologiques, mais sans jamais pouvoir vraiment me la représenter.
Me voilà donc embarquée dans ce roman et sur ce bateau pour sa dernière et tragique traversée. C’est une lecture assez rapide, le livre n’est pas gros. Il est même dit qu’il est destiné aux enfants, même si je ne suis pas ici tout à fait d’accord avec l’auteur.
L’idée du livre est très bonne : faire parler le bateau, lui donner une voix, celle qu’il n’a jamais eue, pour savoir comment lui a vécu tous ces évènements.
Malgré ces prémisses intéressantes, il me semble que le livre n’est pas abouti (et je ne parle pas des nombreuses coquilles qui l’émaillent). Le caractère du bateau n’est pas suffisamment bien défini, la forme du livre oscille entre documentaire et fiction (et finalement, on ne sait plus tout à fait ce qui est avéré et ce qui est inventé). Une écriture qui aurait plus de caractère, plus de personnalité permettrait de mieux s’immerger dans ce livre, de faire corps avec le bateau et peut-être de comprendre le scénario qui a mené à cette catastrophe. Ici, il y a effectivement plein de petites choses, mais j’ai l’impression d’avoir réussi à les voir parce que je les connaissais déjà, comme la négociation sur le contrat de remorquage, les pavillons de complaisance…
C’est donc un livre intéressant que j’ai eu la chance d’avoir entre les mains, un livre qui mériterait d’être retravaillé probablement pour lui donner plus de corps et de personnalité, car l’Amoco a beaucoup à nous dire. Suite à ce naufrage, beaucoup de modifications ont été apportées à la navigation dans le Rail d’Ouessant, on a beaucoup appris sur comment démazouter des oiseaux ou nettoyer une plage, et c’est un drame que l’on ne doit pas oublier, qui est toujours dans les mémoires des habitants de Portsall la tristement nommée (bien que ce soit du breton, qui signifie « Port du château », rien à voir avec une marée noire), un moment de l’histoire de nos côtes qui a une résonance particulièrement à la lumière de la prise de conscience écologique actuelle. C’est donc un sujet intéressant dont Nathalie Capitaine s’empare, elle s’attèle à un travail de mémoire nécessaire, et j’espère que son livre continuera d’évoluer pour porter la voix de ce bateau plus loin et auprès de plus de lecteurs.

166raton-liseur
Out 9, 2019, 10:06am

91. Journal d’un ogre - Valeria Davila (texte), Monica Lopez (texte) et Laura Aguerrebehere (illustrations) ; traduit de l’espagnol par Ian Ericksen
(Translated into English: status not known)



Ce n’est pas tout à fait ce à quoi je m’attendais à la lecture du titre et de la présentation par l’éditeur, mais c’est un livre amusant, pour voir le monde du point de vue de l’ogre, ce que les histoires habituelles ne nous permettent guère. Un livre d’anti-éducation, pour s’amuser de tout ce que les enfants n’ont pas le droit de faire, avec des dessins plutôt amusants, parfois en décalage complet avec le texte qu’ils accompagnent, ce qui permet de développer le sens de l’observation et de l’interprétation chez les enfants.
Ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais c’est amusant, et parfois on a besoin de ces lectures qui détendent et permettent de passer un moment de simple rigolade entre enfants et parents.

167raton-liseur
Out 10, 2019, 3:48pm

92. Retour à Lemberg - Philippe Sands, traduit de l’anglais par Astrid von Busekist ; adaptation d’Elsa Naouri, lecture de Philippe Sands
(Translated from the English East West Street: On the Origins of Genocide and Crimes against Humanity)

J’avais entendu une interview vraiment stimulante de Philippe Sands sur France Culture à propos de ce récit, alors quand j’ai vu que cette même radio offrait une retransmission du spectacle adapté de ce même livre, je n’ai pas été longue à le télécharger et l’écouter. Une adaptation pour la scène lue par Philippe Sands lui-même, d’ailleurs.
Philippe Sands est un juriste franco-britannique spécialisé dans le droit international et qui a travaillé ou travaille pour différents organismes tels que la Cour Européenne de Justice ou, surtout, la Cour pénale internationale. A ce titre, il est le digne héritier de deux des trois principales figures évoquées dans son livre. Retour à Lemberg, étrange titre très éloigné du titre original, est en effet un récit très bien mené, et jamais ennuyeux malgré l’aridité de son sujet, retraçant en parallèle la vie de deux éminents juristes, Hersch Lauterpacht, qui développe le principe de crime contre l’humanité et Raphael Lemkin , qui lui développe celui de génocide. Etrangement, la vie de ces deux juristes est pleine de coïncidences, et pas seulement celle de leur présence au procès de Nuremberg, qui est l’axe principal de la narration, car il est le terrain sur lequel ces deux hommes vont affronter leurs visions et vont pouvoir mettre en pratique leurs concepts.
De nombreux points communs, donc, quant à l’origine et la carrière. Mais, et c’est ce livre passionnant qui me l’a fait réalisé, un antagonisme fort entre ces deux concepts. J’ai tellement l’habitude d’entendre dans une même phrase que tel général ou tel autre dictateur est inculpé pour génocide et crime contre l’humanité, que j’ai toujours cru que ces termes étaient indissociables et quasi synonymes. Et pourtant non, ce sont deux visions très différentes du droit qui s’affrontent. Le crime contre l’humanité, c’est comment un homme nie l’humanité d’un autre homme, c’est l’individu qui est au cœur de la réflexion et qui est, dans un sens, le sujet même de l’accusation. Le génocide, c’est la négation d’un groupe, basée sur des caractéristiques qui le définissent. C’est le collectif qui prime ici, dans son essence, et l’individu n’est plus vu comme victime que quand elle est une parmi d’autres qui, par leur nombre même font corps et dénoncent le génocide.
Philippe Sands oppose beaucoup ces deux conceptions qui sont devenu les deux piliers de la justice internationale. Elles me semblent à moi être très complémentaires, un peu les deux faces d’une même pièce. D’ailleurs, ces deux concepts n’ont-ils finalement pas été créés à partir du même terreau, tant d’un point de vue de la carrière universitaire que des origines sociales et culturelles, sans oublier, bien sûr, le contexte historique. Mais je suis peu versée dans les subtilités du droit international et de la philosophie du droit, ce dont ce livre me fait prendre conscience. Il y remédie un peu, et à travers un récit ardu mais passionnant, plus sur le mode de l’enquête personnelle que sur le mode de la rigueur scientifique, mais cela permet au lecteur de se sentir plus proche de ce sujet à la fois ardu et sombre.

168raton-liseur
Out 10, 2019, 3:50pm

93. L’Os - Christophe Léon
(Not translated into English)



Jolie histoire sur la puissance des amitiés enfantines, sur la capacité d’adaptation et de résilience des enfants, aussi. Beaucoup de non-dits dans cette histoire, ce qui permet de beaucoup imaginer, mais aussi une histoire qui finit un peu trop abruptement, je suis restée sur ma faim et est été un peu déçue par ce deuxième opus (pour moi) de Christophe Léon, dont j’avais tant apprécié Le Goût de la tomate.

169rachbxl
Out 11, 2019, 6:23am

Glad to see you back. I’ve enjoyed catching up with your thread, and have noted several interesting titles/authors.

170raton-liseur
Out 12, 2019, 4:13am

>169 rachbxl: Thanks to drop by! I'm happy to be back as well, I really enjoy this group and I'm happy I find the time to reflect a bit on my reading, and the space here to share it.
I've been fairly lucky with the titles I've picked in the past few months, so I'm happy if this can inspire other people and (modestly) spread the word about interesting books or authors!
Will catch up on your thread as soon as I can as well!

171raton-liseur
Out 12, 2019, 1:44pm

94. Opaque et Opaline - Alex Vizorek ; lecture d’Alex Vizorek
(Not translated into English)

Opaque et Opaline sont deux chevaux. L’un opaque (noir donc) et l’autre opaline (blanche donc). Ces deux-là doivent travailler ensemble, alors qu’ils se détestent, de part et d’autres de leurs certitudes colorées. Le directeur du cirque où il travaille décide de remédier à la question d’une bien étrange façon, puisqu’il décide de leur adjoindre un zèbre ! S’allier contre le même ennemi renforce les liens, mais ne règle pas la question du racisme. Pour cela, il faudra toute la sagesse de notre ami zèbre.
Très belle histoire, très originale, pour parler du racisme à travers des personnages animaliers qui permettent une juste mise à distance. Je me vois bien travailler ce texte avec des élèves, pour comprendre ce que cela veut dire, pour savoir si chacun est plutôt Opaque, Opaline, zèbre, ou encore autre chose…

172raton-liseur
Out 12, 2019, 1:56pm

95. Zelda et les abeilles - Tatiana de Rosnay ; lecture de Tatiana de Rosnay
(Not translated into English)

Je ne vais pas être tendre, je le crains. Mais je vais dire les choses comme je le pense… Sous couvert d’une petite fable écolo (« les abeilles c’est bien, ça pollinise »), ce petit opus est surtout un discours bobo-écolo-urbain bien pensant mais complètement à côté de la plaque.
La petite Zelda a peur des abeilles et des guêpes. Mais non, regarde, les abeilles elles sont gentilles, elles pollinisent, et puis elles ne piquent pas parce que si elles piquent elles meurent. Et les guêpes dans tout ça, c’est normal d’en avoir peur ? Et elles sont méchantes alors ?
L’intention de l’auteur n’est pas de réhabiliter les abeilles au détriment des guêpes, j’en suis consciente, mais c’est le message qui m’est resté à la fin de cette lecture audio. Un message erroné, à l’encontre du « chacun sa place et son rôle dans l’écosystème » qui me paraît fondamental. Donc non, ce texte est pour le moins maladroit (si je lui laisse le bénéfice du doute), et peut à mon avis s’avérer complètement contre-productif. Donc à déconseiller à tout prix si l’on veut développer une conscience écologique digne de ce nom chez nos chères têtes blondes, brunes ou rousses.

173raton-liseur
Editado: Dez 14, 2019, 1:37pm

96. Le Monarque des ombres - Javier Cercas ; traduit de l’espagnol par Aleksandar Grujičić
(Translated into English as Lord Of All The Dead)



D’ailleurs, peut-on être un jeune homme noble et pur et en même temps lutter pour une mauvaise cause ?
(p.141, Chapitre 7).

Je me souviens avoir lu Les Soldats de Salamine il y a bien longtemps, et être plutôt restée circonspecte, un peu sur le bord de la route, surtout au vu des critiques élogieuses qui l’avaient accueilli. Mais en voyant ce titre en librairie peu après sa sortie, je n’ai pas été longue à décider de donner une seconde chance à cet auteur. Titre énigmatique, auteur qui s’aventure de l’autre côté du miroir, il y avait en effet de quoi me tenter.
J’ai mis un peu de temps ensuite pour commencer ma lecture, mais maintenant que c’est chose faite, il me faut essayer mettre de l’ordre dans mes idées. Le sujet, d’abord. Javier Cercas, qui explore inlassablement la guerre civile espagnole, se décide, après moultes tergiversations, à écrire sur un de ses oncles, phalangiste, mort à 19 ans sur le front, et pendant longtemps, héros de la famille. Mais depuis, les caprices de l’histoire ont fait de cet ancien héros un ancêtre encombrant. Celui qui a fait les mauvais choix, qui s’est retrouvé du mauvais côté. Je me suis sentie flouée à plusieurs reprises pendant ma lecture, car le personnage de Manuel Mena reste évanescent tout au long du récit. On ne connaîtra rien de ses aspirations intimes, de ses projets et désirs. Normal pour un homme mort si jeune et sans avoir rien laissé derrière lui.
Mais il m’a fallu du temps pour réaliser que Manuel Mena est finalement un prétexte ici. Prétexte à quoi, c’est une question complexe, car ce livre explore plusieurs voies, plusieurs sujets et arrive, grâce à l’écriture toute en contrôle de Javier Cercas à les faire tenir ensemble. Non à les relier pour en faire un tout cohérent, mais à les faire cohabiter et se succéder sans que cela paraisse artificiel ou décousu. On revisite l’histoire espagnole du début du XXème siècle (et j’ai souvent eu l’impression de ne pas avoir assez de connaissances préalables pour comprendre toute la subtilité du discours de Cercas), en particulier l’évolution sociale et économique de la société, et comment celle-ci interagit avec son évolution politique. On réfléchit à l’engagement politique, et à son lien possible avec un engagement militaire. On réfléchit aussi beaucoup à la mémoire, qu’elle soit individuelle, familiale ou collective : les liens entre mémoire et vérité, l’importance à donner aux détails (dans quel chambre est mort un homme, où et à quelle heure du jour ou de la nuit a-t-il été blessé), la construction d’un roman familial, le poids d’un héritage par définition non choisi…
C’est un livre très riche, une lecture dont on ressort en se sentant à la fois plus averti et plus rempli de questions. Il faut pour cela s’adapter à la structure du récit, cette alternance de « je » et de « il » utilisés par l’auteur pour parler de lui-même selon la perspective de l’auteur par rapport à l’histoire qu’il raconte (celle de son oncle ou celle de son enquête à lui), passer outre quelques digressions que j’ai trouvées sans intérêt (comme les raisons du divorce de son ami cinéaste). Mais ce livre, s’il n’est pas facile à lire, vaut qu’on lui consacre un peu de temps et d’énergie. Et l’on apprendra alors qui est le monarque des Ombres et l’on pourra se demander si c’est une place si enviable que cela, même si beaucoup l’ont choisie, consciemment ou poussés par les circonstances. Beau travail sur la mémoire, sur l’engagement et sur ce qui relie parfois les deux.

174raton-liseur
Editado: Out 16, 2019, 1:55pm

Here ends my reading list for the first half of the year.
Lots of interesting things, and still quite some backlog in the reviews posted here!

My reading pattern has slown down during the summer break, as it usually does (although a few short reads give an illusion of lengthy hours of reading). Then, for the reaming of the year, the pattern will change again, as I will not use public transport for commuting, so I won't listen to as many books as I did. And, as I become more involved in the village library, I am reviving the habit of borrowing comics and graphic novels, so a few of them will appear now and then in the thread.

175thorold
Out 16, 2019, 2:26pm

>173 raton-liseur: Interesting discussion of Cercas — I also found this one difficult and rewarding. Although I’m beginning to suspect that “going back to the pueblo” is as inexhaustible a topic in current Spanish literature as the Civil War, so it was inevitable that Cercas would treat it sooner or later.

176raton-liseur
Out 16, 2019, 3:33pm

>175 thorold: You might be right, but as I have a tropism towards such books, I never know if it's me who picks endlessly the same book, or if it is a trend among authors (or at least, among published authors, and even narrower, published authors translated into French... These are a lot of filters in what is accesible to me or to us as monoglots or "oligoglots" readers).

177thorold
Out 16, 2019, 3:59pm

>176 raton-liseur: oligoglot

I like that — definitely a word we need! Astonishing that it hasn’t caught on yet — apart from a few people who’ve picked it as a user-name, there only seems to be one real hit for it on Google, a blogpost from six years ago : https://ladyofthecakes.wordpress.com/2013/06/24/rise-of-the-oliglot/

You’re right about the filters, of course. Even though I can read Spanish, most of what I know about Spanish literature is still bound to be conditioned by what people outside the Spanish-speaking world are talking about, so it’s likely that “typically Spanish” themes get reinforced while “culturally neutral” ones disappear below the threshold.

178raton-liseur
Out 16, 2019, 4:18pm

>177 thorold: Interesting blogpost! I guess I should use polygot, but when I realise how few languages one talks compared to the linguistic richness, I feel "polyglot" sounds inappropriate.

I don't know if those filters are a good thing or a bad thing. I was reflecting on this recently because I feel some inclination towards Nothern European litterature. Is it because they get me better and I should consider moving there, or is it one of those filters: the editors think that a book coming from the North should have such and such characteristics and therefore select books that way?

And who came first, the chichken or the egg (is it the editors thinking about books or the editors thinking that readers think...). Not sure I am clear, I think it's time to go to bed!!!
Este tópico foi continuado por Raton-Liseur reading log for 2019 - Part II.